George Rautenbach, Chief Operating Officer de Pelangi Resorts : «Nous avons le soutien des acteurs locaux pour Saint-Félix»

Par Kamlesh Bhuckory O commentaire
George Rautenbach

Quand arrive l’heure de construire l’hôtel à Rs 13 milliards, des Mauriciens occupent le chantier et demandent l’annulation du permis. Les promoteurs – un partenariat entre Mauriciens et Sud-Africains – sont confiants que le dialogue continu avec les partenaires économiques et sociaux sera positif.

Pourquoi avoir choisi Maurice pour investir presque USD 400 M ?
L’île Maurice est très réputée pour ses opportunités d’investissements. Le secteur hôtelier est très dynamique. Le projet, qui bénéficie de la certification LEED – reconnue comme la marque internationale d’excellence pour les bâtiments durables dans plus de 132 pays – donnera une nouvelle dimension à l’industrie. D’autant qu’avec l’ouverture de l’accès aérien, l’ambition du pays est d’avoir davantage d’hôtels 5-étoiles car un manque de chambres a été noté en période de pointe.

Pelangi Resorts vient avec deux principaux projets hôteliers dans l’océan Indien, à Maurice et aux Seychelles. Les membres de notre équipe possèdent une longue expérience en matière de développement hôtelier d’envergure dans plus de 20 pays sur près de trois décennies. L’équipe mauricienne travaillant sur le projet comprend les consultants les plus expérimentés du pays, qui ont fait leurs preuves durant leur carrière.

De ces USD 400 M, quelle part sera sous forme d’investissement direct étranger ?
La totalité de ce financement provient d’investissements directs étrangers. La réalisation du projet implique des partenaires locaux et internationaux. Nous travaillons avec des entreprises locales pour la construction de l’hôtel et l’aménagement d’infrastructures. Le projet devrait générer quelque 2 000 emplois directs et indirects.

Avez-vous le sentiment que votre groupe est le bienvenu à Maurice en dépit des protestations du week-end ?
Les opportunités d’investissement et le cadre juridique dans le pays sont attrayants pour les investisseurs. Nous avons respecté les règlements en vigueur. Nous nous sommes assuré que notre projet soit en ligne avec les objectifs de développement du pays. Dans toute démocratie, chacun a le droit d’exprimer son opinion. Chez Pelangi Resorts, nous respectons cela. Cependant, il est important de remettre les choses dans leur juste perspective.

Nous comprenons le fait qu’il doit y avoir un juste équilibre entre le progrès économique et le développement durable. Nous comprenons aussi les besoins des Mauriciens pour des espaces de loisirs. Notre projet met l’accent sur la protection de la flore et de la faune, et nous prévoyons également des facilités pour que les visiteurs puissent profiter de leurs moments à la plage. Nous restons ouverts et continuerons à prendre part à un dialogue constructif avec AKNL et tout citoyen souhaitant en savoir davantage sur notre projet.

Est-ce que vous estimez être en compétition avec d’autres groupes bien ancrés dans le paysage touristique mauricien ou en complémentarité ? Pourquoi ?
Le secteur de l’hôtellerie est très compétitif. Cela dit, notre objectif est justement d’apporter une offre différente de ce qui existe déjà sur le marché. Notre souhait est qu’avec d’autres acteurs de cette industrie, nous maintenions la réputation et le haut niveau de l’hospitalité mauricienne.

Y a-t-il une méconnaissance de l’impact positif dans la durée de ce développement sur la région ? Comment comptez-vous y remédier et combler tout manque de communication ?
Il est parfaitement compréhensible qu’à ce stade, certains aspects de notre projet hôtelier ne soient pas clairs pour tout le monde. Cependant, nous nous sommes engagés, dès le début, avec la communauté locale en ce qui concerne notre intention et notre implication sociale dans la région. Nous avons aujourd’hui le soutien des acteurs locaux pour ce projet. Nous comptons donc poursuivre le processus de communication afin que la population, dans son ensemble, puisse mieux le comprendre.