Live News

Commission d'enquête : Roubina Jadoo-Jaunboccus conteste le rapport Lam Shang Leen en Cour suprême

Roubina Jadoo-Jaunboccus lors d'une conférence de presse au lendemain de sa démission comme ministre.

C'est fait ! Roubina Jadoo-Jaunboccus a juré, ce vendredi 10 août, un affidavit en Cour suprême dans le cadre de sa demande de révision judiciaire (Judicial Rewiew). Dans un document de 16 pages, elle conteste les conclusions - du moins les conclusions qui la concernent - du rapport de la Commission d'enquête sur la drogue. 

Roubina Jadoo-Jaunboccus, qui a dû démissionner comme ministre de l'Egalité du genre le vendredi 27 juillet, dans le sillage de la publication de ce rapport nie avoir reçu une somme de Rs 50 000 de la part de Maria Cupidon pour la remettre au trafiquant de drogue Kamasho.

L'ex-ministre nie aussi être partie prenante d'un quelconque cas de blanchiment d'argent. Elle déplore n'avoir pas eu l'occasion de s'expliquer devant la Commission d'enquête pour réfuter les allégations portées contre elle.

Roubina Jadoo-Jaunboccus insiste que la Commission d'enquête, présidée par l'ex-juge Paul Lam Shang Leen, avait une obligation légale de la convoquer.

En ce qui concerne les conclusions de la Commission sur les «unsolited visits» à la prison, Roubina Jadoo-Jaunboccus estime que «the commission is manifestly biased in its test to determine whether counsel’s visits to prisoners is solicited or not in as much as the said test is not uniformly applied to all counsel. The test is thus partisan and achieves double standards».

>> A lire aussi - Commission d'enquête : les sévères critiques qui ont poussé Roubina Jadoo-Jaunboccus à la démission