Législatives 2019

Alliance Nationale : vive colère des activistes rouges de 4 circonscriptions devant le bureau de Ramgoolam car certains candidats potentiels n'ont pas obtenu de tickets

Vive tension devant le bureau du leader du Parti travailliste (PTr) à la rue Desforges, Port-Louis, dans la nuit de dimanche à lundi. 

Des activistes du PTr des circonscriptions no 4 (Port-Louis-Nord/Montagne-Longue), no 6 (Grand-Baie/Poudre-d'Or), no 7 (Piton-Rivière-du-Rempart), no 8 (Moka/Quartier-Militaire), no 11 (Vieux-Grand-Port/Rose-Belle) et no 13 (Rivière-des-Anguilles/Souillac) se sont rassemblés pour exprimer leur mécontentement, car certains candidats pressentis pour obtenir une investiture en marge des législatives du 7 novembre ont été finalement écartés.

Au no 4, des activistes de cette circonscription disent n'être pas satisfaits avec la liste des candidats choisis. Les trois candidats désignés dans cette circonscription sont : Mireille Martin, Aurore Perraud et Pradeep Jeeha.

Dans la circonscription no 6, des activistes rouges sont mécontents, car Avinash Ramkalawon n'a pas obtenu d’investiture.  Ce dernier avait déjà démarré sa campagne dans cette circonscription aux côtés de Mahen Gungapersad et de Raviraj Beechook. Finalement, c'est  Priya Kanhye qui a décroché le troisième ticket dans cette circonscription. 

Au no 7, des partisans du PTr réclament la candidature de  Raj Penthiah. Ce dernier était pressenti pour être candidat dans cette circonscription. Les trois candidats qui ont été désignés sont : Anjali Bhowan, Chengapa Naidu et Satish Faugoo.

Dans la circonscription no 8, le fait que Jayshree Mohabeer ait été écartée est aussi décrié par certains activistes rouges. Pressentie pour être candidate à Moka/Quartier-Militaire, elle n'a pas eu de ticket. Les trois candidats choisis sont : Suren Dayal, Ashok Jugnauth et Atma Bumma (Mouvement Jean-Claude Barbier).

Au no 11 (Vieux-Grand-Port/Rose-Belle), Anishta Babooram, qui était pressentie pour avoir une investiture, n'a pas été finalement retenue. Elle s'est posée la question suivante sa page Facebook dans la nuit de dimanche : «Ti koz rupture non ?».

Au no 13, des activistes expriment leur colère après que Lormus Bundhoo, Tassarajen Pillay Chedumbrum et Rubna Daureeawoo ont été choisis comme candidats dans cette circonscription.

Des photos circulent également sur les réseaux sociaux montrent aussi un activiste en colère en train de brûler une oriflamme du Parti travailliste. 

A sa sortie du bureau de Navin Ramgoolam, le président du PTr, affirme que tout «s'est bien passé». Interrogé sur ces mécontentements dans les quatre circonscriptions, Patrick Assirvaden, soutient qu'il y «a beaucoup de passion pour être candidat du PTr». «Il faut un consensus. L'importance est de gagner», explique-t-il.

>>A lire aussi : Législatives 2019 : voici la liste des 60 candidats de l'Alliance Nationale

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !