Paul Bérenger : «Un jugement après 14 ans n’est pas glorieux pour le pays»

Par Fernando Thomas O commentaire
Paul Bérenger

Le leader du MMM s’est attardé, en conférence de presse samedi, sur le jugement de la cour intermédiaire dans l’affaire MCB/NPF. Il trouve « choquant » que le jugement ait été rendu 14 ans après les faits.

« Le jugement de la cour après 14 ans n’est pas glorieux pour le pays. Je le lirai attentivement après. Mais déjà, le gouverneur de la Banque de Maurice s’en lave les mains. Sa ve dir aksion zero ! C’est choquant ! Nou tou kone seki finn arive, ki frod finn ena.

Et ce n’est que maintenant que la cour reconnaît la culpabilité de la MCB, en soulignant que le système de contrôle interne de ladite banque ne fonctionnait pas comme il se devait à l’époque », a fait ressortir Paul Bérenger. Il a également trouvé « choquant » que l’ex-employé de banque, reconnu coupable de fraude, et ceux qui en ont bénéficié n’ont pas été condamnés. « C’est incroyable », a-t-il martelé.

Air Mauritius

Le leader du MMM a aussi commenté la situation au sein d’Air Mauritius. Pour lui, la direction et le conseil « inn fane ». « Ils ont renvoyé trois pilotes, puis il y a eu des zigzags, des dialogues, des menaces… Je félicite les pilotes étrangers, qui ont signifié leur solidarité envers les pilotes d’Air Mauritius », fait-il remarquer.

Paul Bérenger salue le judiciaire qui a joué pleinement son rôle et a permis Maurice d’être « seki nou inn ete touletan. Enn zour lapolis kot zournalis, lot zour kot pilot. Et cette responsabilité repose sur le Premier ministre, Pravind Jugnauth ».

Madagascar

Commentant la situation à Madagascar et faisant allusion à la réunion de coordination entre les ministères concernés jeudi, Paul Bérenger dira : « Vaut mieux tard que jamais ». Il s’est toutefois dit « totalement solidaire des Malgaches ».

« La situation se détériore. Contrairement à l’effort du gouvernement seychellois, ce que nous faisons est moindre et insuffisant. Nous devons être vigilants, car les risques augmentent. Les Seychelles ont annulé leurs vols vers Madagascar, ont interdit l’accès aux étrangers en provenance de Madagascar, ont fermé les écoles, ont placé des centaines de personnes sous antibiotiques et 12 personnes en isolement. Cela parce qu’un cas a été recensé », a-t-il dit.

St-Géran

L’affaire St-Géran a aussi été commentée. « Il est clair que le high water mark n’a pas été respecté. Le conseil de district n’a appliqué aucune loi entourant la réalisation du projet. Mais le mauvais exemple vient du ministre de l’Environnement lui-même. Il aurait dû être révoqué pour la manière dont il a géré cette affaire », a précisé Paul Bérenger.