Economie

Gastronomie : Ti Karaye, les saveurs locales se font une place à l’Ouest

Ti Karaye Aucun ingrédient ne reste plus de deux jours dans les buffets.

L’offre est simple et compliquée : une cuisine locale authentique préparée avec des ingrédients frais. Deux semaines après son ouverture à Tamarin, sans battage médiatique, des clients mauriciens et étrangers se bousculent déjà au portillon. Le restaurant Ti Karaye se veut être complémentaire aux restaurants de la région. Et Yaneesh Jingree, copropriétaire, estime que le business est là pour rester.

Sis à l’entrée de Tamarin, dans le complexe commercial de Palm Square, Ti Karaye a ouvert ses portes le 14 décembre. Ce restaurant de 60 couverts a nécessité un investissement de Rs 2.5 millions, un montant issu des fonds propres et un emprunt « minimal ». Les copropriétaires sont Yaneesh Jingree et Subburay Crustna. Pour gérer les fourneaux, la direction a recours aux services de Loic Fayolle, chef de 26 ans, formé à Vatel Mauritius.

Ti Karaye, un nom facile à retenir. Car, selon le copropriétaire, on peut tout préparer, en passant par les mets chinois, créole, indien et international. Même la langouste y passe.

Pourquoi s’engager dans un tel business alors que des restaurants ayant le même thème culinaire sont communs à travers le pays ? « La tendance est d’offrir une cuisine-fusion. Or, cette vraie cuisine locale se fait rare et c’est à nous de la garder. En amont, nous avons effectué une étude de marché. Il y avait une absence de ce genre d’offres, » explique Yaneesh Jingree, 29 ans, marié, entrepreneur.

Assurer l’authenticité des plats signifie des ingrédients frais. Ainsi, aucun ingrédient ne reste dans le garde-manger pendant plus deux jours. Les achats sont effectués chaque matin par le chef auprès des fournisseurs reconnus sis à proximité. Toujours dans le registre de la proximité, les employés (à l’exception d’une) viennent de la région. Même le musicien du vendredi vient des alentours.

Parlant des alentours, surtout dans cette région riche en expatriés et touristes en visite, des restaurants se sont déjà alignés en bordure de la route principale. « Nous ne concurrençons pas les enseignes existantes. Nous misons sur l’authenticité de la gastronomie mauricienne, une offre complémentaire. L’idée est d’offrir aux Mauriciens en quête d’expérience culinaire et les expatriés de la région un réel aperçu de ce que nous concoctons chez nous, » fait ressortir Yaneesh Jingree. « à l’exception de la langouste, nos plats restent dans une fourchette abordable pour la clientèle ciblée. Un repas pour deux, boissons incluses, coûterait dans la fourchette de Rs 1 200 à Rs 1 400. »

La confiance est de mise sur la pérennité de Ti Karaye. En sus de l’accent sur la spécificité locale de l’offre, d’une part, le restaurant est l’unique business du genre dans le centre commercial lui offre déjà une clientèle de proximité. Et, d’autre part, les clients – Mauriciens, expatriés habitant dans cette région du pays et des touristes –  arrivent en grand nombre, si nombreux qu’on nous a recommandé d’effectuer une réservation pour le dîner tenant compte des fêtes de fin d’année.

« Décembre est une période d’essai. Même si le restaurant dispose d’une page Facebook, nous n’avons pas encore démarré une campagne de promotion. Ce sera fait en début de janvier, » affirme notre interlocuteur.

Certes, comme le souligne Yaneesh Jingree, la daube d’ourite sur un lit de tagliatelles est très demandée. Mais il est aussi question de s’adapter à la tendance saisonnière par rapport à la disponibilité de produits frais sur le marché local.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !