Live News

Compensation salariale : le secteur privé amène le débat sur la capacité de paiement 

La compensation salariale devrait permettre de faire face à la perte du pouvoir d’achat.

La compensation salariale est attendue pour permettre aux consommateurs de faire face à la perte drastique du pouvoir d’achat. De l’autre côté, les entreprises sont également frappées par l’inflation. 

Véritable sujet de préoccupation, l’inflation poursuit sa courbe ascendante en cette année 2022. Les chiffres récemment publiés par Statistics Mauritius révèlent que l’indice des prix à la consommation a gagné 0,5 %, passant de 124,4 points en août à 125 points en septembre 2022. Quid de l’inflation en glissement annuel ? Elle atteint 11,9 % en septembre 2022, contre 5,4 % en septembre 2021. L’inflation globale pour la période de 12 mois se terminant en septembre 2022 a été de 9,4 %, contre 3,2 % pour la période de 12 mois se terminant en septembre 2021. Le ministre des Finances, Renganaden Padayachy, a d’ailleurs reconnu que l’inflation est un défi principal, alors que le sujet a été abordé lors du Public-Private Sector Joint Committee le 3 octobre dernier. 

Le secteur privé n’a, pour sa part, pas caché son inquiétude en amont des négociations tripartites concernant la compensation salariale. Pour François de Grivel, industriel et chef d’entreprise, la situation est très sérieuse à Maurice aussi bien qu’au niveau international. « Nous sommes devant des taux d’inflation assez forts. L’exportation est toujours dynamique, mais il y a une baisse depuis les deux dernières semaines. Le secteur manufacturier passe par des difficultés assez importantes et le tourisme va souffrir en 2023 à cause de la baisse du pouvoir d’achat en Europe, en Asie et ailleurs où les économies souffrent », fait-il comprendre. L’industriel explique, de ce fait, que toute compensation salariale sera difficile. 

D’où la nécessité selon Kevin Ramkaloan, CEO de Business Mauritius, de considérer la capacité des entreprises à payer ; capacité qui diverge par secteur et taille des sociétés. « Nous sommes dans un contexte d’inflation à deux chiffres. L’inflation impacte sur le coût de la vie. L’exercice de compensation salariale est là pour ajuster cette hausse. Il faut néanmoins tenir compte des paramètres inflationnistes qui peuvent avoir des répercussions économiques », soutient le CEO de Business Mauritius.  

Plusieurs bilans financiers disponibles sur la Bourse de Maurice démontrent que certaines entreprises ont renoué avec la profitabilité. De quoi influencer positivement leur capacité de paiement de la compensation salariale ? Négatif, répond François de Grivel, car la compensation salariale sera appliquée en 2023 et les prévisions pour l’année prochaine ne « sont pas optimistes ». 

Or, Claude Canabady, secrétaire de la Consumers’ Eye Association, craint que la situation ne se détériore l’année prochaine pour les consommateurs. « Une Windfall Tax pourrait être utile, car elle comporte un aspect social », dit-il. 

Pour sa part, Reeaz Chuttoo, porte-parole de la Confédération des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), suggère une approche de prêt ciblée pour les entreprises dans le rouge et une Survival Compensation aux employés. La CTSP, poursuit-il, finalisera sa proposition d’ici la fin du mois d’octobre. « Ce n’est pas normal que l’argent des contribuables rentrent dans les caisses des entreprises pour payer les dividendes. Nous revenons de l’avant avec une proposition d’une ‘Two-time compensation’. Le taux d’inflation sera d’environ 10 %. Il faut aussi introduire des mesures pour permettre aux ménages d’économiser et des règlements sévères afin de sanctionner des commerçants qui font de la publicité mensongère », conclut Reeaz Chuttoo.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !