Éric Malterre : «La stabilité est un élément indispensable pour tout investisseur»

Par Vijayan Ayassamy O commentaire
Éric Malterre

À l’occasion du 22e African Reinsurance Forum, tenu à l’hôtel Intercontinental, le Chief Underwriting Officer d’AXA Africa Specialty Risks explique l’intérêt que porte le groupe pour Maurice et sur le continent.

Quel est l’objectif du 22e African Reinsurance Forum ?
D’abord, il s’agit d’une belle opportunité pour rencontrer les principaux players des marchés de l’assurance et de la réassurance, à Maurice et sur le continent. La deuxième porte sur nos opérations à Maurice, où nous sommes présents depuis un an. Nous organisons également un événement de marché pour parler de risques politiques et voir comment nous pouvons soutenir les compagnies locales dans l’accompagnement des clients et aussi à celles opérant dans des pays africains, ayant de risques politiques.

Quel est le bilan d’une année d’opération à Maurice ?
C’est très positif car il y a eu un gros retour d’expérience sur l’Afrique dans sa diversité. On a désormais une meilleure appréhension de la demande du client et de ce qui définit ce marché, et comment nous mieux nous positionner pour créer de la valeur. Maintenant, nous pouvons proposer des services mieux adaptés aux attentes des clients. Dans tous les sens du terme, cela est très positif en matière de croissance, de retour sur investissement et d’un très bon ratio sinistre/primes et une offre de produits désormais mieux adaptée.

Quel est l’avantage compétitif de Maurice face à des concurrents magrébins, par exemple ?
Très clairement, ce que j’observe en environnement de réglementation stable, ce qui est fondamental pour nous. Secundo, il y a un pool de talents qui est bon avec un personnel bilingue et un background dans l’assurance qui nous permettent de construire quelque chose. Tertio, il y a la qualité des infrastructures. Ce sont là trois éléments importants pour un investisseur. La stabilité est un élément indispensable pour tout investisseur, le cadre dans lequel nous opérons et d’ailleurs Maurice apporte beaucoup de certitudes.

Êtes-vous satisfait de la qualité de la connectivité à Maurice ?
Les infrastructures sont plutôt bonnes, à la fois routières et Internet. Enfin, je veux dire que pour faire le trajet sur l’autoroute, de l’aéroport à l’hôtel, c’est excellent, mais pour le reste, je ne peux pas commenter. Maurice est idéalement située entre l’Asie et l’Afrique. Certes, elle est plus proche de l’Afrique. Mais je constate, après avoir passé 10 ans en Asie, qu’il y a une ouverture naturelle de l’Asie vers l’Afrique. Pour toutes ces raisons, Maurice a un positionnement stratégique.

Vous comptez profiter de ce positionnement pour vous lancer davantage en Afrique et l’Asie ?
Nous nous concentrons sur l’Afrique. Nous avons aussi investi dans un réseau de distribution qui travaille avec des compagnies locales et les courtiers de réassurance sur un certain nombre de pays en Afrique. C’est le modèle classique du déploiement sur l’international, genre Lloyds, qui souhaite apporter de la valeur et sa capacité d’innovation.

Que pensez-vous des perspectives de croissance sur le continent ?
Les difficultés existent partout. Si vous voulez faire du business, il faut être optimiste. On est preneur de risques qui est d’ailleurs notre métier. On est là pour accompagner nos clients de façon professionnelle. C’est notre vocation principale. Je ne suis pas plus pessimiste sur l’Afrique que je ne le suis pour l’Asie, l’Amérique du Nord ou l’Amérique latine, les États-Unis ou la France d’où je viens.