Xplik ou K

Pauvreté - Tranquebar : ces oubliés du développement

C’était la veille des célébrations de Divali.

Tandis que nombre de Mauriciens installaient leurs lampes traditionnelles ou plaçaient leurs guirlandes lumineuses, une équipe du Défi Media Group s’est rendue au Morcellement Manna, à Tranquebar, histoire de voir les conditions horribles dans lesquelles vivent une centaine de familles.

On est à quelques minutes du centre de Port-Louis. Pourtant, une centaine de familles, loin des flashes scintillants de la capitale, vivent sans électricité depuis bientôt un an. « La fête de la lumière, ce n’est vraiment pas pour nous », déclare Marie Adeline, désabusée. Les tentatives des habitants pour se procurer du courant (de manière illégale , NdlR) via les pylônes de la région ont été rapportées au Central Electricity Board qui a sévi.

Les squatters vivent sans électricité depuis un an.

L’accès aux habitations est très difficile. Il a fallu emprunter un chemin rocailleux et abrupt à flanc de montagne pour gagner les « logements » de ces squatters. Une fois sur place, le constat est accablant. Les conditions de vie sont déplorables : maisonnettes en bois sous tôle, petit feu de camp organisé par plusieurs voisins pour se procurer un peu de lumière et de chaleur… Bref, il n’y a pas grand-chose pour faire passer le temps. La plupart des gens se regroupent chaque soir autour du feu pour papoter. Les enfants jouent ensemble, en compagnie de quelques chiens errants qu’ils ont fini par accepter comme faisant partie des leurs au sein de la communauté.

« Auparavant, on se procurait de l’électricité auprès de familles connectées. Mais elles ont été déplacées à Pointe-aux-Sables par le ministère du Logement et des Terres, car elles se trouvaient sur le tracé de la Ring Road. C’est après leur départ en décembre 2016 que nos difficultés ont commencé », relate Marie Adeline, porte-parole des habitants de Morcellement Manna.

Terrains privés

Après enquête, nous comprenons que ces familles squattent des terrains privés. La rédaction a pris contact avec une représentante du ministère, qui confirme que ces familles n’occupent pas un terrain de l’État, car toutes celles qui se trouvaient sur l’espace public ont étaient régularisées.

« Nous sommes enregistrés sur la liste sociale (SRM) du ministère de la Sécurité sociale, mais jamais un officier n’est venu faire un état des lieux et constater dans quelles conditions nous vivons. Une personne ne peut vive sans électricité ! » s’exclame Maïta, une autre habitante.

Quelques bougies illuminent la maison d’une autre squatteuse. Marie Rosemay Cornette et son compagnon vivent dans un logement de deux chambres. Elle relate les difficultés qu’elle rencontre pour se rendre au travail. « Ce n’est pas facile de descendre cette pente escarpée tous les jours, surtout en période pluvieuse. Je recharge mon téléphone au travail. Parfois, pour regarder un film, je me rends chez ma belle-mère. »

Périple pour se rendre à l’école

Malgré ces difficultés, les familles de Morcellement Manna font de leur mieux pour que les enfants se rendent à l’école au quotidien. Avec l’accord de ses parents, Janine, une collégienne de Form II, confie qu’elle se sent différente de ses camarades de classe. Elle raconte son périple quotidien pour aller à l’école.

« On est en période d’examens et les révisions se font à la lueur d’une bougie. Il faut parcourir une longue distance à pied pour gagner l’école. Il n’y a aucun autobus car le chemin n’est pas asphalté. Quand le passage est boueux, il faut se munir d’une bouteille d’eau. On retire nos chaussures pour descendre et ensuite on se lave les pieds, pour remettre nos chaussures et se rendre à l’école. »


Roubina Jadoo, PPS : « Les autorités s’activent »

Contactée vendredi, la Parliamentary Private Secretary Roubina Jadoo-Jaunboccus dit être au courant de la situation de ces familles. « Je travaille avec le ministère du Logement et des Terres pour voir comment reloger ces familles. Une demande a été faite au ministère. Tout dépendra de l’éligibilité de ces familles à bénéficier d’une maison de la NHDC ou d’un lopin de terre où elles pourront bâtir une maison avec l’aide de la National Empowerment Foundation. » Quid de l’électricité ? « J’ai fait une demande au Central Electricity Board, mais c’est compliqué. Il faut une attestation du propriétaire pour l’installation d’un compteur. J’ai approché les habitants pour que quelqu’un accepte de faire l’enregistrement du compteur à son nom, mais nul ne s’est porté volontaire. »


Osman Mohamed : « Une situation complexe »

Osman Mohamed, député de la circonscription no 2, a réagi : « Je suis satisfait que les familles qui résidaient sur le tracé de la Ring Road aient été relogées à Pointe-aux-Sables, mais cela m’attriste d’entendre le témoignage des habitants de Morcellement Manna. Leur situation est très complexe, car ils doivent présenter un contrat de propriété au Central Electricity Board pour être connectés au réseau électrique. Une solution doit être trouvée dans les plus brefs délais. Pour bénéficier des programmes existants, il faut du temps afin de mener une enquête. Dans l’immédiat, je suis disposé à me rendre sur place pour voir comment aider au mieux ces familles. »

Chiffres
Selon Statistics of Mauritius, en 2012, 33 600 ménages (9,4 %) incluant 122 700 personnes (9,8 %) vivaient dans une pauvreté relative. Les enfants sont plus exposés que les personnes âgées : ils sont 42 100 enfants (sur 285 900) à être dans ce cas. Les chiffres pour 2017 sont en train d’être compilés, car le sondage se fait tous les cinq ans.