Live News

Meurtre à Curepipe : Joyce a connu l'enfer de la violence conjugale

Joyce Revat est décédée dans la nuit de jeudi. Son concubin, Rodney Rambhojun, a été arrêté

Elles ont succombé aux coups de leur conjoint. Trois femmes sont mortes des suites de violences conjugales en l'espace d'une semaine à Maurice. Dernier cas en date : Joyce Revat, 32 ans, est décédée jeudi soir. Bouleversant, choquant, triste et inacceptable, dit la ministre Fazila Jeewa-Daureeawoo.

De l'amour à l'enfer. C'est la triste réalité vécue par Joyce Revat ces dernières années. Après sa séparation d'avec son époux, Jean-François Jamac, avec qui elle a trois enfants, âgés de 13, 14 et de 16 ans, cette habitante de Cité Pitot, décide de vivre en concubinage avec Rodney Rambhojun. Mais, le couple a vite commencé à battre de l'aile.

Rodney
Rodney Rambhojun, le concubin de Joyce Revat, a été arrêté

C'est au domicile de Joyce Revat à Cité Pitot, située non loin du supermarché Sik Yuen à Curepipe, qu'une énième dispute a éclaté jeudi soir entre la jeune femme et son concubin. Une dispute qui a cette fois viré au drame.

maison
Le drame s'est produit dans cette maison. C'est ici que vivait Joyce Revat

Alertés, des policiers se sont rendus sur place où ils ont découvert Joyce inconsciente sur un lit. Elle a été transportée d'urgence à l'hôpital Victoria où un médecin a constaté qu'elle était déjà morte.

cite
La victime habitait Cité Pitot, située non loin du supermarché Sik Yuen à Curepipe

La police a vite arrêté le concubin de Joyce. Rodney Rambhojun, un aide-chauffeur de 36 ans habitant Résidence Malherbes, Curepipe, a été soumis à un interrogatoire serré. Il a avoué avoir eu une dispute avec la jeune femme «akoz enn problem manze». 

Cependant, il avance que Joyce Revat a elle-même plongé sa tête dans un sceau rempli d'eau. Ce qui, selon lui, a causé sa mort. 

Toutefois, les enquêteurs estiment que sa version n'est pas crédible. L’autopsie pratiquée par le Dr Sudesh Kumar Gungadin, ce vendredi matin, a conclu que Joyce Revat est morte par asphyxie due à la noyade.


Un voisin de la victime raconte que le couple avait l'habitude de se disputer après avoir pris quelques verres. Il s'est confié à TéléPlus sous le couvert de l'anonymat.


Un cousin de Joyce Revat confirme que les disputes étaient légion au sein du couple. Il dit avoir assisté à une scène d'horreur dans la nuit du jeudi 12 septembre. Ecoutez son témoignage. 


Marie Sulvia Revat, la soeur de Joyce, est catégorique. Sa soeur, dit-elle, était victime de violence conjugale, mais cette fois-ci elle y a laissé sa vie. «Lin rakonte mwa. Li dir mwa Rambhojun bat li pou nanie», a-t-elle raconté à TéléPlus.


L’ex-époux de Joyce Ravat, Jean-François Jamac, a pour sa part, affirmé qu’il est resté en contact avec elle après leur séparation, il y a cinq ans, pour le bien de leurs trois enfants.

«So bann zanfan ress ar mwa», explique l'ex-époux. Cela fait un mois, dit-il, qu’il n’a pas revu Joyce Revat : «Li ti vinn dan cite li vinn get so ser apres linn ale». 

ex
L'ex-époux de Joyce Revat

Selon Marie Sulvia Revat, sa soeur a plusieurs fois porté plainte à la police pour dénoncer les violences dont elle a été victime. 

«Tou kou nou ale. Nou al stasion nou al donn konplaint stasion ki li bat fam-la. Li apiy so latet ek miray», a déclaré Marie Sulvia Revat à TéléPlus.

En attendant que la justice tranche dans cette affaire, Rodney Rambhojun reste en détention. Il a participé à une reconstitution des faits ce vendredi après-midi.

Troisième victime

Deux autres femmes ont connu un sort similaire que Joyce en l'espace d'une semaine. D'abord, Stéphanie Ménès, 32 ans, a été tuée par son mari, Steeve Ménès, à Résidence Briqueterie, Sainte-Croix, le mercredi 4 septembre. Le présumé meurtrier s'est donné la mort le lendemain. 

Et en début de semaine, Nasureedhin Mohammed, 38 ans, a avoué avoir tué sa femme, Shabneez, âgée de 35 ans. Le drame s'est produit à leur domicile à Bel-Air-Rivière-Sèche. 

«Zot bizin vinn de lavan denonse»

Trois morts en une semaine. Il faut prendre le taureau par les cornes et dénoncer les cas de violences conjugales, exhorte la vice-Première ministre et ministre de l'Egalité du genre, Fazila Jeewa-Daureeawoo, aux victimes de violences domestiques. «Zot bizin vinn de lavan denonse. Fode pa ki nou subir an silans», affirme-t-elle.

Que dit la loi sur la violence domestique ? Voici les explications de l'avocate Me Melany Nagen.


Infos pratiques :
•    Pour dénoncer un cas de violence domestique, appelez le 139
•    Vous pouvez aussi vous rendre à la Family Protection Unit, 2e étage, SILWF Building, rue Édith Cavell, Port-Louis ou contactez le 2130001/ 2130002

>>A lire : Violence conjugale : ce que prévoit la loi

Sur le même sujet : 

L'ex-époux de Joyce : «Mo fine plizir fwa essaye sov so lavi»


 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !

  • Food Donation