Sunil Bholah : «D’ici mars 2018, SME Mauritius sera pleinement opérationnelle»

Par Ronnie Antoine O commentaire
Sunil Bholah

La SME Mauritius devrait être opérationnelle d’ici mars 2018. L’organisation aura moins d’employés que la Small and Medium Enterprise Development Authority. Un département consacré à la recherche figure parmi les innovations de cette nouvelle institution.

« SME Mauritius marque le début d’une nouvelle ère pour l’entrepreneuriat »

Dans combien de temps SME Mauritius sera-t-elle pleinement opérationnelle ?
Nous n’avons pas attendu l’adoption du Small and Medium Enterprise Bill pour commencer le travail en ce qui concerne la mise sur pied de la Small and Medium Enterprise (SME) Mauritius. Le Budget 2017/18 avait annoncé la création de la SME Mauritius Ltd et nous avons procédé à l’incorporation de cette compagnie – le Conseil des ministres en a pris note le 4 août. Puis nous avons constitué un conseil d’administration intérimaire.

Nous avons aussi procédé au recrutement du CEO, Raj Puddoo, en septembre, après un exercice de sélection. Pour le moment, le CEO travaille en collaboration avec une petite équipe ainsi qu’avec le ministère pour finaliser les aspects structurels de l’organisation. Nous espérons que d’ici mars 2018, SME Mauritius sera pleinement opérationnelle.

SME Mauritius comprendra un département recherche et développement. Quels seront ses premiers travaux ?
SME Mauritius marque le début d’une nouvelle ère pour l’entrepreneuriat, car cette organisation sera structurée en prenant en compte tous les éléments de l’écosystème entrepreneurial. De ce fait, SME Mauritius comprendra plusieurs départements qui touchent à des aspects qui sont pertinents au développement des petites et moyennes entreprises (PME). En sus du département recherche et développement, il y aura des départements consacrés à la Market Intelligence  et à la stratégie, entre autres.

Il convient de voir l’organisation dans son ensemble, de considérer tous les départements et tous les aspects qui seront abordés par la SME Mauritius. De plus, vu que l’organisation se veut dynamique, la structure sera appelée à s’adapter et à se calquer sur les exigences de l’écosystème entrepreneurial – donc de nouveaux départements verront le jour avec le temps si le besoin se fait sentir.

SME Mauritius aura un nombre réduit d’employés. Comment s’assurer qu’ils puissent faire des recherches et épauler les PME en même temps ?
Il faut comprendre la logique derrière la mise sur pied d’une nouvelle organisation de soutien pour les PME. Il s’agit d’une logique de rationalisation dans le but de favoriser un service efficace aux entrepreneurs. L’efficacité est le maître mot – moins d’employés, et donc moins de coûts opérationnels et une charge financière allégée ; faire plus avec moins. Il est assez simpliste de penser que les mêmes employés s’occuperont de la recherche, de l’accompagnement, de la stratégie, etc.

L’objectif de SME Mauritius est de fournir un service professionnel et pointu aux entrepreneurs et elle a besoin d’une équipe d’experts. Le point commun qui réunira ces experts sectoriels est qu’ils auront une compréhension approfondie des PME et une approche de proximité. Avec une telle logique, je suis convaincu que nous pourrons apporter un soutien proactif et efficace aux PME avec moins d’employés.

Où en est-on avec le processus d’enregistrement des PME ?
Jusqu’à présent, l’enregistrement des PME se faisait auprès de la Small and Medium Enterprise Development Authority. Avec la SME Mauritius comme compagnie privée, il est plus logique que la fonction d’enregistrement soit maintenue par le secteur public, afin d’avoir une meilleure visibilité sur le nombre de PME qui sont éligibles aux divers mécanismes financiers et outils fiscaux mis à leur disposition par le gouvernement. Le poste de Registrar of SME sera donc pleinement actualisé dès que la loi concernant les PME sera proclamée.