Economie

Marché de l’emploi : ces entreprises dont les employés travaillent déjà à domicile

Le gouvernement introduira bientôt le ‘Work@Home Scheme’ en vue d’encourager le télétravail. Les femmes sont surtout ciblées. Or, plusieurs compagnies prônent déjà le travail à domicile. Incursion dans trois de ces entreprises.

Ceridian : Une habitude de travail pour plusieurs salariés

Chez Ceridian, la flexibilité a toujours été de mise. En effet, plusieurs modes de travail flexibles, dont le travail à domicile, sont proposés aux employés. Le but est de privilégier la «work-life balance». « Ce sont surtout les employés qui font le ‘night shift’ qui ont recours au travail à domicile (Ndlr : ces employés constituent environ 40 % du personnel. Toutefois, ce n’est qu’une partie d’entre eux qui travaillent de chez eux). D’autant plus que nous travaillons avec des clients américains et canadiens à des heures indues. C’est une pratique qui se fait depuis plusieurs années », explique Cindy Rey, Head of People and Culture chez Ceridian Mauritius Ltd (société technologique de gestion du capital humain). La compagnie offre le même avantage aux employés en cas d’urgence familiale.

Pour ces employés, travailler à domicile est plus avantageux, car ils peuvent être avec leurs familles en même temps. « Avec ce mode de travail, certains parents peuvent même se permettre d’aller chercher leurs enfants de l’école l'après-midi avant de se reconnecter à la maison», indique notre interlocutrice.
Il faut savoir que ces employés disposent de logistiques nécessaires (ordinateur, etc) – offertes par la compagnie - pour travailler dans ces conditions.

Qu’en est-il, toutefois, de leurs conditions de travail ? « Ils ont droit aux mêmes facilités que les employés qui travaillent au bureau, que ce soit en termes de congé, de salaires et autres conditions », ajoute Cindy Rey. S’agissant de la facture d’Internet, la compagnie prend en charge les frais si le ‘work from home’ est requis par le business.

Pour Cindy Rey, le travail à domicile est à l’avantage, non seulement du salarié, mais aussi de l’employeur.

« C’est gagnant-gagnant. D’une part, l’employé dispose de plus de temps pour sa famille. De l’autre, l’entreprise bénéficie également dans le sens que ces employés sont très loyaux vis-à-vis de la compagnie», fait-elle ressortir. Qu’en est-il des inconvénients de ce mode de travail ? « Nous les avons tout simplement contournés. En effet, des problèmes peuvent surgir si la personne reste exclusivement à la maison. C’est pourquoi nous encourageons ceux qui travaillent à domicile de venir au bureau deux à trois fois par semaine. Ceci, en vue de favoriser leur engagement vis-à-vis de l’équipe et de l’entreprise », conclut Cindy Rey.


Accenture : 10 % du personnel ont opté pour le travail flexible

« Nous avons toujours pratiqué le télétravail (Work From Home - WFH) chez Accenture et nous l’avons formalisé dans notre politique depuis 2013 sous la forme de Flexible Work Arrangement», indique Yashmee Dewoo, Country HR Manager chez Accenture. Le Flexible Work Arrangement comporte également le travail à temps partiel et l’aménagement du temps de travail (Compressed Work Week) qui offrent encore plus d’options aux employés souhaitant plus de flexibilité dans leur emploi du temps.

« À ce jour, plus de 10% de nos collaborateurs utilisent le Flexible Work Arrangement », souligne notre interlocutrice. Quel est le profil de ces employés ? « Nous constatons aujourd’hui l’utilisation de ce dispositif à travers notre personnel, quel que soit leur niveau ou leur genre », fait ressortir Yashmee Dewoo. Et d’ajouter : « La nouvelle génération a un besoin de liberté pour exprimer sa créativité dans son propre espace-temps, sans perdre du temps de transit entre domicile et lieu de travail. Le WFH demande, toutefois, plus de rigueur et d’organisation, mais apporte de la flexibilité à nos collaborateurs et en particulier à ceux qui ont des engagements familiaux ».

