Live News

Allégations de pot-de-vin: des cadres du NCB et de la MQA dans le collimateur de l’Icac

La présidente du Techno Women Organisation Institute et le représentant mauricien de la firme américaine CISCO System ont porté plainte contre des cadres du National Computer Board et de la Mauritius Qualifications Authority. L’Independent Commission against Corruption (Icac) enquête sur des allégations de corruption formulées contre des cadres du National Computer Board (NCB) et de la Mauritius Qualifications Authority (MQA). Cela, à la suite de plaintes faites par le Techno Women Organisation (TWO) Institute et la firme américaine CISCO System. Les cadres du NCB et de la MQA, qui seraient impliqués dans cette affaire, auraient réclamé un pot-de-vin de Rs 200 000 aux plaignants. 10 % de Rs 2 millions aurait ainsi été réclamé au TWO Institute pour démarrer un cours d’une durée de 290 heures. Selon nos recoupements d’informations, cette demande aurait été faite aux promoteurs par un haut cadre du NCB, en décembre 2015. Pooja Ramjattan, présidente du TWO Institute, a consigné une plainte à l’Icac, à Moka. Elle a été entendue les 15 et 18 avril derniers par des officiers de la commission anticorruption. Il nous revient que le vendredi 6 mai, Vishal Nowbuth, représentant de la firme CISCO System à Maurice, a été entendu par les enquêteurs. Ces derniers ont voulu enregistrer sa version des faits après les allégations de Pooja Ramjattan. Dans leurs dépositions à l’Icac, ils auraient allégué qu’un haut cadre du NCB leur aurait demandé, en décembre 2015, Rs 200 000 comme pot-de-vin. Cela, avec la complicité d’un autre employé du NCB et de deux membres du staff de la MQA. « Tou proze dan gouvernnma, ou bizin prepar 20 % pou demar proze-la. Me akoz sa enn proze sosial, nou pe demann zis 10 % », aurait indiqué ce haut cadre du NCB à Pooja Ramjattan. Ces 10 % sont basés sur un montant de Rs 2 millions que le gouvernement allait contribuer. Plusieurs correspondances électroniques ont été échangées entre les deux parties concernées. Après l’audition de Vishal Nowbuth dans les locaux de l’Icac, le vendredi 6 mai, les officiers de la commission anticorruption comptent, dans les semaines à venir, convoquer les principaux concernés.  
 

Un projet au coût de Rs 89 millions

Pour réaliser ce projet, le TWO Institute et CISCO System devaient débourser Rs 89 856 000. Soit, un montant de Rs 208 000 par élève. Les 432 étudiants inscrits devaient suivre trois cours : Training and Certification in CCNA, Training in PHP et Training in Dreamweaver. Les promoteurs du projet ont voulu offrir gratuitement ce cours à ces étudiants. Si 90 % du montant allait être financé par la société informatique américaine CISCO System, le TWO Institute comptait, lui, sur les 10 % du ministère de la Technologie, de la communication et de l’innovation (TCI). Après plusieurs négociations, le TWO Institute et le ministère de la TCI ont trouvé un accord. Un Collective Agreement a même été signé entre les deux parties. Selon nos renseignements, le ministère de tutelle devait offrir Rs 2 millions pour la première phase du projet qui devait débuter en décembre 2015 pour prendre fin en avril 2016. La première phase devait contenir 36 étudiants.