Magazine

Gestion des émotions : la méditation pour les petits

Faire le vide, se recentrer sur soi, apaiser son esprit : la méditation est aujourd’hui largement répandue. Des monastères bouddhistes, elle est passée à l’ère 2.0. Les enfants aussi en font l’expérience.

Quels sont les bienfaits de la méditation ? Elle aide à la circulation de l’énergie dans le corps et le cerveau, allégeant le système nerveux. Elle apaise aussi les pensées négatives qui provoquent des tensions psychologiques et physiques.

Le stress et l’angoisse n’épargnent pas l’enfant. S’il pratique la méditation, il pourra s’en débarrasser. C’est une révolution pour tous les enfants et pas seulement pour ceux souffrant de déficit de l’attention ou pour les hyperactifs.

La méditation peut les aider à s’apaiser et à mieux connaître et comprendre leur corps et leur esprit. Incitez votre enfant à pratiquer dix minutes de méditation régulièrement. Cela lui apprendra à se concentrer, à se calmer, mais aussi à gérer ses émotions négatives comme la peur, la tristesse et la colère.

Dans un monde ultra-connecté, même les plus petits le sont. Tablette, console de jeu, téléphone, télévision... la technologie est partout. Les enfants sont constamment sujets à ces distractions, qui affectent ainsi leur concentration, allant jusqu’à causer des troubles du sommeil et provoquant des énervements.

Selon les psychologues, notre capacité d’attention a baissé en quinze ans. Comment donc aider les enfants à être plus attentifs ? La méditation pourrait être la solution.

Celle-ci permet à l’enfant de se poser et de voir plus clair. Lui faire prendre conscience de son corps, de sa respiration et de ses émotions pour s’épanouir, c’est possible.

Dans certains pays anglo-saxons, la méditation a fait son entrée dans les écoles, remplaçant les heures de retenue. On y enseigne la méditation aux enfants turbulents à travers les exercices de respiration, mais la méditation ne doit pas être une épreuve de force pour l’enfant et doit être avant tout un moment de plaisir.

Méditer n’est pas chose facile, c’est un exercice mental auquel il faut se former. C’est une pratique pas évidente, même pour les adultes. Avec les enfants, il faut d’abord choisir le moment approprié, par exemple, le matin avant d’aller à l’école, ou après l’école, avant de passer aux devoirs et avant de se coucher. Il suffit alors de rester un moment tranquille et en silence pour se relaxer et trouver rapidement le sommeil. Voici les meilleurs techniques pour aider son enfant à méditer.

La météo

Parler de la pluie, du beau temps, des nuages, du vent ou de la température selon ce que l’enfant ressent. Ce dernier pourra ainsi lier la météo à ses sentiments. Lui poser des questions pourra l’aider à aller au plus profond de lui-même, à mieux comprendre ses émotions, ses pensées ou même une sensation physique.

L’exercice de l’arbre

Un jeu de rôle, dans lequel on demande à l’enfant de se mettre debout et de faire l’arbre. Comme si l’enfant était un arbre, ses pieds les racines, où il prend place dans la terre et se sent solidement attaché. Ses bras, qu’il étire doucement deviennent les branches, qui poussent aussi loin qu’il le peut. À travers cet exercice, vous pouvez demander à votre enfant ce qu’il ressent.

La petite fourmi

Adaptée de la technique dite « balayage corporel », la petite fourmi est un exercice lors duquel l’enfant peut découvrir ses sens à travers l’histoire d’une petite fourmi : « C’est donc l’histoire d’une petite fourmi qui commence à grimper sur le gros orteil du pied, oups, ça chatouille un petit peu. Mais la petite fourmi continue, et pouf, elle tombe au milieu des doigts de pieds. Houlala, c’est bizarre, c’est un peu humide et chaud par ici. Alors, elle remonte sur l’autre doigt de pied… » et ainsi de suite. Il faut bien mettre le ton sur tous les détails.

  • Health matters

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !