Live News

"Data capture" à Baie-du-Jacotet : «Tout a été fait dans la légalité», affirme Bobby Hurreeram

« Tout a été fait dans la légalité. Une enquête policière est en cours et la vérité claire sortira ». C’est ce qu’a fait comprendre le ministre des Infrastructures nationales, Bobby Hurreeram, lors de la conférence de presse du gouvernement tenue au bâtiment du Sun Trust à Port-Louis ce samedi. Le ministre des Technologies informatiques, Deepak Balgobin, était également présent.

« L’ex-CEO de Mauritius Telecom, Sherry Singh, ainsi que l’ex-Chief Technical Officer de l’organisme, Girish Guddoy, avaient accès aux images CCTV démontrant qu’une équipe composée de techniciens, d’experts indiens, du Mauritius Telecom et de la Counter Terrorism Unit (CTU) à la ‘landing station’ du Baie-du-Jacotet. Sur le plateau de RadioPlus vendredi, Sherry Singh a fait croire que les images CCTV sortent de nulle part et il donne l’impression d’être étonné. Je me demande si c’est un complot afin de déstabiliser le gouvernement, mais surtout pour mettre du poison dans la tête de la population », a dit le ministre Deepak Balgobin.

Le ministre des Tic s’est ensuite attardé sur le ‘survey’ de l’équipe indienne. S’il y avait quelque chose à cacher, souligne-t-il, les caméras auraient dû être éteintes. « Kifer ti bizin less camera ‘On’ pou trouve ki sanela pe rantre ek sorti ? Ti capave teigne camera ek ale asoir kan pena person », fait ressortir Deepak Balgobin. « Nous n'avons rien à cacher et rien n’a été fait en catimini. S’il y avait des choses à cacher, pourquoi l’Officer-in-Charge de la Counter Terrorism Unit et les officiers du Mauritius Telecom avaient accompagné les experts indiens ? », se demande-t-il.

Il a ensuite réfuté les propos de Sherry Singh lors de sa première intervention sur les ondes de RadioPlus le 1er juillet dernier. L’ex-CEO de Mauritius Telecom, rappelons-le, avait fait dévoiler qu’il y avait une « manipulation » sur le câble SAFE. Aucune intervention, précise le ministre Deepak Balgobin, ne peut être faite sur le câble SAFE.

« Sherry Singh avait expliqué que le câble SAFE est pourvu de ‘censors’ sur tout le long et qu’une alarme se déclenche lors de la manipulation. Puis il a changé de version en disant qu’il ne s’agissait pas du câble SAFE mais plutôt des divers serveurs de Mauritius Telecom. Mais la population est en train de suivre la situation. Pli divan nou pou trouve la vérité ki été », soutient Deepak Balgobin.

‘Back door access’ ?

Pour le ministre des Tic, pourquoi l’ex-CEO de Mauritius Telecom n’a pas soumis sa démission depuis le jour J ? « Y a-t-il d’autres choses que nous aurions dû savoir ? Les experts indiens étaient-ils en passe de découvrir certaines choses ? Une autorisation a-t-elle été donnée afin que les proches de l’ancien CEO de Mauritius Telecom aient accès à la ‘landing station’ du Baie-du-Jacotet par la porte de derrière ? », demande-t-il.

Rapport technique

Deepak Balgobin a ensuite remis en question le rapport technique soumis le 12 juillet à l’Acting CEO de Mauritius Telecom. « Une feuille de papier sans aucune signature. Nek ine mette nimero ene, nimero de… Samem rapport teknik la sa ? Couma dire ‘A day at the seaside’. Pourquoi les données prises n’ont pas été mentionnées étant donné qu’il s’agit d’un rapport technique ? C’est une supposée évidence démontrant qu’il s’agit de la plus grande preuve jamais existé dans ce pays »,

‘Data capture’

Le ministre Deepak Balgobin est ensuite revenu sur le ‘Data capture’ de deux minutes. Un ordinateur, précise-t-il, ne peut stocker autant de données. Seul un ‘Data center’, fait ressortir le ministre des Tic, est suffisamment puissant pour capturer autant d’informations. Mais pourquoi, n’y a-t-il aucun détail concernant les données prises », a-t-il conclu

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !