Prêts : les banques remboursent Rs 6,7 milliards en 2016/17

Par Kamlesh Bhuckory O commentaire
cash

Si le montant des prêts et avances au secteur privé n’a connu qu’une croissance moindre pour les 12 mois se terminant au 30 juin 2017, la raison principale en est que les groupes hôteliers ont des sources alternatives de financement. C’est ce qui ressort du rapport annuel 2016-2017 de la Banque de Maurice, publié sur son site, la semaine écoulée.

Selon ce rapport, les avances des banques au secteur privé n’ont augmenté que de 2,2 % pour atteindre Rs 290,1 milliards, soit une croissance inférieure à celle enregistrée en 2015/16. Les secteurs ayant levé le plus de fonds auprès des banques ont été les services financiers, la construction, la manufacture et les commerces, l’équivalent d’un montant de Rs 13,4 milliards au cours de cette période.

Ces transactions ont permis de compenser le déclin des prêts et des avances au secteur hôtelier. La Banque centrale indique que des opérateurs hôteliers ont remboursé un montant de Rs 6,7 milliards aux banques. L’argent a été généré par l’émission d’obligations auprès des investisseurs, soit selon la formule de placements privés ou des fonds traditionnels qui cherchent un rendement meilleur que les produits traditionnels. Donc, dans leurs registres, les prêts aux hôtels n’ont représenté que 14 % du crédit contre 16,7 % au 30 juin 2016.

Les sociétés d’investissements ont été très actives, contribuant à une hausse de Rs 8,1 milliards du crédit au secteur des services financiers en 2016-2017. Leur poids dans les prêts globaux a franchi la barre des 10 % pour atteindre 12 % (contre 9,4 % à fin juin 2016).

Dans un contexte local à 100 %, c’est le secteur de la construction qui connaît une progression substantielle relative dans le montant des loans. Les prêts à ce secteur ont frôlé la barre des Rs 90 milliards au 30 juin 2017. Cette somme a un poids de 31  % dans le montant total des prêts et avances bancaires au secteur privé. La progression de 4,1 % du montant est attribuable en majeure partie aux prêts-logements.