Live News

Souffrant de varices : elle subit une intervention à la mauvaise jambe

La dame attend des réponses de la Santé depuis plus d'une année.

Marie Marjorie Bellepeau a saisi la police jeudi, indiquant avoir été victime d’une négligence médicale depuis 13 mois et qu’elle attend toujours les conclusions de l’enquête initiée au niveau de l’hôpital Dr A.G Jeetoo. Souffrant de varices, elle avait subi une intervention à la mauvaise jambe.  

Elle se déplace avec une légère grimace qu’elle parvient à dissimuler sous son masque. Marie Marjorie Bellepeau, 54 ans, ne cesse de se poser la question sur les circonstances ayant poussé, voilà 13 mois, des chirurgiens de l’hôpital Dr A.G Jeetoo, à Port-Louis, à opérer sa jambe gauche, alors que c’est la droite qui est atteinte de varices.  

Quand elle s’est réveillée, elle a eu un choc en constatant qu’un bandage entourait sa jambe gauche. « J’ai interrogé le personnel médical, mais personne ne m’a répondu », glisse la quinquagénaire qui a retenu les services d’un avocat pour voir plus clair dans cette affaire. Elle souffre toujours de ses varices à la jambe droite qui doit absolument être opérée.  

« Ziska zordi mo pa kone kinn arive, mo pas kone ki zot inn koupe, mo santi mo lipie angourdi, kouma enn lavenn redi », raconte cette mère de quatre enfants qui a saisi la police, ce jeudi 23 septembre, pour savoir où en est l’enquête au niveau de cet établissement hospitalier. « J’ai été voir le surintendant de l’hôpital. Il a enregistré ma plainte et j’ai même été sur Radio Plus. Depuis, je n’ai reçu aucun retour », dit-elle.  

« Mem mone al lor radio, sa inn teign lamem », lance l’habitante de La Valette, à Bambous, qui travaille comme agent de sécurité dans un centre commercial de l’Ouest. « J’ai pu avoir une conversation avec l’un des chirurgiens. Il m’a fait comprendre que ma jambe gauche avait déjà été opérée. J’en suis consciente, mais comment se fait-il qu’ils soient intervenus sur la droite ? J’ignore ce qu’ils ont enlevé », déplore-t-elle.  

La mort dans l’âme, ayant deux enfants âgés de 14 et de 17 ans à sa charge, Marie Marjorie Bellepeau se dit reconnaissante que son employeur se soit montré compréhensif. « De temps à autre, il me donne du travail administratif. Il est au courant de ma déconvenue. Je me demande ce qui serait passé s’ils devaient amputer l’une de mes jambes », dit la quinquagénaire qui n’a cependant pas saisi le ministère de la Santé.  

La police de Port-Louis Sud est, elle, face à un mur  : l’hôpital Dr A.G Jeetoo a « égaré » le dossier de la patiente qui entend intenter un procès au civil contre les chirurgiens pour négligence médicale.  

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !