Kevin Ghoseawon : dessinateur 3D et artiste engagé

Par Shalini Raggoo O commentaire
Kevin Ghoseawon

À 24 ans, Kevin Ghoseawon se spécialise dans les images 3D. Ses dessins sont simples et puissants. Ils dégagent une force pour permettre aux nécessiteux de regarder la vie autrement. Les couleurs n’embellissent pas que ses œuvres, mais contribuent à apaiser la peine de démunis.

L’art pour certains artistes est une passion tandis que d’autres le font pour se faire un nom. Kevin Ghoseawon est celui qui veut apporter un sens et plus de couleurs dans la vie des démunis et cela avec ses dessins.

On peut constater une profondeur assez incroyable dans ses dessins. Depuis qu’il a 12 ans, ce jeune homme réalise des dessins en 3D et il compte faire vivre sa passion pour l’art encore longtemps. Chacun de ses tableaux a un message.

L’essentiel est de dire que rien n’est impossible avec de la volonté. Il a réalisé de nombreux tableaux. Il utilise du bois, des feuilles de métal, du papier, le canevas et les murs pour s’exprimer. « Je peux aussi aller sur une montagne pour faire de la peinture, si je veux m’inspirer. Il y a quatre ans, j’avais offert un cadeau à un ami autrement capable. C’était un croquis qui démontrait qu’il n’est pas seul dans sa lutte pour être mobile. Le message était qu’il y avait des gens autour de lui pour le soutenir. Je suis fier d’avoir fait ce geste. Sa mère avait des larmes aux yeux. Elle avait l’air surprise et heureuse de voir ce que j’avais offert à son fils. Aujourd’hui, je ressens une immense joie quand je regarde mon ami », dit-il.

Il travaille actuellement comme Business Support Officer dans une entreprise privée. Il trouve toujours du temps pour ses dessins 3D au quotidien. Réaliser des portraits des gens, peindre les statuettes dans des temples, aller à la rencontre des enfants dans des associations pour partager ses connaissances avec les personnes en difficulté restent parmi ses priorités.

« J’ai toujours été inspiré par les artistes étrangers. Après plusieurs années de pratique, j’ai développé mon propre style. La 3D chalk peut être à couper le souffle, réaliste et fascinante. Mon objectif a toujours été d’innover et d’améliorer mon travail. Avoir des compliments ne suffisait pas. Je voulais apporter un peu de bonheur aux gens malheureux. Je voulais participer à leur peine, car je ressens de la douleur ainsi que de la joie quand je réalise mes œuvres. Cela m’a permis de mieux comprendre les nécessiteux. À travers mes travaux, j’ai pu les aider à avoir plus de confiance en eux. Je passe beaucoup de temps avec The One Association. C’est en partageant qu’on arrive à avancer dans la vie. Je me souviens du jour quand j’avais offert un portrait de sir Seewoosagur Ramgoolam à un enfant. Il était si heureux », raconte-t-il.

Peut-on vivre de son art ? Kevin Ghoseawon dit que c’est une question qui lui trotte dans la tête. « Tout dépend des ambitions de la personne et de ce qu’elle attend de la vie », lance-t-il avec un sourire timide. Il relate que deux Allemands lui ont dit qu’ils étaient fascinés par son travail. Ils lui ont demandé d’illustrer trois livres pendant deux ans.

« C’était une nouvelle aventure pour moi. C’est malheureux qu’à Maurice, les nouveaux artistes ne soient pas assez motivés pour progresser. Moi, je veux tout simplement voir un sourire sur le visage des gens. De nombreux jeunes ont le potentiel de rendre les choses meilleures. Tout est une question de vision. Des fois, les gens veulent apporter plus de couleurs à leur temple, mais n’ont pas les moyens. Je les aide sans rien attendre en retour et cela me procure une satisfaction personnelle », fait-il ressortir.

Son père reste la personne qui l’a toujours encouragé à aller de l’avant. « Il me disait toujours qu’il faut partager ses connaissances avec les autres, surtout avec ceux dans le besoin. J’aurai pu penser qu’à faire de l’argent, mais j’ai préféré dédier mon temps aux nécessiteux. Ils se sentent valorisés, car je leur enseigne comment faire des dessins 3D. C’est quelque chose d’extraordinaire pour eux. J’ai aussi été confronté à des obstacles dans ma vie, mais je n’ai jamais abandonné. D’ailleurs les “Likes” et les “Shares” sur ma page Facebook indiquent que je dois continuer ce que je fais ».

Il a plein des projets en tête. Entre-temps, il s’adonne également à ses activités nautiques et à la photographie. Il fait des photos dans les mariages et d’autres événements. Il réalise aussi des portraits pour les étrangers sur commande. Maintenant, il compte faire des Live Portraits sur des plate-formes avec des professionnels, dans les hôtels et des endroits publics.

« Je voudrais également illustrer des livres pour enfants pour les aider dans leur développement personnel. Je voudrais les connecter à la nature et les inculquer des valeurs qui m’ont été transmises par mon père », conclut-il.