Dans l’objectif de Nauseen Taher

Par Caroline Duval O commentaire
Nauseen Taher

La magie s’opère en quelques clics.

Cachée derrière sa caméra, cette mère de famille, directrice de Bump and Beyond Photography et Story Makers, immortalise les souvenirs. Entrepreneure dévouée et femme accomplie, Nauseen Taher, qui vient tout juste d’ouvrir son studio à Sodnac, nous livre son parcours.

« Je veux prouver qu’il n’y a pas d’âge pour faire un photoshoot pour une femme. Nul besoin aussi d’être mannequin. La photographie a le pouvoir de sublimer et redonner confiance »

Sa camera capture les émotions, son œil de photographe fige des moments dans l’espace. Femme entrepreneur et surtout photographe autodidacte, Nauseen Taher vit sa passion à 100 à l’heure. Elle raconte que son amour pour la photographie s’est développé alors qu’elle était en Angleterre. À l’époque, rien ne laissait présager à la jeune femme tout juste mariée qu’elle en ferait son métier. « Lorsque j’étais petite, j’étais fascinée par un petit appareil photo compact de mon papa. Il faisait souvent des photos, qu’il imprimait en guise de souvenirs. Quelques années plus tard, je me suis, moi aussi, laissée prendre au jeu », confie Nauseen.

Après son mariage, elle rejoint son mari en Angleterre. « Toutes les occasions étaient bonnes pour faire des photos, surtout lors de nos sorties en famille. » Mais c’est lorsque ses deux enfants intègrent une compagnie de mannequinat en Angleterre que Nauseen commence à photographier davantage de portraits. « Nous devions envoyer des photos d’eux chaque mois pour l’agence et c’est moi qui les photographiais. » Passionnée par la photographie, elle décide alors d’investir dans sa première camera, une Canon 600D.

À peine avait-elle accouché de son petit dernier qu’elle a eu l’idée d’en faire son premier mannequin nouveau-né. Une première expérience qui lui a valu de nombreux éloges. « Des amis, conquis par mes clichés, m’ont demandé par la suite de photographier leur bout de chou », raconte la photographe. Avant d’ajouter, « cela me faisait de la pratique, même si c’était fait gratuitement. Toutefois, en 2008, j’ai fini par décider de me consacrer pleinement à ce métier que j’affectionnais beaucoup ».

C’est comme ça que Bump and Beyond a vu le jour. Bien qu’elle n’ait aucune expérience en tant que telle dans le domaine, Nauseen a appris sur le tas, et puisé ses connaissances de ses expériences, mais aussi de séminaires et de tutoriels vidéos sur YouTube.

Nauseen avait trouvé le bon filon et est retournée à Maurice, il y a trois ans, avec pour objectif de se consacrer à la photographie de nouveau-nés sur l’île. « J’ai pris un an pour être là pour mes trois enfants, avant de me lancer pleinement dans ce que j’aime. Je m’enregistre à la Smeda et participe à une foire peu après au Caudan », confie Nauseen. Elle prend vite conscience que ce type de photographie n’était pas encore bien connu des Mauriciens et perd alors toute motivation. Nauseen lance en parallèle Story Makers, qui propose des photographies de mariages et de mannequinat. « L’idée était de me diversifier et pouvoir, en même temps, proposer tout type de photographie », explique la photographe.

« Comment vous rappeler comment vos enfants ont grandi, si vous n’immortalisez pas ces moments ou si vous les gardez sur votre portable sans les imprimer ? »

Grâce à son instinct maternel, Nauseen sait comment parler aux enfants, les mettre à l’aise devant la caméra et sympathise par la même occasion avec les parents. « Je prends leur enfant sous mon aile à quelques minutes du photoshoot et je réussis à les mettre en confiance. En général, je demande une première rencontre avant le shooting. » Au fil du temps, Nauseen s’est fait un nom dans le domaine à Maurice et a ouvert son studio à Sodnac, il y a deux semaines, avec le soutien de sa famille.

« Comment vous rappeler comment vos enfants ont grandi, si vous n’immortalisez pas ces moments ou si vous les gardez sur votre portable sans les imprimer ? » lance Nauseen. La photographe qui, elle, préfère être derrière la caméra, encourage les familles à immortaliser chaque moment de leur vie. Et pour ce faire, rien de tel que des photos en studio. Elle travaille aussi sur un projet visant à revaloriser les femmes. « Je veux prouver qu’il n’y a pas d’âge pour faire un photoshoot pour une femme. Nul besoin aussi d’être mannequin. La photographie a le pouvoir de sublimer et redonner confiance. » Du lundi au samedi, Nauseen propose des photoshoots divers et elle réserve son dimanche aux mariages.

Si Nauseen n’a pas beaucoup de temps libre et passe ce qu’il lui en reste avec ses enfants, la créativité prend souvent le dessus à ses heures perdues et elle peut passer des heures devant l’ordinateur à retravailler les photos de ses clients. Depuis la création de ses deux business, Nauseen a le soutien inconditionnel de son mari et de ses enfants, qui n’hésitent pas à mettre la main à la pâte lorsque leur maman a besoin d’aide. À l’instar de son fils aîné, qui suit les pas de sa mère et souhaite lancer sa propre page Facebook d’ici peu.