Pompier : un métier à toute épreuve

Par Mario Boutia O commentaire
pompier.jpg

Depuis le début de 2018, les pompiers sont très sollicités  tant pour circonscrire les incendies que pour des opérations de sauvetage suite aux grosses pluies qui provoquent des inondations dans plusieurs régions du pays. Regard sur ces hommes qui risquent leur vie pour sauver celle des autres.

Fort de ses 30 années de service,  Ashraf Buxoo en a vu des vertes et des pas mûres dans sa carrière de pompier.  Un épisode qui l'a profondément  marqué est l’incendie de l'Amicale où plusieurs personnes avaient péri. Il parle aussi d'un incendie à Quatre-Bornes, où l'un de ses collègues a laissé la vie. Mais, tout n'est pas noir dans sa carrière, il parle aussi des opérations de sauvetage où il a pu sauver des vies humaines.

Ashraf Buxoo compte 30 ans de service comme pompier.

« La plus grande joie d'un pompier est quand il a  sauvé des vies dans une opération de sauvetage », dit-il. Il  avance que depuis le début de janvier, les pompiers ont été sollicités plus d'une centaine de fois, pour des incendies et les inondations suite aux pluies torrentielles.

Il rêvait de devenir pompier depuis sa tendre enfance.  Il s'est joint d'abord à la Port-Louis Fire Brigade, en 1986,  qui  se trouvait alors sous la tutelle de la mairie de Port-Louis, avant que cette unité ne soit absorbée par les Fire Services, en 1998.

Ashraf Buxoo explique que les pompiers suivent un entraînement   à toute épreuve. « Les recrues suivent une formation de six mois, tant physique que psychologique qui les aide à braver tous les dangers et il faut qu'ils soient vraiment doués pour le métier  », explique Ashraf Buxoo, qui est passé au rang de Lead Fire Brigade. Ceux qui ne sont pas forts mentalement ou qui ont peur de l'altitude ou qui ne savent pas nager, doivent trouver une autre profession, dit-il.

Pour répondre plus efficacement aux  opérations de sauvetage en mer et lors des inondations, le Mauritius Fire & Rescue Service  vient de mettre sur  pied,  la
« Swift Water Rescue Unit  ». Une initiative que salue vivement Ashraf Buxoo. Une vingtaine  de  jeunes pompiers suivent  actuellement une formation spécialisée et seront opérationnels dans les jours à venir.Outre une bonne condition physique, ils doivent aussi être de très bons nageurs.

Le gouvernement déboursera Rs 60 millions pour l’achat de gilets de sauvetage, de cordes et autres équipements pour des opérations de sauvetage. Il fera aussi l’acquisition  d'un « High volume pump lorry » pour  un pompage d'eau plus efficace, lors des inondations.

Pour Ashraf Buxoo, les pompiers pourront davantage servir le public s'ils sont munis d’équipements plus modernes.  « La vice-Premier ministre et ministre des Collectivités locales, Fazila Daureeawoo, l'a compris », conclut-il.