Marie Rose Ravina : des crochets et broderies qui font rêver

Par Mario Boutia O commentaire
Marie Rose Ravina

Après avoir travaillé comme agent de sécurité, Marie Rose Ravina est retournée vers le crochet et la broderie qui la passionnent depuis son enfance. Depuis décembre 2017, elle a son atelier au marché de l’artisanat au Caudan Waterfront.

Les crochets de Marie Rose attirent le regard. Des tasses, des serviettes avec des têtes de canard, des poupées et autres objets décoratifs sont artistiquement travaillés avec du fil de coton et de nylon.

Les jeunes filles trouveront aussi leur compte dans ses créations, avec des savates et chaussures, bottes, robes, sous-vêtements, bracelets et anneaux en crochet. Elle envisage de produire des poupées masculines dans un proche avenir. Outre son point de vente au Caudan Waterfront, elle travaille aussi sur commande pour les mariages, anniversaires et autres fêtes familiales. Ce qui donne déjà une idée à ceux qui veulent offrir des présents originaux à leurs proches et connaissances. « Je travaille beaucoup ma propre créativité  »,  nous dit-elle fièrement.

Originaire de Rodrigues, elle a suivi des cours de crochet et de broderie après la sixième à l’école ménagère de St-Gabriel pendant quatre ans. Toutefois, elle devait tout abandonner pour se consacrer à d’autres activités, durant son adolescence, dont le volley-ball. Elle a même été championne de Rodrigues.

 Installée à Maurice il y a trois ans, Marie Rose a travaillé comme agent de sécurité. Postée au Caudan Waterfront, elle passait régulièrement par le Craft Market. Et c’est là qu’elle a repris goût à l’artisanat. « Je regardais travailler les artisans et je sentais monter en moi cette envie de produire quelque chose de mes mains », dit-elle.

Rentrée chez elle, après le travail, elle se remet au crochet et à la broderie. À sa grande surprise, elle constate qu’elle n’a rien perdu de son savoir-faire. Mais elle ne pouvait, du jour au lendemain, quitter son travail d’agent de sécurité pour se lancer à son propre compte, surtout qu’elle a trois filles sur les bras. Ce qui ne l’a pas empêché de produire des objets qu’elle offrait en cadeau à des proches pour leur anniversaire. De bouche à oreille, elle s’est fait une réputation dans le voisinage et des commandes ont commencé à affluer.

C’est après mûre réflexion que Marie-Rose a entamé des démarches auprès de la direction du Caudan Waterfront pour avoir un emplacement au Craft Market. Son rêve devait se réaliser au début de décembre 2017. Elle dispose désormais de son atelier au Caudan qu’elle a baptisé Rodrigues Marie-Rose. Elle reconnaît qu’elle a pris un risque en se mettant à son compte mais affirme qu’on n’a rien sans prise de risque.