Live News

COVID-19 - Pass sanitaire : quel contrôle ?

Désormais, le pass sanitaire est obligatoire pour avoir accès dans les restaurants, les stations de police, les salons de coiffure, les cinémas, entre autres. Cette mesure, préconisée par les Consolidated Covid-19 Regulations 2021, est-elle fermement respectée ? Le point. 

Avec la reprise des activités économiques depuis le mois de juillet et la réouverture complète de nos frontières le 1er octobre, les Mauriciens comme les étrangers sont nombreux à circuler à travers le pays. En rendant le pass sanitaire obligatoire pour avoir accès dans des lieux spécifiés dans les Consolidated Covid-19 Regulations 2021, l’objectif du gouvernement est de renforcer les mesures sanitaires. D’une part, pour éviter plus de contagion au sein de la communauté, et d’autre part, pour empêcher que nos centres de traitement ne soient submergés. 

Cependant, cette obligation inquiète les restaurateurs, les gérants de salles de gym, les entrepreneurs et les commerçants qui craignent une baisse de leur clientèle.

Les touristes Pierre et Marie sont rassurés quant aux mesures prises par les autorités.
Les touristes Pierre et Marie sont rassurés quant aux mesures prises par les autorités. 

Au China Town 

Pour tater le pouls sur le respect de la présentation du pass sanitaire, le Défi Quotidien a fait une vadrouille dans la capitale le mardi 19 octobre. Notamment dans les restaurants, commerces et salles de gym. Au China Town, nous avons mis le cap sur le restaurant Lai Min, qui propose la cuisine chinoise depuis 1946. Joëlle, la gérante, explique que bien que ce n’est pas évident de vérifier le pass sanitaire des clients aux heures de pointe, elle s’y conforme néanmoins. Car, cela revêt toute son importance pour casser la chaîne de transmission du virus, mais aussi pour que son restaurant puisse opérer en toute quiétude. 

Puis, nous sommes allés au restaurant Canton. Sur place, une dizaine de personnes prenaient leur déjeuner. Toutefois, le gérant a refusé tout commentaire sur le pass sanitaire. Ensuite, nous nous sommes rendus dans un commerce, où nous avons rencontré Steeve. Ce dernier indique qu’il a repris la barre du commerce familial, il y a 21 ans. Pour lui, le pass sanitaire, il ne peut l’exiger des passants qui entrent et sortent de sa boutique à longueur de journée. Cependant, il accueille uniquement les clients qui portent le masque et qui se désinfectent les mains à l’entrée. 

Dans certains commerces, la vérification du pass sanitaire n’est pas systématique.
Dans certains commerces, la vérification du pass sanitaire n’est pas systématique. 

Au Mc Veay Graphic & Tattoo Studio

Par la suite, nous sommes partis au Mc Veay Graphic & Tattoo Studio. Nous y avons rencontré Nitish et Olivier. Ces derniers y travaillent depuis 10 ans. Après pratiquement deux ans, ils ont reçu un couple de touristes venu faire un tatouage le mardi 19 octobre. « En temps normal, nous recevons cinq ou six touristes par jour. Aujourd’hui, c’est après 18 mois que nous en avons revus dans notre studio », disent-ils. En ce qu’il s’agit de la vérification du pass sanitaire, ils indiquent en rigolant : « Si ces touristes n’étaient pas vaccinés, ils ne seraient pas là ». Mais sur un ton plus sérieux, les deux tatoueurs confient que cette exigence n’est pas chose évidente. Néanmoins, ils affirment qu’ils se conformeront aux règlements. « C’est notre gagne-pain. Déjà, nous n’avons pas vraiment travaillé en raison des confinements. Donc, il vaut mieux ne pas claquer le peu d’argent que nous gagnons en ce moment dans les contraventions », soutiennent-ils. 

Olivier et Nitish ont une clientèle vaccinée composée de touristes.
Olivier et Nitish ont une clientèle vaccinée composée de touristes. 

Au Mystic Masala

Ensuite, cap sur le restaurant Mystic Masala qui a ouvert ses portes il y a trois ans au Port-Louis Waterfront. Lieu où nous avons rencontré Dool Bisnathsingh. Celle-ci explique que depuis la réouverture des frontières, elle accueille les membres de l’équipage des lignes aériennes British Airways et Condor. « Nous sommes ravis de les revoir car ce sont nos clients réguliers qui séjournent à l’hôtel Le Labourdonnais. Pour voler à nouveau, ils sont évidemment vaccinés », lance-t-elle. Et d’ajouter qu’elle exige que les gestes barrières soient respectés par ses clients, tant Mauriciens qu’étrangers. « Lorsque nous avons des groupes de clients, nous vérifions les pass sanitaires. Mais pour les clients qui viennent acheter un truc à boire, on ne peut le faire. Car ils partent aussitôt qu’ils viennent », explique-t-elle. Cela, tout en précisant que si son restaurant était un espace fermé, la vérification du pass sanitaire serait plus vigoureuse. Toutefois, elle indique qu’elle n’a aucun problème pour s’adhérer à cette mesure. Car le plus important est avant tout de prévenir les risques de contamination, même si tout son personnel est vacciné. Cependant, elle estime que les autorités doivent communiquer davantage sur l’importance d’avoir son pass vaccinal sur soi. Par la même occasion, nous avons rencontré Marie et Pierre qui mangeaient un curry. Munis de leurs pass sanitaires sur leurs téléphones, les deux Réunionnais qui sont en vacances à Maurice pour cinq jours, flânaient dans la capitale. « Contrairement à notre pays, ici on nous demande moins le pass sanitaire pour accéder à divers lieux », confient-ils. 

À la salle de gym My Fit 360

Pour finir, nous nous sommes rendus à la salle de gym My Fit 360 qui a ouvert ses portes au Caudan Waterfront depuis janvier 2020. Neermal, le directeur, indique que depuis la réouverture, tout est fait pour que les gestes barrières soient respectés. « Tout notre personnel est vacciné et nous faisons aussi la vérification des pass sanitaires. Car pour gagner notre vie, il faut nous protéger mais aussi assurer la sécurité de tous nos clients », avance-t-il. 

Les responsables ne font pas de compromis.
Les responsables ne font pas de compromis. 

Attention aux contrôles aléatoires !

Afin que la mesure concernant le pass sanitaire obligatoire soit respectée dans les lieux concernés, le ministère de la Santé compte sur le soutien de la police pour faire des contrôles aléatoires. Et tous ceux qui ne respectent pas la loi, risquent de grosses amendes, selon une source proche du MOH. Quant à l’inspecteur Shiva Coothen du Police Press Office, il rappelle que d’aller dans les lieux où le pass sanitaire est obligatoire sans l’avoir sur soi est une infraction à la loi. Et tout contrevenant risque une amende jusqu’à Rs 500 000 et une peine d’emprisonnement jusqu’à cinq ans. En ce sens, il conseille aux propriétaires des lieux concernés de faire preuve de vigilance et aussi de rapporter tout cas d’infraction à la police.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !