Live News

Deuxième partie du troisième trimestre : entre mesures sanitaires et rattrapage

Terminer le programme d’études et commencer les révisions.

La deuxième partie du troisième trimestre commence le lundi 2 mai. Après deux semaines de congé, les élèves reprennent le chemin de l’école. Ce trimestre qui prend fin le 22 juillet sera consacré à terminer le programme d’études et à démarrer les révisions.

CALENDRIER SCOLAIRE

2e partie du troisième trimestre

  • 2 mai au 22 juillet

3e partie du troisième trimestre

  • 22 août au 4 novembre

Petits et grands reprennent le chemin de l’école le 2 mai. Ce trimestre est considéré comme très important. Il vise à consolider les acquis, à terminer le programme d’études et à commencer les révisions en vue des examens du troisième trimestre. 

Le secrétaire de l’Union of Private Secondary Education Employees, Mansoor Kurrimboccus, rappelle qu’il y a eu beaucoup de défi à relever durant les premières semaines de l’année. Il cite le mauvais comportement de certains élèves et le désintérêt chez d’autres pour les études. 

« Il nous a fallu être à l’écoute des certains élèves qui ont parfois vécu des moments difficiles au sein de leur famille. Une fois la confiance rétablie, le travail s’est poursuivi en respectant le rythme de chacun. »
« Après des vacances de Pâques bien méritées, nous accueillerons à nouveau les éducateurs et les élèves à l’école le lundi 2 mai. Nous nous attendons à ce qu’ils soient motivés pour la deuxième partie du troisième trimestre. » C’est ce qu’avance Harrish Reedoy, président de la United Deputy Rectors and Rectors Union.

Il souligne l’importance d’être appliqué durant les prochaines semaines, pour boucler le programme. C’est important pour les élèves prennent le National Certificate of Education, le School Certificate et le Higher School Certificate. Il y a aussi les mock exams en juillet.  Il ajoute que les parents sont des partenaires importants dans l’apprentissage des enfants. 

Yugesh Panday, membre exécutif de l’Union des recteurs et des vice-recteurs des collèges d’État, souhaite que ce trimestre se passe en toute quiétude. Il espère que les établissements aient le personnel requis et la logistique nécessaire comme des salles spécialisées. Il souhaite aussi que les recteurs aient une plus grande marge de manœuvre pour gérer le calendrier scolaire. La discipline est très importante et il recommande que les étudiants retrouvent l’intérêt pour les études. Certains d’entre eux avaient décroché, ces derniers temps. Pour y parvenir, les recteurs comptent sur la collaboration des parents.

Au primaire, il y aura des Modular exams en Grade 5 et le Primary School Achievement Certificate pour la Grade 6.

Namarajen Tiroovengadum, secrétaire de la Head Masters Union, estime qu’il faut encourager les parents à envoyer leurs enfants à l’école. « Durant le dernier trimestre, nous avons noté dans certaines écoles, un taux d’absence de 10 à 15 % par jour. C’est à cause de la pandémie. Ce trimestre, il faudra rassurer que les parents prennent des dispositions pour protéger les enfants. »


Oomavedi CudianOomavedi Cudian : « Rendre l'école plus attrayante »

Oomavedi Cudian, la Manager du New Eton College met l’accent sur la nécessité pour les élèves de saisir les opportunités qui leur sont offertes.

Ce deuxième trimestre fait partie d’un calendrier scolaire qui a commencé en juin 2021. Comment poursuivre ses études sans se fatiguer ?
Le désir de changer le calendrier scolaire a été formulé par plusieurs. Cependant, les examens au mois d’avril auraient été trop tôt et au mois d’octobre un peu éloigné. Le ministère de l’Éducation a dû faire un choix. Maintenant, pour nous, c’est un sentiment mitigé : plus de temps pour se préparer, mais une tendance évidente pour les élèves à s’ennuyer. Fatigué, c’est un autre problème. Ils sont tenus de demander un peu de répit si l’examen est encore loin. Cependant, au New Eton College, nous essayons d’aider les élèves à tirer le meilleur parti du temps disponible pour se préparer à l’examen.

