Magazine

‘Zalouzi’ réussit à Kesaven Poonuth

Kesaven Kesaven apprécie le séga.

Les circonstances de la vie lui ont inspiré pour son single, Zalouzi, lancé le 28 novembre. Publié sur Facebook, le clip récolte de nombreux likes, partages et commentaires. Kesaven Poonuth en est l’auteur, le compositeur et l’interprète. Il compte bientôt retravailler son premier album sorti en 2015.

18000‘views’ et 177 ‘shares’ défilent sur le compteur de ‘Zalouzi’ sur Facebook. La chanson est devenue populaire grâce à ses paroles inspirées du passé de son interprète, Kesaven Poonuth. Âgé de 26 ans, il est plus connu comme Prince Kesaven. Cet habitant de Pailles ne s’attendait pas à un tel intérêt de la part des internautes. “Ils sont nombreux à se retrouver dans la chanson, dit-il. Chaque personne a, au moins une fois dans sa vie, connu cette situation difficile et incompréhensible.”

L’idée d’écrire cette chanson lui vient en 2016. Kesaven fait face à des problèmes de jalousie sur son lieu de travail. Pour se débarrasser de ses déchets émotionnels, il ne trouve pas mieux que la musique. Il se met à coucher sur papier ses sentiments. «J’ai ensuite mis de côté les paroles. Ce n’est qu’en début de cette année que j’ai décidé de me replonger dans le texte, mais je ne le retrouvais plus. Au lieu de perdre du temps à le chercher, je me suis souvenu du couplet et du refrain et j’ai écrit de nouvelles paroles». Puis, il compose la musique et réalise le clip.

Kesaven Poonuth travaille pour une société spécialisée dans la production de films locaux. Auparavant, il exerçait dans le secteur de l’offshore et du management. « La musique m’aide à m’exprimer, confie le chanteur, et je m’inspire de l’actualité et du quotidien des Mauriciens pour composer mes chansons. » Dans la même foulée, Prince Kesaven annonce qu’il compte bientôt retravailler son premier album, Kanmani (Sweetheart), sorti en 2015. «Il contenait cinq morceaux basés sur le séga tamoul, le reggae, le séga et le zouk. Les paroles étaient tantôt en français tantôt en kreol mais le single n’a pas fait forte impression. Je pense le peaufiner et l’accompagner d’une vidéo».

Kesaven Poonuth indique qu’il a hérité de sa passion de la musique de ses parents. Ces derniers écoutaient de la musique en boucle quand il était enfant. Au fur et à mesure qu’il grandit, il développe une affinité pour la musique locale, surtout le séga. Il apprend à jouer de la guitare avant de donner des cours à son tour. Il livre également des prestations dans des évènements. Il a récemment figuré dans un spot publicitaire consacré à une marque de poulet.