Une mère de quatre enfants cherche matériaux pour sa maison en tôle

Par Raj Bissessur O commentaire
Pauvrete

Nathalie, séparée de son mari, vit dans une chambre avec ses quatre enfants. Elle demande des matériaux et de la main-d’œuvre pour l’aider à compléter un autre logis en bois sous tôles.

« La maison en bois sous tôles compte deux chambres et une cuisine. Mais elle est si pourrie qu’une chambre est inutilisable. J’occupe une chambre avec mes quatre enfants âgés de 14, 13, 10 et 7 ans », nous confie cette habitante de Saint-Pierre de 34 ans. « C’est une vraie misère quand il pleut. L’eau coule à travers le toit, comme dans un panier percé. La pluie trempe l’unique matelas, le peu de mobilier dont je dispose. Le sol est inondé », souligne Nathalie. Elle précise que les enfants et elle dorment dans un seul lit.

Nathalie a démarré la construction d’un autre logis, « en tubes carrés et tôles », dans la même cour, avec la permission de sa grand-mère.

« J’éprouve des difficultés à la compléter. Je lance donc un appel à l’aide : SVP, faites-moi avoir des matériaux ou de la main-d’œuvre pour concrétiser mon projet. Cela me fend le cœur de voir mes enfants dormir sur un matelas trempé, les jours de pluie. Mon rêve, c’est de leur offrir un coin décent pour y vivre. »

La jeune femme n’a aucun homme à la maison pour la soutenir. Le père de ses aînés l’a plaquée depuis longtemps. Après la naissance de son troisième enfant, elle s’est mariée avec un autre homme de qui elle a eu une fille. Ils sont séparés depuis deux ans. « Aucun des pères ne verse une pension alimentaire pour les enfants. J’aurais aussi aimé avoir une aide légale, ou bénéficier de conseils légaux, pour réparer cette injustice. »

Avant de solliciter Xplik ou K, Nathalie a frappé à plusieurs portes. Nathalie dit aussi avoir pris contact avec Love Bridge. Elle espère que l’ONG pourra faire quelque chose pour elle. La mère de quatre enfants est employée dans un commerce de nourriture.

Pour joindre les deux bouts, elle travaille de 9 à 21 heures, « mais l’argent que je gagne ne suffit pas à subvenir aux besoins de mes enfants ». Elle précise que « pendant mon absence, c’est une voisine qui prend soin de mes enfants jusqu’au retour de mon père du travail à 18 heures. Il veille sur les petits jusqu’à mon retour », explique-t-elle.

Ceux et celles qui souhaitent aider Nathalie peuvent appeler notre rédaction au 2080662 ou 2071311.