Actualités

PSAC 2018 : 15.500 candidats aux épreuves de science et d’histoire-géographie

La nouvelle méthode d’évaluation est à l’avantage des élèves.

Les ‘modular assessments’ en science et histoire-géographie se tiendront les 28 et 29 août respectivement, pour les écoliers du PSAC. Les autres épreuves de cet examen se tiendront au mois d’octobre.

C’est dans le cadre approprié que se préparent les modular assessements pour les écoliers du Primary School Achievement Certificate (PSAC). En effet, selon le calendrier établi par le Mauritius Examinations Syndicate (MES), environ 15 500 écoliers prendront part aux épreuves de science et histoire-géographie dans une semaine. 

Le Nine Year Continuous Basic Education prévoit que les épreuves du PSAC s’effectuent en deux temps. L’objectif est de réduire la pression sur les candidats. Ainsi, après ces deux épreuves, ils auront droit aux autres matières, du 23 au 26 octobre prochain. Celles-ci sont le français, l’anglais, les langues asiatiques, l’arabique, le kreol morisien et les mathématiques.

Classe interactive 

Krishan Kurmoo.
Krishan Kurmoo.

L’instituteur Krishan Kurmoo conseille aux candidats de prendre ces épreuves avec le sérieux voulu. Tout comme ses collègues, ce dernier avait déjà complété le programme de science et d’histoire- géographie au cours du deuxième trimestre. « Depuis la rentrée des classes après les vacances du 2ème trimestre, nous faisons une récapitulation de tout ce qu’on a fait pendant les trimestres derniers. On opte pour une classe très interactive avec des questions orales. Nous travaillons aussi les derniers past papers pour que les élèves soient exposés aux questionnaires. Le but est de les habituer avec le format du papier et les types des questions », nous confie l’instituteur. 

À une semaine des examens, Krishan Kurmoo conseille aux enfants de bien se préparer et de ne pas garder les révisions pour la dernière minute. « Les enfants doivent bien lire et comprendre les questions et finalement y répondre sans commettre des fautes. Cela est possible. Une des astuces est de ne pas se presser, au cas contraire, ils peuvent mal comprendre la question. Une des meilleures façons d’apprendre est de raconter tout ce qu’ils ont appris à leurs parents, ou à leur frère et sœur. De poser des questions aux proches et par la suite répondre soi-même. »

Les modular assessments existent depuis l’année dernière avec la première édition du PSAC. Krishan Kurmoo estime que cette nouvelle méthode d’évaluation rend service aux enfants, puisqu’ils n’ont pas beaucoup à réviser, comme ce fut le cas auparavant où il y avait les programmes de Grade 5 et 6 qui étaient à l’agenda scolaire. Maintenant, ils n’ont que le programme de Grade 6 à réviser. «  Une fois ces deux épreuves terminées, les candidats auront plus de temps à consacrer aux autres matières qui sont les mathématiques, l’anglais, et le français. »

Pour alléger davantage les épreuves, les instituteurs ont demandé aux responsables du MES de ne pas mettre des questions du programme de Grade 5 dans le questionnaire de Grade 6, comme ce fut le cas l’année dernière.

La présidente de la PTA de l’école primaire André Bazerque, Prisca Robertson, conseille aux enfants de s’appliquer. « Mon fils Lucas a fait les mêmes épreuves en 2017. Au départ, je n’approuvais pas cette nouvelle méthode. Au final, je suis satisfaite. Je m’inquiétais beaucoup pour ses résultats, mais mon fils a réussi aux examens et fréquente un collège privé de Rose-Hill. La méthode pour réussir est de suivre à la lettre ce que disent les enseignants. » 

Rehaaz Fatehmamode dont le fils participera au PSAC souligne que les modular assessments auraient dû être effectués à la fin du 2ème trimestre. « Si les examens avaient eu lieu à la fin du 2ème trimestre, ce serait à l’avantage des enfants. Beaucoup d’enfants seront concernés par les fêtes de Rakki et de Eid et risquent de ne pas être à la hauteur des épreuves. » 

Candidats privés

Les candidats du privé qui prendront le PSAC cette année, ne passeront pas les épreuves de science et d’histoire-géographie en même temps que les autres écoliers. Les autorités ont prévu un questionnaire différent pour ces derniers qui prendront les épreuves les 23 octobre pour les sciences et le 25 octobre pour l’histoire-géographie.

Ce sont principalement les candidats de Grade 7 et d’extended programme qui prendront part au PSAC et qui seront considérés comme des private candidates. 

Comptabilisation 

Les prochaines épreuves de sciences et d’histoire-géographie compteront pour 50 % des points. Selon les dispositions mises en place, les écoliers ont déjà complété le programme d’étude de Grade 5 l’année dernière aussi bien que les examens. 


Témoignages

Aymaan Fatehmamode, école Jean-Lebrun

Aymaan Fatehmamode
Krishan Kurmoo.

« Nous avons beaucoup travaillé à l’école. Notre enseignant nous a dit de ne pas avoir peur. Il nous a donné du travail dans les anciens questionnaires et les specimen papers. Malgré cela j’ai peur des examens. Peur de ne pas être à la hauteur. Depuis la rentrée du 3ème trimestre, nous avons travaillé essentiellement l’histoire-géographie, les sciences et les mathématiques. »


William Soubans, école de Roche-Terre

William Soubans
William Soubans

« Je prends des leçons particulières du lundi au jeudi. Après les cours je prends quelques instants pour moi et je me remets au travail avec les révisions. Plus de télé, plus de tablette et les week ends je ne sors pas jusqu’à la fin des examens. J’ai des difficultés en histoire-géo donc je dois étudier davantage pour mémoriser les détails. »


Yash Tataree, école Émilienne Rochecouste

Yash Tataree
Yash Tataree

« J’ai un peu peur des examens surtout l’histoire- géographie. Nous faisons beaucoup de révision depuis la rentrée. Je préfère les sciences surtout le chapitre Energy. »


Saniyah Daharee, école Jean Lebrun

Saniyah Daharee
Saniyah Daharee

« Je suis prête pour les examens de PSAC. Je fais mes devoirs tous les jours et je me concentre à fond sur mes études. Je fais en sorte de ne rater aucune de mes leçons. Mes révisions ont déjà commencé. J’espère pouvoir réussir dans toutes les matières. Les instituteurs font de leur mieux pour nous aider à les réussir… »