Leena Bhoojhawon : l’art de recycler les vieux journaux

By Mario Boutia O commentaire
Leena Bhoojhawon

Elle fabrique des paniers, des vases à fleurs, des sous-plats et autres objets…avec du papier journal. Leena Bhoojhawon étonne par la maîtrise de son art.  Nous l’avons rencontré vendredi dernier à son domicile à Chemin-Grenier.

Comment se débarrasser des vieux journaux ? Il est vrai que pour le commun des mortels, ils deviennent encombrants après qu’on en ait fait la lecture. Dans un lointain passé, on les vendait aux boutiquiers du coin qui les utilisaient pour faire des cornets de papier ou emballer les marchandises. Un temps complètement révolu.

Aujourd’hui encore, certains s’en débarrassent auprès des  carrossiers-peintres automobile qui les utilisent pour couvrir les pare-brises et autres objets qu’il ne faut pas peindre quand ils refont la peinture d’un véhicule. Il existe aussi des compagnies de recyclage du papier pour le plus grand bien de la protection de l’environnement.

Pour Leena Bhoojhawon, c’est une précieuse matière première pour la fabrication de paniers, de vases à fleurs, paniers à linge, sous-plats, sacs à main et autres objets d’art. On est vraiment surpris par la qualité de ses travaux. Difficile de dire que tous ces objets exposés sont faits à partir de papier de journaux recyclés si elle ne nous l’avoue pas. On croirait qu’ils sont réalisés à partir de plastique, de rotin, de bambou et autres matières, sauf le papier journal.

Comment lui est venue l’idée de recycler le papier journal ? « Pour rester à l’affût de l’actualité, on achète des journaux tous les jours et chaque fin de semaine, on se retrouve avec une pile de vieux journaux. Autrefois, on les jetait. À bien réfléchir, cela représente plus d’une centaine de roupies qu’on jetait à la poubelle. Finalement, je me suis dit que je devrais en faire quelque chose de ces vieux journaux…»

Avec des commandes en hausse, elle achète aussi de vieux journaux des gens de la localité. Pour elle, recycler les vieux journaux, c’est aussi un moyen de protéger l’environnement.
Elle pensait d’abord réaliser des objets en papier mâché, mais opta finalement pour la vannerie en papier. Une tâche plus ou moins facile pour elle, car dans le passé, Leena faisait partie d’un groupe de femmes qui fabriquaient des sacs en plastique dans un centre à Bel Ombre.

Diverses étapes

Le plus important, c’est de savoir comment procéder avec le papier journal. Ce n’est pas seulement une question de tresser le panier, mais aussi de le rendre solide et très attrayant pour les yeux. On peut dire sans se tromper que Leena excelle dans son art.

D’abord, elle découpe le papier journal en bandelettes de même dimension. Puis elle les tourne pour en faire des rouleaux qu’elle utilisera pour tresser le panier. Par la suite elle traite le tout avec un mélange de farine et de colle PVC et laisse bien sécher, avant d’y appliquer une couche de ‘primer’ et de peinture. Elle revêt ensuite l’intérieur du panier d’un tissu. Soulignons que même le manche du panier est réalisé en papier journal. « C’est solide et mes divers objets ne sont pas affectés par l’eau », assure-t-elle.

Leena confie qu’elle conçoit ses propres modèles. Ses paniers et autres objets se vendent à partir de Rs 250. Elle compte prochainement se lancer dans la production de statuettes.

Leena Bhoojhawon ne compte pas arrêter en si bon chemin.  Avec le soutien du conseil de village de Chemin Grenier, elle envisage de lancer une petite entreprise dans sa localité, pour donner de l’emploi à quelques personnes. Elle bénéficie du soutien du conseiller du village de Chemin-Grenier, Potaya Kuppan. Ce dernier envisage de regrouper tous les artisans de la région en une coopérative où ils pourront assurer le marketing de leurs produits plus facilement.