Etienne Sinatambou : «Il n’y a pas de ‘case’ dans l’affaire Soodhun»

Par Patrick Hilbert O commentaire
Étienne Sinatambou

Selon Etienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale et porte-parole du gouvernement, le vice-Premier ministre, Showkutally Soodhun ne risque rien, suite à ses propos à l’encontre du leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval.

«Pena ‘case’ ladan », a tranché étienne Sinatambou lors de la conférence de presse des représentants du gouvernement samedi. Le porte-parole de la majorité parlementaire, avocat et notaire de formation, a affirmé, après, dit-il, avoir bien réécouté les propos tenus par Showkutally Soodhun lors du dîner organisé le mardi 18 juillet par le conseil de district de Flacq, qu’en droit, la déclaration n’était en aucun cas une menace de mort.

Etienne Sinatambou a avancé que le lendemain de ladite déclaration, Xavier-Luc Duval plaisantait avec Showkutally Soodhun au Parlement. « Me vandredi to gagn per ? », s’est-il interrogé.

Selon lui, le leader de l’opposition sait pertinemment bien que cette affaire est sans fondements, mais « il essaie de faire croire qu’il y a une justice à deux vitesses. C’est de la démagogie. Laissons la justice travailler. »

Une bonne partie de la conférence de presse était dédiée aux critiques contre Paul Bérenger, leader du MMM. « Semaine après semaine, Bérenger parle d’élections anticipées. Les décisions concernant toute élection est la prérogative unique et exclusive du Premier ministre. Ce n’est pas à Paul Bérenger, à Xavier-Luc Duval ou encore à Rezistans ek Alternativ de dire s’il y aura des élections ou pas. Le Premier ministre a été clair. Il ira jusqu’au bout de son mandat. »

Le porte-parole du gouvernement a rappelé que « Paul Bérenger est en très mauvaise posture, car il n’a que 8,7 % des sièges au Parlement. Il a six députés. Nous en avons 45. Après l’élection partielle, il sera encore plus affaibli. »

Il a dénoncé le terme de « deal papa-piti » qu’utilisait parfois Paul Bérenger pour parler de la passation de pouvoirs entre sir Anerood et Pravind Jugnauth. « La loi a été appliquée dans toute sa légitimité. Il n’y a pas de deal. Mais, le deal papa-tifi, ça il ne  le voit pas. Quand il nomme sa fille présidente de l’aile jeune du no 16, n’est-ce pas un deal papa-tifi ? Get devan ou laport avan. Kan ou rampli ou parti ek ou fami, pa vinn kritik lezot », a déclaré le porte-parole du gouvernement.

Etienne Sinatambou a aussi tenu à démentir formellement les rumeurs qui veulent que le gouvernement ait décidé de ne plus payer la pension à ceux qui souffrent d’épilepsie. Chiffres à l’appui, le ministre a assuré que c’est le contraire qui a lieu.

De janvier à juin 2017, 114 personnes souffrant d’épilepsie ont soumis leur dossier pour l’obtention d’une pension de l’état. L’ensemble des dossiers a été approuvé, a fait ressortir le ministre.