David Stafford : un styliste qui a de l’étoffe

Par Thierry Léon O commentaire
David Stafford

Son nom est étroitement lié au milieu de la mode à Maurice. À 28 ans, David Stafford est un styliste qui n’a pas froid aux yeux. Et quand il faut oser, il ose. Sans jeu de… mode !

Avec David Stafford de Pointe-aux-Sables, on peut parler chiffon pendant des heures. Cependant, ce qu’il préfère, c’est  donner une vie distincte aux vêtements qu’on porte. Une notion qu’il nourrit depuis l’enfance. En effet, le petit David a toujours vécu au milieu des tissus. « Ma mère était responsable dans une usine de textile et par passion, c’était aussi une excellente couturière. D’ailleurs, elle cousait les vêtements pour ma soeur aînée et moi. Ce n’est donc pas étonnant que j’aie très tôt hérité du virus de la mode et du frou-frou. »

En autodidacte, il décide de créer un blog de mode. « Mode et critiques Mauritius était une plateforme pour des critiques constructives sur la création des designers mauriciens. N’ayant pas ma langue dans ma poche, je ne ratais jamais une occasion de critiquer. Ce qui fait qu’à un certain moment, tous les acteurs de ce milieu m’ont détesté. »

Par contre, d’autres reconnaissent son audace et lui donnent sa chance. « J’ai eu l’opportunité de travailler avec un mannequin de Top Model France avec qui j’ai chapeauté plusieurs défilés de mode. Puis, on m’a offert la chance de coordonner les défilés du Salon de la mode et du cosmétique à Mer-Rouge en 2013. Par la suite, j’ai pu jouir d’une petite notoriété. »

De fil en aiguille, on lui fait de plus en plus confiance. Tant et si bien qu’il organise régulièrement des défilés pour le compte du Hennessy Park Hotel à Ebène. « C’était une belle expérience de 2013 à 2014. Je cherchais moi-même des créateurs et je montais les défilés de A à Z mais malheureusement, je n’ai pu poursuivre faute de temps. »

Pour une fashion week

C’est à David Stafford qu’on fait appel pour le concours de Miss Supranational. « Quand la directrice Ameeksha Dilchand m’a proposé de venir travailler avec elle, j’ai hésité car les concours de beauté n’étaient pas ma tasse de thé. J’y ai réfléchi pendant deux mois et j’ai fini par accepter parce qu’il y avait un défi à relever. »
Embauché comme Fashion Stylist et Runaway Coach, David partage alors son savoir avec les candidates avec qui il a travaillé de 2014 à 2016.

« Je suis assez fier de moi parce que Helena Desmarais a été élue Miss Amitié en Pologne, Angie Callychurn a remporté le titre de Supranational Africa en 2016 tandis qu’Aylasha Ramrachia a décroché le prix de Première dauphine au titre de Darling of the press au concours de Miss Asia Pacific en 2017. »

Par ailleurs, le styliste souhaite que Maurice ait sa Fashion week.

« Malheureusement ici, on utilise à tort et à travers l’appellation de haute couture alors que nous ne la pratiquons pas... Personnellement, j’aurais voulu que le pays dispose d’une vraie Fashion week, comme cela se fait à étranger et où les amateurs de la haute couture pourront découvrir les talents des créateurs mauriciens. »

David est ambitieux. Désormais, il veut offrir une nouvelle dimension à sa carrière. « J’avais une boutique et je compte la rouvrir pour continuer à vendre des vêtements en ligne. Pour cela, je suis actuellement en négociation avec Tanya, une Thaïlandaise, pour commercialiser ses créations à Maurice. J’espère que cela se concrétisera d’ici à l’année prochaine. »