Il faut savoir qu’aujourd’hui, les entreprises disposent d'outils et de logistiques permettant de faciliter le travail à domicile. D’ailleurs, Accenture dispose d’outils collaboratifs (Skype for Business, Microsoft Teams, etc.) qui permettent aux employés de travailler avec des clients au bout du monde en gommant la distance physique. S’agissant du salaire, il dépend du nombre d’heures travaillées. « Que ces heures soient effectuées du bureau ou de la maison », ajoute Yashmee Dewoo. La Country HR Manager chez Accenture accueille favorablement la décision du gouvernement de favoriser le travail à domicile. « Nous sommes à l’ère de la virtualisation du lieu de travail que nous appelons le Work From Anywhere. C’est un besoin inéluctable de notre époque et le gouvernement a un devoir de faciliter et de s’assurer que le progrès se fasse dans les meilleures conditions pour le bien de tous. Toute décision et structure qui facilitent la flexibilité au travail est la bienvenue », fait-elle ressortir.


Introduction d’un ‘Work@Home Scheme’ : 3 500 emplois à pourvoir

3 500. C’est le nombre d’emplois que le gouvernement espère créer à travers l’introduction d’un ‘Work@Home Scheme’. Pour inciter les employeurs à encourager ce mode d’emploi, le gouvernement compte déduire l’impôt sur les salaires et autres coûts y relatifs de ces employés pour les deux premières années. De plus, les employeurs bénéficieront d’un ‘tax credit’ annuel de 5 % sur trois ans sur tout investissement qu’ils consentiront sur le système informatique requis en ce sens. L’Employment Rights Act sera également amendée en vue d’inclure les termes et conditions d’emploi des gens qui travailleront de chez eux.

Saks Mode : Quand employeur et employés travaillent chez eux 

shoba
Shoba Sujun lors d’une expo-vente au Kenya.

Shoba Sujun, directrice de Saks Mode, est une patronne pas comme les autres. Pour cause, non seulement cette habitante de St-Julien d’Hotman travaille à domicile, mais certains de ses employés le font également.

Tout a commencé il y a cinq ans quand Shoba Sujun décide de travailler à son propre compte. « J’ai travaillé dans deux usines de textile auparavant pendant près de 18 /20 ans (Ndlr : Dans la première usine, elle a commencé comme ‘clerk’ avant d’intégrer le département import/export, puis l’administration tout en étant impliquée dans la production. Dans la seconde usine, elle s’occupait de l’administration, du recrutement et de la production). "Quand l’usine a fermé, je me suis lancée dans l’entrepreneuriat », relate-t-elle.

Sa compagnie – Saks Mode - est spécialisée dans la confection de lingerie (Ndlr : elle a appris les ficelles du métier avec une designer anglaise) et des maillots de bains qui sont exportés en Europe. L’entreprise produit également des produits textile (chemise, robe, etc) pour le marché mauricien ainsi que de la lingerie sur commande. « Je travaille à mon domicile dans le garage que j’ai aménagé à cet effet », indique-t-elle. Pour l’aider dans sa tâche, elle emploie trois femmes. « Elles habitent toutes les trois dans les environs et elles travaillent comme moi de chez elles. Leur travail consiste à couper le fil, poser des paillettes et autres accessoires à la main ou faire des broderies. Elles travaillent aux horaires qui les conviennent tout en respectant les délais fixés pour rendre les travaux », souligne notre interlocutrice. A savoir que Shoba Sujun emploie parallèlement des employés à temps partiel qui viennent lui donner un coup de main à son domicile.

Pour Shoba Sujun, qui est mère d’un adolescent de 14 ans, le travail à domicile implique moins de frais et des horaires plus flexibles. « Aujourd’hui, c’est devenu compliqué de trouver des employés disposés à travailler sur la machine de 7 heures à 17 heures. Avec le travail à domicile, ils peuvent disposer de leur temps".