People

Bourse d’études aux États-Unis : Au nom de Dieu, Samuel abandonne son rêve de devenir pilote ou ingénieur

Samuel en compagnie de ses parents, Sam et Shirley. Samuel en compagnie de ses parents, Sam et Shirley. Le jeune boursier lit régulièrement la Bible.

Samuel Greedharry figure parmi les 30 boursiers mauriciens qui s’envolent bientôt pour des études supérieures aux États-Unis. Cet ex-élève du sir Abdool-Raman-Osman State College est fier de pouvoir réaliser son rêve. Celui d’entreprendre des études de théologie.

Entre ingénieur et pilote, son cœur balançait. Finalement l’engagement envers Dieu a pesé sur le choix d’étude, de ce jeune homme de 20 ans, originaire de Saint-Paul, Phoenix. Il voulait devenir pilote ou ingénieur, mais il a opté pour la théologie.

Celui qui visait une place au Massachusetts Institute of Technology ou à Harvard a décidé de s’inscrire pour des cours de théologie à l’université Oral Roberts qui porte le nom d’un télévangéliste qui l’inspire, dit-il.

« Cette université est une des meilleures en théologie dans le monde. » Il a choisi les États-Unis, parce que « c’est surtout un pays très ouvert et réputé en matière d’études théologiques », explique Samuel très convaincu de son choix, même si l’obligation de quitter le pays l’attriste. Sa bourse sera partiellement financée par l’université Oral Roberts, à Tulsa, dans l’État d’Oklahoma. C’est un soulagement pour ses parents, car étudier aux USA coûte très cher.

Le jeune boursier, l’aîné d’une fratrie de trois enfants, fait la fierté de ses parents. Sa maman, Shirley est secrétaire dans une compagnie privée. Son père, Sam travaille dans une entreprise familiale. « Mes parents m’ont toujours encouragé dans mes études et m’ont poussé à aller de l’avant », confie-t-il.

Les meilleures années de son adolescence ont eu lieu dans la cour de son collège où il avait opté pour la filière scientifique, raconte-t-il. Il voulait devenir pilote d’avion ou ingénieur. « Je suis aussi musicien, ajoute-t-il. Je joue de la flûte et du saxophone dans l’orchestre du conservatoire de musique François-Mitterrand. »

Pour Samuel, tout était déjà tracé dans sa tête. Cependant, il était loin de se douter qu’il choisirait une filière très différente des « sciences naturelles ». « Au final, j’ai pris conscience que ma passion pour la Bible est plus forte que mon amour pour l’aviation et l’ingénierie. »

Samuel dit qu’il a pris sa Bible pour la lire régulièrement, car il se posait beaucoup de questions.
Samuel dit qu’il a pris sa Bible pour la lire régulièrement, car il se posait beaucoup de questions.

Né dans une famille chrétienne, Samuel a longtemps accompagné ses parents à l’église chrétienne de La Voix de la Délivrance (LVD) à Beau-Bassin. « Arrivé à un certain âge, je me posais beaucoup de questions et je voulais vraiment savoir si j’étais sur le bon chemin », précise-t-il. C’est ainsi qu’il dit avoir pris sa Bible pour la lire régulièrement, afin d’obtenir des réponses à travers des lectures profondes.

Samuel s’implique beaucoup dans la vie d’église. « J’anime des “worship nights” pour les jeunes chez moi à la maison. »

Après son diplôme en théologie, Samuel espère retourner à Maurice. « J’aimerais faire une différence dans ce monde, Bible en main ! » Le rêve américain débute bientôt. Son rêve à lui : exercer comme pasteur !