Raj Appadu : «10 000 emplois sauvés»

Par Mario Boutia O commentaire
Raj Appadu

Le président du Front Commun des commerçants de l’île Maurice, Raj Appadu, est un homme satisfait. Son long combat pour obtenir un nouveau moratoire sur l’application de la Landlord and Tenant Act a abouti. Cela avec la décision du ministre du Logement et des Terres, Mahen Jhugroo, d’octroyer un nouveau moratoire de trois ans aux commerçants. Le texte de loi sera débattu ce vendredi au Parlement.

Finalement, les commerçants auront un répit de trois ans concernant le prix de locations suivant la décision du ministre Mahen Jhugroo d’amender la Landlord and Tenant Act ce vendredi au Parlement ?
Nous sommes très reconnaissants envers le ministre et le gouvernement. Ils ont enfin compris que les petits commerçants allaient énormément souffrir avec une hausse exorbitante des prix de location des bâtiments commerciaux en 2018, quand on sait que près de 90 % des commerçants sont locataires. Cela aurait été une véritable catastrophe pour le pays. D’autant que, selon mes renseignements, des propriétaires de bâtiments avaient déjà réclamé une hausse exorbitante des prix de loyer.

Je connais des commerçants qui roulent à perte»

Combien ont-ils réclamé ?
Imaginez-vous que des commerçants de la capitale, qui payaient Rs 10 000 par mois pour un petit emplacement, s’étaient vu réclamer une location de Rs 40 000 à Rs 60 000 par mois. On apprend que des pressions sont exercées sur des commerçants pour qu’ils signent de nouveaux contrats avec les nouveaux prix de location. Et là, je vous parle des tabagies, snacks, petits restaurants et autres petits commerces. Je ne parle pas des prix de location des emplacements dans les centres commerciaux. Je connais des commerçants qui roulent à perte. Ils m’ont confié que s’ils n’avaient pas bénéficié d’une baisse des prix de location, ils auraient fermé leurs commerces depuis longtemps. Si les prix augmentent en janvier, je crains fort que des magasins et autres commerces se trouvant dans les grands centres commerciaux ne soient aussi contraints de fermer.

Combien de commerçants étaient concernés par cette hausse des prix de location en janvier 2018 ?
Si on compte les cinq villes du pays, ils sont environ 5 000 commerçants qui vivent avec une épée de Damoclès sur la tête et davantage si on inclut ceux se trouvant dans les régions rurales. Sans ce nouveau moratoire, ils auraient fermé boutique et cela aurait entraîné la perte de 10 000 emplois, si on compte seulement deux employés par commerce. Je ne compte pas le nombre de commerçants qui auraient été contraints au repos forcé. La fermeture de ces commerces aurait affecté aussi des fournisseurs qui leur livrent des produits, des artisans et autres activités qui dépendent directement de ces commerces. Le Front commun des Commerçants de Maurice est très reconnaissant envers le ministre Mahen Jhugroo.