Paul Bérenger : «Il n’y aura aucun rapprochement avec le MSM»

Par Cedric Ramasawmy O commentaire
Conférence MMM

Le leader du Mouvement militant mauricien (MMM) balaie d’un revers de main les spéculations. Paul Bérenger repousse toute tractation et affirme que son parti se présentera seul aux prochaines législatives. Il dément catégoriquement tout rapprochement avec le Mouvement socialiste militant (MSM).

Paul Bérenger dément avec force une quelconque rencontre entre le député MMM Aadil Ameer Meea et le Premier ministre Pravind Jugnauth lors des célébrations marquant les 70e anniversaire de l’Indépendance de l’Inde, à l’hôtel Le Méridien, à Pointe-aux-Piments, le mardi 15 août. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, le samedi 19 août, à Ébène, le leader du MMM a réfuté les articles parus à propos d’une telle rencontre. « Aadil Ameer Meea n’a pas rencontré Pravind Jugnauth à cette réception ni dans le couloir, ni dans la cuisine et encore moins dans les toilettes. J’ai vu beaucoup d’articles de presse qui en font mention. C’est totalement faux », a-t-il rétorqué.

Le leader des mauves va plus loin et qualifie le MSM de parti de « pourriture ». Il a précisé qu’il n’y avait aucun rapprochement entre le MMM et le MSM. « Il n’y a pas et il n’y aura aucun rapprochement avec ce parti, qui est devenu comme une pourriture. Je mets les choses au clair. Nous travaillons sur une liste de 60 candidats pour les prochaines élections générales. »

Aadil Ameer Meea s’est également adressé à la presse.  « C’est totalement faux. Je n’ai jamais rencontré Pravind Jugnauth à cette réception. J’ai rencontré d’autres politiciens », a-t-il souligné. Commentant la présence de Navin Ramgoolam à cette réception, Paul Bérenger a expliqué que l’Inde avait voulu envoyer un message aux politiciens. « Tous les politiciens étaient invités. C’est le message de l’Inde : quel que soit le gouvernement en place, l’amitié entre les deux pays sera similaire. »

Paul Bérenger a commenté la déclaration du vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun, concernant l’état du réservoir de La Ferme. Selon lui, c’est choquant que le ministre Soodhun et l’adjoint au Premier ministre, Ivan Collendavelloo, traitent ce sujet à la légère. « Ce problème ne concerne pas uniquement les squatters, mais aussi le village de Bambous.

Le gouvernement ne peut agir ainsi en annonçant ce problème à la légère. C’est maintenant que l’adjoint au Premier ministre compte solliciter les services d’un consultant. C’est inacceptable. »

Le leader du MMM a également lancé un appel au gouvernement pour trouver une solution aux problèmes des 23 familles résidant à La Butte, Port-Louis, qui ont eu l’ordre d’évacuer les lieux en raison du projet Metro Express. « C’est clair qu’il n’y a pas eu de dialogue. Le gouvernement doit agir promptement afin de trouver une solution à ces problèmes. »

L’industrie sucrière, selon Paul Bérenger, fait actuellement face à un énorme danger. Il déplore le fait que le gouvernement se contente de mettre sur pied un comité technique, alors que la situation ne cesse de se dégrader. « Le prix du sucre dégringole sur le marché mondial, c’est la fin du quota et le nombre de petits planteurs a baissé de 40 % en dix ans. »

Selon lui, le montant dont dispose le Sugar Insurance Fund Board doit être dévoilé afin de rassurer les petits planteurs. « Y a-t-il Rs 5 milliards ou Rs 3,5 milliards ? Qui dit vrai ? Il est clair que la survie de cette industrie sera l’une des priorités du prochain gouvernement. »

Par ailleurs, Paul Bérenger a commenté le communiqué du Fonds monétaire international (FMI) qui, selon lui, tire la sonnette d’alarme sur la situation à Maurice. « À chaque paragraphe, il y a des analyses positives, mais aussi des réserves. Il y a des messages codés. Nous devons repenser la dette publique et le déficit budgétaire. Le FMI prévoit des dangers si nous ne prenons pas les mesures qui s’imposent. »