Actualités

Leadership : l’Open University décortique les défis de demain

L’Open University a accueilli un groupe de quatre anciens de la Harvard Kennedy School pour discuter des défis qui attendent les leaders de demain. L’engagement citoyen, l’établissement de la confiance, la maîtrise de la révolution numérique et l’art oratoire sont autant de sujets qui ont été abordés.

Àquels défis les leaders de demain devront-ils faire face dans un monde en perpétuelle évolution ? C’est une question à laquelle l’Open University a tenté de répondre, le mercredi 16 août, au campus du Réduit, à travers une conférence à laquelle participait un groupe d’anciens de la Harvard Kennedy School. Quatre chercheurs de cette université ont abordé plusieurs aspects, dont la globalisation, les services financiers, l’art oratoire et les projets infrastructurels. La Mauricienne Manisha Dookhony, vice-présidente de l’association des anciens étudiants de la Harvard Kennedy School, agissait comme modératrice.

Le Dr Ramaswami Balasubramaniam, médecin de formation, qui se consacre désormais à la promotion de l’engagement citoyen, a été le premier à aborder la question. Pour lui, il y a trois défis majeurs qu’il faudra relever pour assurer le développement humain : « D’abord il y a le fondamentalisme religieux qui refait surface à travers le monde, puis, les avancées technologiques qui menacent les emplois et la croissance rapide qui créé des iniquités rapidement. » Le médecin a fait référence à la situation en Inde, où 20 % de la population contrôlent 80 % de la richesse du pays. Ce qui complique davantage les choses, selon lui, c’est que « le citoyen s’est désengagé et ne ressent pas le besoin de faire preuve de solidarité ».

Khanna Ashish, spécialiste en développement durable, a touché à la question de la relation de confiance qui doit être établie entre les leaders et leur auditoire pour que les changements qui doivent être apportés aient du succès. « 70 % des échecs dans les tentatives de transformation ont pour cause la communication stratégique », a-t-il expliqué. Pour qu’un projet de société puisse marcher, par exemple, ce dernier insiste sur le fait que tous les acteurs concernés doivent en faire le leur. Et cette appropriation universelle n’est possible qu’à travers une bonne communication de la part du leader qui le propose.

Pour Rosamund Grady, spécialiste du secteur financier, il est aussi important de savoir maîtriser les changements bouleversants qui se succèdent désormais, pour pouvoir mitiger les risques qu’ils présentent. « Il faut comprendre la révolution numérique que nous vivons, a-t-elle expliqué, quels sont les nouveaux risques qu’elle présente ? Il faut savoir équilibrer l’innovation et les risques. » Les risques peuvent surtout affecter les consommateurs, selon elle, ou encore la stabilité financière. Pour cela, il est essentiel d’avoir un cadre légal et réglementaire adéquat.

Allison Shapira, fondatrice et CEO de Global Public Speaking  LLC, a rappelé l’importance de ne pas oublier le contact humain au milieu de toutes ces révolutions. Lors de la prise de parole, le leader doit croire dans ce qu’il dit pour avoir une chance de toucher son auditoire. « Vous ne pouvez pas convaincre autrui si vous ne vous êtes pas vous-même persuadé, a-t-elle expliqué, ensuite, c’est important de connaître les membres de son auditoire, il faut connaître leur langage pour pouvoir les inspirer. »