Arshad Keenoo l'as de la découpe du poulet

Par Mario Boutia O commentaire
Arshad Keenoo

La renommée d'une entreprise repose sur la qualité de ses services et le dévouement de ses employés.   Chick & Eggs,  de Chemin-Grenier,  peut s'enorgueillir d'avoir  à son service, depuis plus d’une vingtaine d'années, un  volailleur aussi habile et serviable qu’Arshad Keenoo.
Vendredi matin dans la ‘volaillerie’. 

Arshad découpe les poulets sur un gros billot tronc à l'aide d'un couteau chinois, à une vitesse qui donne froid dans le dos. Un simple moment d’inattention peut lui couper les doigts. Mais avec ses nombreuses années de pratique, on peut dire qu'il fait ce boulot les yeux fermés. À le voir à l’œuvre, on imagine qu'il aurait pu facilement prendre part  à un concours de meilleur découpeur de poulet cru. Telle une machine, à chaque coup de couteau tombe un morceau de poulet de la même dimension.  Une telle prouesse n'est pas donnée à tout le monde et il vaut mieux ne pas l’imiter.

Les  volailles proviennent d'une ferme de La Marie, qui appartient à l'oncle d'Arshad et qui est aussi le propriétaire de Chick & Eggs. Cette ferme possède son propre abattoir et les produits sont garantis halal, dit-il. Les poulets frais sont livrés chaque matin.

C'est mon oncle qui m'a appris tous les rouages du métier »,  dit fièrement Arshad.

Avec ses nombreuses années de pratique, Arshad Keenoo fait ce boulot les yeux fermés.

Certaines personnes, dit-il, achètent des poulets entiers pour le rôti. D'autres lui demandent de les découper pour le curry, le ‘gajak’, le briani ou en petits morceaux pour le mine ou riz frit. Il explique aussi que certaines personnes lui demandent de dépiauter les volatiles. D'autres n'achètent que les blancs ou les pilons ou les abats. Pour la grillade,  les gens ont une prédilection pour les cuisses. « Il faut toujours se plier au désir de la clientèle  », dit-il. Un poulet entier se vend à Rs 55 le demi-kilo, la cuisse à Rs 60 et le blanc à Rs 65.

Chick & Eggs reçoit aussi des commandes des restaurants, pour les mariages, fiançailles et autres fêtes familiales. Soulignons qu'outre le poulet, les villageois peuvent aussi trouver des œufs et certains légumes.

Avec son caractère jovial, Arshad est une figure très populaire dans la région. « Au fil des années,  j’ai construit une bonne relation avec les habitants de la région, toutes communautés confondues »,  dit-il.

Cette proximité se traduit aussi dans les faits. Des carcasses de poulet sont données gratuitement aux plus démunis du village. La peau du poulet est aussi offerte gratuitement pour la nourriture des animaux. Lors de notre visite, on a vu un homme partir avec un sceau rempli de peau de poulet sur les épaules. Bel exemple de solidarité !