Liens Sobrinho-State House - Paul Bérenger : «La Présidente s’est disqualifiée»

By Ronnie Antoine O commentaire

Ameenah Gurib-Fakim serait devenue une directrice de Planet Earth Institute un mois après avoir accédé au poste de présidente de la République, selon le leader du MMM, Paul Bérenger. Ce qui, selon lui, la disqualifierait pour cette fonction.

La présidente de la République serait en situation d’illégalité. C’est la conclusion à laquelle est parvenu le leader du Mouvement militant mauricien (MMM), Paul Bérenger. Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, samedi, il a révélé que Planet Earth Institute (PEI) est, en fait, une compagnie incorporée en Angleterre et non une ONG. Ameenah Gurib-Fakim en serait une directrice, selon un document que Paul Bérenger a remis à la presse. Ce qui irait à l’encontre des dispositions de la Constitution, qui stipule que le président de la République « shall not hold any office of emolument ». Qu’elle ait ou pas touché un salaire ne ferait aucune différence, selon le leader du MMM.

« Planet Earth Institute est une compagnie », a fait remarquer Paul Bérenger, « ce n’est pas une ONG ou un autre type d’organisation. » Le document qu’il a remis à la presse provient de la Companies House, l'équivalent britannique du Registrar of Companies. L’entreprise Planet Earth Institute Ltd est basée à Londres et, sous la rubrique Nature of business, figurent la communication et les relations publiques, la recherche expérimentale, les activités techniques et scientifiques, ainsi que l’enseignement supérieur.

Copie du certificat d’incorporation de Planet Earth Institute.

 

Question de timing

L’autre document de la Companies House fait état de la nomination d’Ameenah Gurib-Fakim comme directrice de PEI. Le document affiche une nomination en date du 1er juillet 2015. « Elle a été nommée Présidente le 5 juin », a souligné Paul Bérenger pour mettre l’accent sur le timing. Une situation qui ne serait pas permise, selon l’article 28 (4) de la Constitution, qui stipule qu’aucune personne nommée au poste de Président ne pourra « hold any other office of emolument » durant son mandat. « Même si elle n’a pas pris de l’argent, là n’est pas la question », estime Paul Bérenger. Pour lui, « la présidente de la République s’est disqualifiée. »

Concernant l’homme d’affaires angolais Alvaro Sobrinho, Paul Bérenger a réclamé que la lettre que la Financial Services Commission (FSC) a envoyé au Portugal soit rendue publique, ainsi qu’une correspondance qui, selon ses informations, aurait été échangée entre la Banque de Maurice et la State House. Selon Paul Bérenger, la police n’a toujours pas ouvert d’enquête malgré la mention des noms du Pr Goolam Mohamedbhai et de l’avocat Iqbal Rajahbalee dans les documents soumis par les représentants locaux à la FSC pour l’obtention d’un permis d’opération.

Autre sujet commenté par Paul Bérenger, la saisie record de drogue d’une valeur de Rs 2 milliards et « les liens entre l’un des suspects, Geanchand Dewdanee, et le Mouvement socialiste militant (MSM) ». « Au Parlement, combien de fois ne l’a-t-on pas vu assis dans le carré VIP à l’initiative du MSM », a lancé Paul Bérenger. Il a aussi souligné qu’en septembre 2016, Geanchand Dewdanee s’est rendu en Inde, deux jours après une personnalité locale. De plus, le fait qu’il a voyagé à sept occasions différentes, comme révélé samedi par Le Défi Plus, alors qu’il était sous caution pour une affaire de corruption et sous interdiction de voyager, est en soi une anomalie, selon Paul Bérenger. « Pourquoi la police dit-elle qu’elle va enquêter sur ses voyages, alors que c’est elle-même qui doit délivrer les autorisations », s’est-il demandé.

Pour Paul Bérenger, la situation concernant l’affaire Sobrinho et le trafic de drogue rendent encore plus nécessaires des lois efficaces sur le financement politique et la déclaration des avoirs.

Copie du certificat confirmant la nomination de la Présidente comme directrice  de PEI.