Est-ce que les enseignants doivent avoir de nouvelles compétences ?
Définitivement, un nouveau contexte et de nouveaux défis exigent de nouvelles compétences. Je pense qu’enseigner, ce n’est pas simplement être en classe. C’est aussi une meilleure compréhension de l’enfant, de ses défis, la capacité d’être un conseiller, un motivateur et quelqu’un qui est là, aux côtés des élèves pour le comprendre et veiller à ce qu’ils ne perdent pas espoir. L’enseignant doit être capable d’aider les enfants à transformer les nouveaux défis en opportunités. Lorsqu’il n’y a pas d’issue, le succès dépend de notre capacité à en tirer le meilleur parti. On veut aussi proposer de nouveaux projets pédagogiques pour aider les enfants et rendre l’école plus attrayante.

Avec le confinement, beaucoup d’élèves n’ont pas pu se connecter avec les classes et sont en retard sur le programme d’étude. Comment combler ce retard au deuxième trimestre, s’il est toujours d’actualité ?
Je ne pense pas qu’il y ait trop de choses à rattraper. En effet, l’année scolaire a été prolongée. C’est peut-être la dernière année que nous avons plus d’une année académique pour nous préparer à l’examen. Cela peut être démotivant pour certains, mais ceux qui en profitent ont définitivement la possibilité de profiter d’une mauvaise situation !

Nous nous sommes rendu compte que tous les élèves n’ont pas profité des cours en ligne pendant le confinement. Cependant, ceux qui l’ont pris au sérieux et étaient réguliers ont obtenu de meilleurs résultats. C’était évident dans leur résultat à la fin de l’examen interne. Il y a un problème fondamental avec la plupart des élèves, ils ne profitent pas des opportunités qui leur sont offertes dans la vie. Au final, seuls ceux qui devaient faire mieux ont tenu le rythme. Les élèves qui prennent conscience qu’ils ont une opportunité changent, mais beaucoup ne saisissent pas l’opportunité à leur avantage. C’est pourquoi les enseignants et leur capacité à changer l’état d’esprit des élèves comptent beaucoup.


Yoshinee DhunnooYoshinee Dhunnoo : « Bien s’alimenter pour rester concentré »

Une bonne alimentation est nécessaire pour rester en bonne santé. Les étudiants sont eux très concernés puisqu’ils doivent fournir des efforts physique, intellectuel et sont en pleine croissance. La nutritionniste-clinicienne, Yoshinee Dhunnoo souligne qu’il : « faut bien s’alimenter pour rester concentré. »

Le petit déjeuner est le repas qui casse un jeûne de six à huit heures. Yoshinee Dhunnoo précise qu’il doit être équilibré pour que l’étudiant puisse avoir des nutriments qui lui procurent de l’énergie pendant toute la journée.

Le petit déjeuner équilibré se compose de carbohydrates, de protéines, de matières grasses, de vitamines, de minéraux et d’eau. La nutritionniste-clinicienne propose donc pour un petit déjeuner simple. Il s’agit de pain à tartiner avec du beurre et du fromage, un verre de lait et un fruit ou des céréales avec du lait et un fruit. Si l’enfant est pressé et n’a pas le temps de le prendre, à l’aide d’un mixer les céréales peuvent être mélangées avec du lait, des noix et un fruit. Ce qui lui permet de l’avaler avant de se rendre en classe.

Puis, pour le break de dix à quinze minutes que les élèves ont avec l’heure du déjeuner, elle propose de prendre un fruit ou un yaourt.

Le déjeuner sera un pain fourré avec des légumes ou autre chose, mais pas d’aliment trop gras. Des pâtes, du riz ou des crêpes salés peuvent aussi remplacer le pain.

Le goûter se composera de pudding de maïs, de manioc ou d’idli ou de mets cuits à la vapeur.

Au dîner, c’est un repas léger qui est privilégié composé de beaucoup de légumes, grains secs ou de viande maigre.

L’enfant doit consommer des légumes dès son jeune âge et éviter des fastfoods. « La restauration rapide est riche en matière grasse, sel et sucre. Ce qui est néfaste pour l’étudiant. »

Elle ajoute qu’il doit consommer beaucoup de liquide par jour. Une moyenne six à huit verres d’eau. Il doit aussi faire de l’exercice, parce que beaucoup ne pratiquent pas de sport.

  • Ed nou pou kont ou!

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !