Yolaine Eymeric et ses créations boho-exotiques

Par Caroline Duval O commentaire
Yolaine

Ses créations sentent bon les vacances et la plage. Avec du fil en crochet et des coquillages, Yolaine Eymeric fait de vraies merveilles. Cette jeune femme de 29 ans a tout plaqué pour se lancer dans l’artisanat. Avec Dilo Coco, sa petite entreprise, la voilà fin prête à conquérir les fashionistas.

Clutches, bijoux pour les pieds et vêtements, Yolaine Eymeric les transforme en vrais accessoires fashion. Ses créations sont des must pour cet été et séduisent par leur originalité. Comme ses œuvres, Yolaine respire l’air salin.

Après avoir vécu pendant plus de huit ans en Allemagne, en Thaïlande et au Panama, elle décide de retourner dans son île natale pour se ressourcer. « J’ai beaucoup voyagé et j’ai toujours été attirée par l’exotisme et la mer ». À son retour à Maurice, Yolaine fait le choix de se mettre à son propre compte. « Je voulais faire de l’artisanat, car j’aime tout ce qui est fait main ». Laissant derrière elle une carrière dans la communication, la jeune femme décide de s’essayer au crochet et suit des cours à Tamarin.

« J’hésitais au début à faire du crochet, un loisir longtemps associé aux grands-mères  ». Yolaine voulait faire du crochet différemment et surtout faire revivre ce style en y apportant une touche de modernité. Après six mois de cours de crochet, ses premières créations voient le jour. « J’ai commencé à fabriquer des choses pour la famille et les amis. Au début, je confectionnais des vêtements, mais j’ai vite réalisé que ça ne fonctionnait pas vraiment. Je me suis donc orientée vers des poches en tout genre et les bijoux de pieds. » Entretemps, Yolaine crée sa page Facebook, qu’elle utilisera par la suite comme plateforme principale pour la vente de ses créations, puis enregistre son entreprise sous le nom de Dilo Coco, comme un appel à la mer.

Au fil de ses œuvres, Yolaine laisse parler son imagination et sa créativité, s’inspirant de tout ce qui l’entoure, plage, sable, coquillage et couleurs. Elle commence par commander des fils de crochet, plus raffinés que le rafia, en Thaïlande. « Ce sont des fils spécialement conçus pour fabriquer des sacs et qui sont de différentes couleurs », explique-t-elle. En l’espace de quelques mois, soit depuis février dernier, ses créations connaissent un succès fou sur la toile. « Je recevais des commandes de l’étranger. »

La jeune femme, qui venait tout juste d’accoucher, décide alors de prendre deux crocheteuses à temps partiel pour l’aider. Cependant, lorsqu’il s’agit de créer ses designs, Yolaine met la main à la pâte. « Je suis très méticuleuse dans mon travail et j’aime que les choses soient bien faites », lance Yolaine. C’est ainsi qu’elle se fait un devoir de prendre ses fils en Thaïlande, de choisir elle-même ses coquillages et de les placer sur ses créations.

Dilo Coco produit des bijoux de pieds.

Outre les pochettes, elle crée aussi des bijoux pour les pieds en fil et avec des coquillages. «  Vous pouvez habiller une paire de sandalettes tout simplement avec ces bijoux pour une touche boho-chic  ». Yolaine peut aujourd’hui dire, avec beaucoup de fierté, que Dilo Coco commence à être connu. Elle travaille encore sur de nouvelles créations, notamment la confection de plus grandes pochettes pour les tablettes, par exemple. Ses créations sont également placées chez Designer Avenue et sur le site www.etsy.com.