Live News

Émission spéciale sur Radio Plus : Zoom sur la vaccination

Radio Plus a consacré une émission spéciale à la vaccination ce jeudi 20 janvier. Le Dr Philip Lam, spécialiste en médecine interne et membre du Vaccination Committee, et le Dr Sudhir Kowlessur, responsable de la campagne de vaccination, ont répondu aux questions de Priscilla Sadien et Jean Marie St Cyr.

DR PHILIPPE LAM : «La vaccination est la condition d’un retour à la vie normale»

Pourquoi ramener le délai pour la «booster dose» à un mois pour ceux qui ont contracté la Covid-19 ?
Des nouveaux règlements ont été introduits pour le bien de la population. Avec les règlements de 2021, une personne ayant eu la Covid-19 devait attendre quatre mois avant de pouvoir recevoir une autre dose de vaccin. Ce n’était pas pratique. Maintenant, après un mois, cette personne peut se faire administrer la « booster dose ».

Cette décision s’appuie-t-elle sur des études scientifiques ?
Oui. De plus, un certain nombre de personnes ont eu la Covid-19 mais n’ont pas informé les autorités concernées. Maintenant, on sait que ces personnes peuvent se faire vacciner.

Un mois après ?
Il faut oublier la maladie de la Covid-19. Quatre mois après la première dose de vaccin, il faut faire la deuxième dose. Après cela, si une personne est infectée par la Covid-19, elle ne doit pas attendre quatre mois pour la «booster dose» mais seulement un mois. 

Les effets secondaires que des gens ont ressentis après la « booster dose » sont-ils liés aux différents types de vaccin administrés ?
Il n’y a pas de lien. C’est normal d’avoir de la fièvre ou des douleurs après un vaccin. Cela veut dire que le système immunitaire fonctionne correctement.

Y a-t-il eu des plaintes concernant les effets secondaires des vaccins ?
À Maurice, beaucoup de gens ont dit avoir eu des symptômes avec le vaccin de Johnson & Johnson. Des analyses n’ont pas été effectuées.

Combien de plaintes ont été reçues ?
Ce n’est pas énorme. C’est le comité de pharmacovigilance qui s’occupe de cela. Dans d’autres pays, des personnes ont développé la maladie de Guillain-Barré après avoir été vaccinées. Mais il s’agit d’un cas sur un à cinq millions selon les pays.

Un an après le début de la campagne de vaccination, des gens ont toujours peur ? Comment l’expliquez-vous ?
C’est normal. Et si une personne a été traumatisée par d’autres maladies dans le passé, alors elle va avoir encore plus peur.

Quel est le vaccin le plus efficace contre les variants ?
Aucun vaccin n’est efficace à 100 %. On peut être contaminé par les variants en étant vacciné. Aux États-Unis, on dit que le vaccin Pfizer est efficace à 70 % contre le variant Omicron. À Maurice, il y a eu le mix vaccinal. Ainsi, les gens ont développé davantage d’anticorps.

Quelles sont les proportions de contaminations par Omicron et Delta actuellement à Maurice ?
Selon les derniers chiffres que nous avons, sur 100 personnes atteintes de la Covid-19 dernièrement, 60 ont été contaminées par Omicron et 40 par Delta. Le variant Omicron est en passe de devenir dominant.

Le vaccin Moderna est-il aussi efficace que le vaccin Pfizer ?
Oui car ils utilisent la même technologie. Le vaccin Moderna arrivera à Maurice dans quelques semaines et sera administré aux personnes de 18 à 39 ans. Les plus de 40 ans continueront à recevoir le vaccin Pfizer. Dans un proche avenir, ces deux vaccins seront les seuls proposés dans notre pays.

Certains étudiants âgés de plus de 18 ans attendent le vaccin Moderna pour faire la « booster dose ». Du coup, ils pourraient ne pas avoir accès à l’école ?
Le vaccin Moderna est un don de la France. On ne sait pas quand il arrivera exactement. Si un étudiant de plus de 18 ans attend ce vaccin et n’a pas fait la « booster dose » avant le 19 février, il n’aura pas accès à l’école. Pour les 12-17 ans, le problème ne se pose pas. Pour eux, la vaccination est seulement recommandée.

Cependant, l’objectif est de vacciner un maximum d’élèves pour pouvoir rouvrir les écoles.

Qu’en est-il de la vaccination des enfants de 5 à 11 ans ?
Elle a été approuvée par le Vaccination Committee mais il faut attendre l’aval du High Level Committee. C’est le vaccin Pfizer qui sera administré aux enfants. Quand une grande majorité d’enfants et adolescents seront vaccinés, l’école pourra reprendre comme avant. Dans l’ensemble, la vaccination est la condition d’un retour à la vie normale.

La vaccination est-elle contre indiquée pour les femmes enceintes ?
Les femmes enceintes ont un risque de développer une forme sévère de la Covid-19. Elles doivent être vaccinées. Au début, à Maurice, elles ont reçu le vaccin de Johnson & Johnson. Maintenant, c’est uniquement Pfizer. Les vaccins protègent les femmes enceintes mais également les enfants.

Le Dr Perronne, au Luxembourg, vient d’indiquer qu’il faut attendre 10 ans avant d’administrer un vaccin à une femme enceinte…
Ce médecin a raison. Mais avec la Covid-19, on ne peut pas attendre 10 ans. C’est pourquoi il y a l’Emergency Use Autorisation Only.

Les Mauriciens devront-ils recevoir une quatrième dose ?
On ne le sait pas encore. Israël a déjà fait la quatrième dose. Mais il faut attendre les données scientifiques.

DR SUDHIR KOWLESSUR : «Les équipes seront renforcées si besoin»

Depuis que l’échéance pour être pleinement vacciné a été repoussée, il y a un faible engouement pour la « booster dose ». Ne craignez-vous pas que les centres de vaccination soient de nouveau débordés à l’approche du 19 février ?
Au 20 janvier, 962 711 personnes ont reçu la première dose, 925 277 la deuxième dose et 273 924 la « booster dose ». Actuellement, les centres de vaccination accueillent 12 000 personnes par jour, contre 14 000 auparavant. Nous avons anticipé l’affluence pour les prochaines semaines. Si les gens viennent en masse, les équipes seront renforcées.

Pensez-vous que le ministère de la Santé atteindra son objectif ?
On a mis en place les ressources nécessaires. Des équipes mobiles participent même à la campagne de vaccination. Mais si les gens ne viennent pas, on ne pourra rien faire. 

Pourquoi ne pas mettre les dispensaires à contribution ?
On a essayé avec les mediclinics de Goodlands et de Triolet. On s’est vite rendu compte que ces lieux étaient trop petits. Les centres de vaccination doivent être installés dans des grands espaces, comme les gymnases.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !