Etienne Sinatambou : «Je demande à Xavier-Luc Duval de se ressaisir et de s’excuser»

Par Fabrice Jaulim O commentaire
Etienne Sinatambou

Pas question de laisser passer les accusations de complot. Etienne Sinatambou était face à la presse samedi.

Le porte-parole du gouvernement souligne que le public doit savoir ce qui s’est vraiment passé, mardi, lors de la Private Notice Question. Le ministre de l’Environnement affirme qu’il n’y a pas eu de complot et que les Standing Orders ont été respectés.

Les incidents selon Etienne Sinatambou

« On peut parler de conduite scandaleuse du leader de l’opposition. Son comportement obscène, odieux et indécent aurait dû être rapporté dans les journaux », affirme le porte-parole du gouvernement. Le ministre affirme que nul n’a constaté que le Xavier-Luc Duval avait insulté une femme et dit à la Speaker : « Mo pena respe pou ou. »

« Je demande au leader de l’opposition de se ressaisir et de s’excuser », dit Etienne Sinatambou. Il cite le Standing Order 39, paragraphe 14, qui parle du respect dû à la Speaker.

Lorsque le Speaker se met debout, « any member speaking must sit down ». Dans le cas de Xavier-Luc Duval, la Speaker lui a demandé à neuf reprises de s’asseoir. Etienne Sinatambou rappelle que la Speaker lui a parlé avec toute l’élégance voulue. « Si les droits du Speaker sont bafoués, le Standing Order 48 entre en jeu. Donc, elle doit demander au membre de partir. » Bien que le Standing Order 48 ait été appliqué, le leader de l’opposition n’est pas parti. « Pourtant, la Speaker le lui a demandé à six reprises. » Xavier-Luc Duval ayant refusé de partir, le Standing Order 49 a été appliqué. Ce règlement concerne le naming, soit l’expulsion de l’élu. Etienne Sinatambou rappelle que certains membres de l’opposition sont restés assis lorsque la Speaker est entrée.

Lorsque le Speaker « name » une personne, cela se fait suite à une motion déposée par le chef de la majorité. C’est ce que stipule l’Order 17- rule 3. C’est ce qu’a fait le Premier ministre, il a déposé une motion. « C’est une honte que Paul Bérenger prétende qu’il y a eu complot », souligne Etienne Sinatambou. Toutefois, il ne peut y avoir de motion sans Notice, même s’il y a des exceptions (Order 29-5-H: motion without notice). Le porte-parole du gouvernement affirme que même Paul Bérenger ne semble pas connaître les règles. « Le gouvernement attend l’opposition de pied ferme. Nous disposons de 65 % des sièges, nous ne permettrons pas qu’on nous marche sur les pieds », affirme-t-il.

Pour Etienne Sinatambou, la réponse du ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha, est clairement le motif de la colère de Xavier-Luc Duval. « Le feasibility study de 2013 est troublant pour Xavier-Luc Duval. Ce rapport était scandaleux, car l’ancien projet était synonyme de pillage de l’économie par le tandem Duval-Ramgoolam. »

Visite du Président Danny Faure

Etienne Sinatambou a aussi évoqué la visite du Président des Seychelles, Danny Faure. Le ministre parle de visite remplie de convivialité. Durant son séjour, le Président Faure a signé plusieurs accords avec Maurice, dont la gestion et la capacity building des prisons, le jumelage de Rodrigues et Victoria, la coopération dans la santé et le recrutement des enseignants.

Grève des « cleaners »

Concernant les cleaners, Etienne Sinatambou a affirmé que le Premier ministre avait reçu les doléances des grévistes vendredi. « Nous avons fait comprendre aux gens que le gouvernement ne peut intervenir concernant le salaire des cleaners. Je félicite les grévistes pour leur courage, mais nous ne pouvons pas gérer une démocratie avec des grèves. » a conclu Etienne Sinatambou.