Live News

Singapour : un fonctionnaire en prison pour avoir fait fuiter des mesures anti-Covid

Chua, qui risquait jusqu'à deux ans de prison et une amende de 2 000 dollars de Singapour (1 366 euros), a été condamné à quatre semaines de prison après avoir plaidé coupable. Crédit photo : The Straits Times

Un fonctionnaire de Singapour a été condamné mardi à quatre semaines de prison pour avoir fait fuiter durant la pandémie de coronavirus des informations sur un assouplissement des restrictions anti-Covid.

De telles fuites sont une rareté dans la ville-Etat où le gouvernement contrôle de près les informations sensibles et où la fonction publique est très respectée.

Mais durant la pandémie, il y  a eu quelques cas de fonctionnaires qui ont transmis, avant qu'elles soient publiques, des informations sur le Covid-19 à leurs proches.

Chua Wee Lin, 52 ans, alors directeur adjoint du Conseil national des bibliothèques , avait en juin 2020 informé 18 autres personnes, au sein d'un groupe WhatsApp, des mesures d'assouplissement envisagées pour les restrictions anti-Covid, quatre jours avant l'annonce gouvernementale.

Après avoir participé à une réunion durant laquelle ces informations avaient été partagées, il avait envoyé des messages détaillant les dates de réouverture prévues pour les clubs de loisirs, les cinémas et les restaurants après le confinement partiel à Singapour, montrent des documents judiciaires.

Certains membres du groupe WhatsApp avaient fait suivre les informations à leurs amis et leurs familles. Devenu viral, l'un de ces messages avait atterri chez des fonctionnaires d'un autre ministère qui avaient alors saisi la police.

Cette fuite avait obligé les agences gouvernementales impliquées à consacrer à la quête de l'origine de la fuite une partie des ressources prévues pour l'application des mesures, selon les documents judiciaires.

"Cela s'est révélé très chronophage étant donné la viralité de l'information et il a fallu agir au détriment du combat contre la pandémie", selon les procureurs.

M. Chua, qui risquait jusqu'à deux ans de prison et une amende de 2.000 dollars de Singapour (1.366 euros), a été condamné à quatre semaines de prison après avoir plaidé coupable.

Plus tôt cette année, une femme qui travaillait au ministère de la Santé a été placée durant 18 semaines derrière les barreaux pour avoir divulgué des chiffres sur les cas de Covid-19. Selon des médias locaux, une autre fonctionnaire est accusée, elle, d'avoir transmis à son mari des données sur les fermetures d'écoles.

© Agence France-Presse

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !