Mozakir Ahmad Jowahir : l’avenir est la géolocalisation

Par Pradeep Daby O commentaire
Mozakir Ahmad a su insuffler la confiance chez ses clients.

Depuis 2011, Mozakir Ahmad Jowahir opère une société dite technologiquement innovante, Mozas Ltd. Il s’agit de géolocaliser les véhicules grâce au GPS (Global Positioning System), un système de guidage par satellite. Ses clients sont essentiellement des hôtels, mais aussi des membres du public.

« Les sociétés ont de plus en plus besoin de connaître le déplacement de leurs flottes, ce pour réaliser des économies de coûts. Quant aux individus, il s’agit de plus de sécurité », indique Mozakir Ahmad Jowahir, dont la société, incorporée en 2011, est logée au 16, rue Leoville l’Homme, à Rose-Hill.

Au sortir du collège New-Eton, à Rose-Hill, le jeune Mozakir se fixe déjà une ambition : se mettre à son compte, afin d’avoir une liberté dans ses projets entrepreneuriaux. Pour y arriver, avec l’aide d’un cousin, il passe en revue les activités dans lesquelles il pourrait se lancer. L’idée de lancer sa société lui vient au moment du vol d’une voiture, qui appartenait à un parent. « Là, je me suis dit qu’il fallait trouver un système pour avertir une personne qu’on était en train de lui voler sa voiture ou de la localiser lorsque le vol a été déjà commis », explique-t-il.

En 2011, il obtient l’autorisation de l’ICTA (l’Information and Communication Technologies Authority) pour l’utilisation des fréquences, créer sa boîte, s’achèter un boîtier GPS, recruter une secrétaire et commencer des essais en se servant de la voiture d’un cousin. « Je suis parti sur l’internet pour me familiariser à l’utilisation du boîtier, que j’avais installé dans mon bureau », précise-t-il. Au bout de trois mois, les essais s’avèrent concluants, il ne restait plus qu’à démarcher la clientèle.

Durant quelques mois, le jeune homme parcourt Maurice, en présentant les avantages qu’offre la géolocalistion des vehicules.

« En 2001 déjà, le marché du GPS commençait à devenir compétitif. Ce n’était pas très facile de convaincre les gens, ils voulaient des références et des garanties. On a dû faire des démonstrations pour démontrer la fiabilité de notre service », indique-t-il. Il convient de faire ressortir que Maurice est resté un peu à la traine de la tendance mondiale, en raison de la distribution tardive des smartphones sur notre sol. Depuis les années 1990, l’utilisation des GPS a été ouverte à des applications civiles dans le monde et est à la base de la géolocalisation des véhicules professionnels. Dès lors qu’un véhicule, quelque soit sa nature, est équipé d’un récepteur GPS, sa localisation sur le globe est possible à tout moment. À Maurice, depuis, le GPS a fait des pas de géant, jusqu'à son introduction dans le transport en commun
Depuis son incorporation, sa société a connu des développements notables, en partie grâce au nombre de smartphones présents à Maurice, mais aussi en raison des compagnies, dont des tour-opérateurs, de plus en plus nombreuses, soucieuses d’exercer un contrôle sur le mouvement de leurs flottes. Mozakir Ahmad Jowahir fait ressortir qu’il se démarque de la concurrence en offrant un rapport qualité-prix, qui a su insuffler la confiance chez ses clients. Malgré cet atout, il fait ressortir que le marché mauricien reste trop exigu pour accommoder un si grand nombre d’opérateurs. « Tout le monde  commence à ressentir une certaine asphyxie », concède-t-il.

Aussi compte-t-il sur le marché extérieur qu’il a déjà commencé à prospecter avec la collaboration de ses contacts. « J’ai déjà sondé des pays africains et asiatiques, tel que le Pakistan. Le 'feedback' est positif, il faut maintenant se rendre sur place. J’ai déjà économisé un peu d’argent pour cette prochaine étape essentielle pour le développement de ma boîte », dit-il.