Economie

Services financiers - Sudhir Sesungkur : «La confiance, l’atout vital du centre financier»

ebene Le secteur connaît une croissance de 5,7% pour 2018/19.

L’attrait du secteur financier dépend surtout de la confiance des investisseurs. Il est temps de redorer le blason du centre financier international de Maurice et de mettre frein aux attaques de la presse et de certains concurrents. C’est ce qu’a avancé Sudhir Sesungkur, ministre des Services financiers et de la Bonne Gouvernance le jeudi 18 avril, lors d’une rencontre avec la presse au siège du ministère au Sicom Tower, Ebène.

«Au cours de ces dernières années, il y a eu beaucoup d’attaques de la presse locale et internationale d’une grande agressivité. La presse a un rôle à jouer pour ne pas mettre en péril le secteur», a-t-il dit.

Il a déploré des critiques non-fondées par des membres de l’opposition, notamment autour du rapport de l’Eastern and Southern Africa Anti-Money Laundering Group (ESAAMLG). «Il y a eu des dénigrements contre moi personnellement sur le rapport initial, alors que j’ai moi-même protesté contre les conclusions et demandé la révision de la notation. Quand la rectification est faite, c’est à peine si la nouvelle est dans la presse. Ce n’est pas équitable», a-t-il ajouté.

Il a rappelé que l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et le Financial Action Task Force (FATF) sont satisfaits des réformes prises par Maurice pour se conformer aux exigences internationales sur le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

«Après toutes ces insinuations, il serait équitable que la presse nous donne un coup de main. Ce n’est ni moi ni le Premier ministre qui viendra dire qu’on est conforme, mais bien des institutions internationales indépendantes qui affirment que Maurice a les réglementations nécessaires et a su mise en œuvre des réformes rapidement.»

Pour illustrer que les instances internationales font confiance à la juridiction locale, il a cité comme exemple, l’ouverture d’un centre d’excellence du Fonds Monétaire International à Maurice.

Concernant, l’affaire BAI, il a confirmé que Rs 17 milliards ont été payés aux anciens clients. Sept sur dix ont été remboursés à 100%, soit 11 535 des 16 589 clients. Cela représente un décaissement de plus de Rs 4,2 milliards de la National Property Fund Ltd. Environ Rs 12,5 milliards ont été versées aux 8, 773 souscripteurs, dont Rs 9,7 milliards aux investisseurs du plan Super Cash Back Gold (SCBG) et Rs 2,7 milliards aux 3 775 autres de Bramer Asset Management Ltd (BAML). Il y a aussi une catégorie d’anciens clients qui ont été payée en partie, soit 51 souscripteurs de la SCBG, cela représente la somme de Rs 40,5 millions. Cinq souscripteurs de la SCBG et 20 du BAML n’ont encore rien reçu.

Il s’avère que 83 détenteurs de la police d’assurance SCBG et 417 investisseurs de la BAML ne se sont pas manifestés pour leur remboursement. Treize détenteurs s’étaient enregistrés en 2015 mais ne sont pas venus de l’avant en 2016, pour compléter les formalités nécessaires au remboursement. Quarante-deux détenteurs de police d’assurance et 18 investisseurs qui avaient complété les formalités en 2016, ne se sont jamais manifestés depuis.

Les entités précédemment non-éligibles pour recevoir un remboursement, ont été considérées. Il s’agit des sociétés coopératives, des Employees Funds, des organisations religieuses, des entités corporatives, organisations à but non lucratif et autorités locales. Elles sont 113 à avoir été remboursées à hauteur de Rs 300 millions.

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Oeudor