Rajiv Nathoo - Président de la loge maçonnique Friendship de Maurice : «Les athées ne peuvent être francs-maçons»

Par Jean Claude Dedans O commentaire
Rajiv Nathoo

Bien que la franc-maçonnerie se donne l’image d’une association ouverte et sans préjugés, Rajiv Nathoo, président en exercice de la loge mauricienne Friendship, martèle qu’un athée ne peut aspirer à devenir un franc-maçon.

A quoi sert une loge maçonnique ?
Une loge de la franc-maçonnerie est une association comme une autre qui apporte sa contribution à la société, faire de la charité, aider les personnes à avoir une vie saine. A travers cette philosophie de la vie, nous essayons de construire une société plus juste et équitable, où tout le monde est traité sur le même pied d’égalité.

Vous dites qu’une loge maçonnique fait de la charité, d’où proviennent ces fonds si généreusement offerts ?
On organise des soirées à thèmes, comme des levées de fonds, des soirées payantes, entre autres.

Sans doute avec l’aide de sponsors…
On n’approche jamais de sponsors pour nous aider à obtenir des fonds. On donne ce qu’on a et reçoit à travers nos activités.

Ne devient pas maçon qui veut. Quel est le profil que quelqu’un devrait avoir pour adhérer à une loge ?
D’abord, il faut qu’un maçon croie en quelqu’un de supérieur à lui, il peut être Jésus, Allah, Krishna, Buddha, ou autres. Whatever be the name given.

Selon votre logique, quelqu’un qui a toutes les qualités requises par le ‘profiling’ de votre loge et qui correspondrait à un bon client pour vous mais qui, en revanche, ne reconnaît pas un être supérieur sera de facto éliminé comme membre ?
Effectivement, même si on respecte son choix, un athée n’a pas sa place dans notre loge. Même s’il correspond au bon profil pour y être admis en tant que membre.

La perception veut que les clubs de Rotary sont des pépinières et la porte d’accès à une loge maçonnique pour un de ces rotariens. Est-ce vrai ?
Les loges maçonniques n’ont rien à voir avec les clubs du Rotary. Note loge est une entité propre à elle, quoi qu’on est complémentaire de ces clubs sur le travail charitable que nous menons.

Il faut qu’un maçon croie en quelqu’un de supérieur à lui, il peut être Jésus, Allah, Krishna, Buddha»

Si je veux devenir maçon, que dois-je faire ?
Le maçon par définition a une philosophie de savoir mener bien sa vie, qu’il soit intègre, a des vertus. Être maçon se résume à être mieux dans sa vie de tous les  jours et s’améliorer.

Comment identifier à coup sûr que le nouvel adhérent est tout à fait Mr Clean, alors qu’il peut vous avoir caché une partie de son côté salaud ?
Dans la franc-maçonnerie on a des rituels, une constitution. On prend la peine de faire un bon screening, consulter le ‘track record’ de l’adhérent, est-ce qu’il est apte à être maçon ?

Puis, son nom devrait être cité dans différentes obédiences maçonniques.

Si le maçon choisi traîne des casseroles en cour ?
Si le problème est directement lié à la franc-maçonnerie, notre devoir premier est de laisser la justice suivre son cours. Souvent, le maçon impliqué prend du recul de lui-même.

Est-ce vrai qu’au Parlement, un maçon de l’Opposition ne va jamais agresser un autre collègue maçon du camp opposé ?
Un maçon, par principe, ne peut aller à l’encontre de la loi ou barrer la route à la façon dont les choses doivent évoluer. Même si devant lui il y a un de ses opposants, son devoir est de tout faire pour mettre en lumière toute zone d’ombre, il n’a pas le droit de protéger, encore moins de temporiser ses ardeurs et favoriser un autre maçon.

Il y a toujours cette perception, tenace il est vrai, qu’un juge ou un magistrat ne pourrait être impartial vis-à-vis d’un maçon dans le box des accusés. Quelle est la dose de vérité dans cette assertion ?
Nul n’est au-dessus de la loi et avoir un maçon comme lui dans le box des accusés ne devrait pas gêner outre mesure le juge ou le magistrat dans l’exercice de ses fonctions. La conscience exige de la part du juge ou du magistrat de se retirer dans l’affaire, pour ne pas donner l’impression qu’il serait ‘biais’ dans son jugement.

La franc-maçonnerie voudrait-elle dire qu’être membre lui ouvre le sésame en termes de bénéfices pécuniaires ?
On ne devient maçon pas pour se faire de l’argent ou pour des biens personnels. Être maçon n’est pas synonyme d’un laissez-passer. On est avant tout des hommes d’honneur, pas des accapareurs.

Pourtant, un petit screening laisse percevoir que les maçons sont bien lotis, ayant des habitudes de nouveaux riches…
Je récuse votre adjectif de nouveaux riches, on ne l’est pas. Toutefois, chaque maçon a ses petites habitudes et il n’y a rien d’anormal dans cette posture. Toutefois, il faut reconnaître que certains sont motivés par d’autres facteurs, comme l’argent, pour devenir maçons. Ce n’est qu’après qu’ils réalisent qu’ils ont fait fausse route et vont s’éloigner d’eux-mêmes.

Il faut reconnaître que certains sont motivés par d’autres facteurs, comme l’argent, pour devenir maçons»

Les maçons ont fait de ceci leur maxime : ce n’est pas une société secrète, mais une société qui a des secrets. Décodez pour le commun des mortels…
Les secrets c’est quoi ? Ce sont des choses qui ne vont pas à l’encontre de la croyance, de la morale. On nous donne des ingrédients afin de les utiliser à bon escient pour nous améliorer. C’est comme un chef de cuisine, il pérennise les ingrédients et les transmet à ses pairs maçons comme lui. Il dépend de ceux qui les reçoivent de savoir les utiliser à l’optimum. L’homme est une pierre brute avec ses préjugés et ses défauts. La franc-maçonnerie tente de polir cette pierre brute à travers des outils de nos rituels que sont une équerre, une truelle, un compas et un marteau. Nous construisons le royaume de Salomon comme à Jérusalem.

Si on vous comprend bien, le maçon ne le devient qu’après un apprentissage…
Au départ, il est un apprenti, puis un compagnon et un maître. On se purifie avec le temps pour devenir des messagers, ce qui nous permet de travailler sur nous-mêmes.

Comme dans presque toute organisation, est-ce aussi valable la filiation de père en fils au sein de votre loge maçonnique ?
Au sein d’une loge maçonnique, rien ne dit qu’un maçon aguerri devrait passer la main nécessairement à son fils. Pour être admis, il faut le mériter, pas question ici de filiation.

N’avez-vous pas une dose de honte, voire de gêne,  quand on vous qualifie de maçon,  un être quelque peu louche sur les bords ?
Il n’y a pas de mal à être membre de la franc-maçonnerie, il faut juste l’assumer. Je suis ce que je suis et fier de l’être, comme tout autre frère maçon.

On taggue la franc-maçonnerie comme étant glauque, affairiste, mafieuse. Que répondez-vous à ces superlatifs ?
Il faut savoir ce que font les maçons et c’est quoi une obédience maçonnique et les multiples choses de bien qu’ils font. Donc, ne devient pas maçon qui veut, fût-il mon fils.

Est-ce qu’une loge maçonnique donne un mot d’ordre de vote quand il y a des consultations populaires ?
Toute loge qui se respecte ne donne jamais de consigne de vote. On est apolitique et fier de l’être.