Xavier-Luc Duval sur l’affaire Betamax : «Cette situation ne doit pas devenir une manne pour certains»

Par Patrick Hilbert O commentaire
Xavier-Luc Duval

« Il ne faut pas que cette situation d’urgence devienne une manne pour certains au gouvernement. » C’est l’avertissement que lance Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, qui a eu lieu samedi au quartier général du Parti mauricien social-démocrate (PMSD) à Les Salines, Port-Louis, Xavier-Luc Duval a abordé plusieurs thèmes d’actualité, dont le salaire minimal, l’élection partielle au no 18, l’affaire Betamax et la commission d’enquête sur la drogue.

« Nous sommes tous étonnés que le ministre Ashit Gungah refuse de donner les prix du fret pour acheminer les produits pétroliers à Maurice, ni le prix d’achat de ces produits. Que nous cache-t-on ? Il ne faut pas que cette situation d’urgence devienne une manne pour certains au gouvernement. »

Le leader de l’opposition a fait ressortir qu’il y a forcément des courtiers impliqués. Il a précisé qu’il n’y a eu aucun appel d’offres, vu que c’est une situation d’urgence. « Ils négocient par téléphone.» Il a déploré l’entêtement du gouvernement dans l’affaire Betamax, qui coûtera Rs 1,1 million aux contribuables par jour. « Et la mise en pratique du salaire minimum a un parfum électoraliste », a ajouté Xavier-Luc Duval. Ce dernier a dit s’attendre à des élections générales dans la première moitié de l’année prochaine.

Cela dit, il s’est « réjoui du salaire minimum, qui apporte une lueur d’espoir dans les foyers. En même temps, il faut que la production s’améliore. Nous sommes très heureux, mais il faut que le gouvernement apporte des mesures de soutien aux PME et aux petits employeurs ».

Le leader de l’opposition est revenu sur sa Private Notice Question de vendredi, qui avait trait à la commission d’enquête contre le trafic de drogue. Il a noté que cela fait deux ans que la commission travaille et qu’aucun rapport intérimaire n’a été produit jusqu’à présent. Tout en louant les membres de cette instance, Xavier-Luc Duval a estimé que le gouvernement aurait dû réclamer la soumission d’un rapport intérimaire, afin de permettre à la police et autres instances de démarrer des enquêtes.

« Des prisonniers, des fonctionnaires, des politiciens ont été mis en cause, mais nul n’a été transféré ou suspendu », a-t-il fait ressortir. « Il y a donc un vrai risque d’intimidation des témoins et de destruction de preuves. Pour moi, le dossier est traité avec beaucoup de légèreté par le Premier ministre. C’est à se demander si ce n’est pas parce que des députés MSM et autres proches du parti ont été mis en cause, qu’on ne réclame aucun rapport intérimaire. »

Le leader de l’opposition a aussi condamné la décision de Donald Trump, président des États-Unis, de transférer l’ambassade américaine en Israël de Tel-Aviv vers Jérusalem. « Au lieu de trouver des solutions, on met la paix en péril. Cela nous attriste. »