Live News

Atteinte du VIH et de tuberculose : elle est privée de pension depuis plusieurs mois

jessica Jessica espère que sa pension pourra être rétablie.

Agée de 34 ans, Jessica (prénom modifié) explique que sa situation empire de jour en jour. Atteinte de tuberculose et du VIH depuis quatre ans, elle explique que sa santé est en train de se détériorer sérieusement.

Jessica explique qu’il y a quatre ans, elle a, du jour au lendemain, été prise de fièvres chroniques. Ce n’est qu’à l’hôpital, après consultation, que le terrible verdict est tombé : Elle est atteinte de tuberculose. « Mo pa ti atann mo pou gagn enn nouvel parey », fait-elle ressortir. Selon ses dires, ce fut un choc. « J’ai heureusement eu le soutien des membres de ma famille concernant la tuberculose », explique-t-elle. Mais une question persiste, comment annoncer sa séropositivité à ses proches ? Elle avoue ne leur avoir révélé aucun détail sur le VIH. « C’est difficile de leur en parler.Je ne sais pas comment aborder cette conversation. C’est un sujet tellement compliqué que j’ai préféré garder la confidentialité, même à l’égard de mes enfants », soutient-elle. « Heureusement que mon époux a accepté ma maladie. Il est toujours à mes côtés et m’accompagne pour mes traitements. »

«C’est dur de devoir faire face au regard des autres»

Du jour en jour, Jessica avoue que sa santé se dégrade et qu’elle est de plus en plus fragile. « Je suis souvent prise de douleurs et de fièvres, je dois prendre des médicaments deux fois par jour sur une durée de 6 mois », explique la patiente. 

Toutefois, elle allègue ne pas recevoir les traitements adéquats. « Lorsque je me présente à mon rendez-vous à l’hôpital de Candos, je me sens mise à l’écart par le médecin traitant à cause de ma séropositivité. En deux ans de traitements, le médecin m’a recommandé une seule radiographie pour établir l’évolution de ma maladie et déterminer mon état de santé », relate Jessica. « C’est dur de devoir faire face à une telle situation à cause de la maladie. Personne n’a demandé de se retrouver dans une telle situation et, face au regard des autres, cela vous brise le cœur. De plus, le médecin vient tout récemment de cesser mes prescriptions médicales », relate-t-elle. 

J’ai été convoquée plusieurs fois par le Board médical de la Sécurité sociale»

La trentenaire dit qu’elle a heureusement eu l’opportunité de bénéficier de l’aide d’une association, qui lui a permis de faire des traitements dans le privé. « Un médecin de l’association m’a référée à une clinique privée, qui m’a permise de refaire une radiographie », dit-elle. Le constat sera pour le moins accablant pour la mère de famille, car le médecin l’informe alors qu’elle est atteinte d’une tuberculose aiguë, mais qu’il faudrait encore déterminer le type de tuberculose qui l’affecte.

Difficultés financières 

L’ancienne laboureuse dit avoir bénéficié d’une pension durant deux ans après que sa maladie a été diagnostiquée. « Je touchais environ Rs 9 000, y compris l’allocation pour mes enfants, mais la pension a été supprimée », dit-elle. « Mon époux, qui travaille dans le domaine du nettoyage, ne gagne pas un gros salaire et avec toutes les dépenses de notre foyer, au beau milieu du mois, nous sommes à sec », lâche Jessica. 

« Avec les dépenses des enfants à l’école, nos finances sont vite épuisées. Cela est d’autant plus difficile que je suis aussi devenue dépendante de mon époux à cause de ma maladie », ajoute-t-elle. « J’ai été convoquée plusieurs fois par le Board médical de la Sécurité sociale, mais ma requête a été rejeté à maintes reprises », déplore la jeune femme. 

De son côté, un préposé de la Sécurité sociale explique que « normalement, c’est un Board médical qui doit évaluer si un patient atteint de VIH est invalide à 60 %, afin de bénéficier d’une pension. Si sa pension a été rejetée, c’est que la patiente n’a pas été qualifiée d’au moins 60 % pour être éligible à la pension. Toutefois, en attendant le délai des six mois pour faire une nouvelle demande, elle peut s’enregistrer pour une aide sociale. Par contre, si elle détient un rapport médical du médecin traitant certifiant que sa santé se détériore, elle peut faire une nouvelle requête de pension directement », a-t-il précisé. 


Plus de 10 millions de personnes sont atteintes de tuberculose

Bien que les traitements par antibiotiques permettent d’en guérir, plusieurs milliers en meurent chaque année. La bactérie de la tuberculose, nommée bacille de Koch, a été découverte en 1882. Il en existe plusieurs types, mais c’est la tuberculose pulmonaire qui est diagnostiquée dans 70 % des cas. Le bacille de Koch se transmet principalement par la salive d’une personne contaminée en contact répété et prolongé. De plus, une personne contaminée ayant un système immunitaire affaibli (par le VIH par exemple) est un terrain propice pour développer la maladie.


Quels sont les symptômes ?

Fièvres, toux persistante accompagnée de crachats sanguinolants, perte d’appétit et perte de poids, douleurs à la poitrine lors de la respiration ou au niveau des articulations, tels sont les symptômes de l’activation de l’infection dans le corps.

On distingue trois types de tuberculose.

  • La tuberculose pulmonaire ou phtisie. C’est la forme la plus courante de tuberculose (environ 70 % des cas). Les bactéries détruisent les tissus pulmonaires, créant ainsi des cavités. La maladie reste localisée dans les poumons.
  • La tuberculose extrapulmonaire. Dans ce cas, les bactéries attaquent d’autres parties du corps, comme les os, les reins, les ganglions lymphatiques, les méninges ou le système nerveux central. La tuberculose extrapulmonaire s’accompagne ou non d’une tuberculose pulmonaire. 
  • La tuberculose disséminée ou miliaire. Dans ce cas, les bactéries se répandent par le système sanguin et attaquent massivement l’ensemble de l’organisme. Il s’agit donc d’une tuberculose qui est à la fois pulmonaire et extra pulmonaire.

Source : Internet

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !