People

Yousuf et Zeinah Mohamed : 52 ans d’amour et de sacrifices

52 ans après, Yousuf et Zeinah Mohamed filent le parfait amour. 52 ans après, Yousuf et Zeinah Mohamed filent le parfait amour. (Photos : Reza Pheerungee.)

Si l’un est loquace, l’autre est introvertie. Depuis cinquante-deux ans Yousuf et Zeinah Mohamed se complètent. Les péripéties de la vie les ont incités à donner le meilleur d’eux-mêmes et à échanger des marques d’amour. Rencontre avec le couple à son domicile à Quatre-Bornes.

« La première fois que je l’ai croisée, c’était le coup de foudre ! J’étais un célibataire endurci et je voulais profiter pleinement de la vie. Je voulais être libre. Mais Zeinah a tout changé »

Yousuf et Zeinah Mohamed entourés de quelques-uns de leurs petits-enfants.
Yousuf et Zeinah Mohamed entourés de quelques-uns de leurs petits-enfants.

 

Le sourire charmeur de Yousuf Mohamed illumine son visage. Aplatissant sa cravate rouge, il s’installe et appelle Zeinah. Celle-ci prend place à ses côtés. Le couple indique fièrement qu’il a célébré ses noces de tourmaline le 14 juillet.

Yousuf et Zeinah Mohamed se souviennent de leur première rencontre comme si c’était hier. En décembre 1965, l’homme de loi, qui a 32 ans, se rend chez sa sœur aînée et son beau-frère à Calcutta en Inde.

« J’y suis allé pour des vacances. Au même moment, mon père et ma sœur avaient invité Zeinah à passer quelques jours avec la famille », relate-t-il.
Zeinah raconte qu’à cette époque elle faisait ses études au Indraprastha College for Women à Delhi.

« Un jour, sir Seewoosagur Ramgoolam et sir Abdool Razack Mohamed étaient en visite en Inde. Ils étaient présents à une réception à laquelle des étudiants mauriciens participaient. Je portais un sari et le bindi était un ornement tendance. Sir Abdool Razack Mohamed m’a demandé le nom de mon père. Quand je lui ai répondu, il m’a posé une autre question. Pourquoi une musulmane portait le bindi réservé majoritairement aux hindoues ? Il l’a enlevé. J’étais stupéfaite », confie-t-elle. Le père de Yousuf invite Zeinah chez sa fille.

« La première fois que je l’ai croisée, c’était le coup de foudre ! J’étais un célibataire endurci et je voulais profiter pleinement de la vie. Je voulais être libre. Mais Zeinah a tout changé », raconte d’emblée Yousuf Mohamed.

Lors de leur première rencontre, ils échangent quelques mots. « Zeinah mâchait un chewing-gum. Je n’appréciais guère cela. Je lui ai demandé d’arrêter. Elle pouvait le cracher ou l’avaler », dit-il. La jeune femme est choquée. Au bout de trois jours, Yousuf formule sa demande en mariage. Zeinah, de nature timide, est prise de court.

« Elle n’a pas dit oui immédiatement. Elle trouvait que c’était important d’avoir l’aval de ses parents. Je lui ai proposé de nous sauver si ses parents refusaient. Elle était contre l’idée. Là, j’ai su que c’était la femme de ma vie. Elle est douce et gentille », ajoute-t-il. Des sorties en famille sont organisées. Ils vont visiter le Taj Mahal à Agra.

Zeinah doit retourner à Delhi et Yousuf se rend à Hong-Kong et à Kyoto. Avant de se séparer, les deux se promettent d’échanger des lettres. « Les jours passaient et j’attendais en vain son courrier. Au lieu d’embarquer sur une croisière entre Singapour et Maurice, j’ai pris un vol pour Delhi. J’y suis arrivé un dimanche et elle était chez son guardian », dit-il. Yousuf, très déterminé, y va. À peine sonne-t-il à la porte, que Zeinah apparaît avec une lettre à la main. « Je m’apprêtais à la poster », dit-elle avec le sourire.

Demande en mariage

Ils se sont mariés le 14 juillet 1966.
Ils se sont mariés le 14 juillet 1966.

Yousuf rentre à Maurice et va ouvrir son cœur à son père. « J’ai accompagné mon père et un aîné de la famille pour aller demander la main de Zeinah à ses parents à Vacoas. Ces derniers ont demandé un temps de réflexion puis ont donné leur approbation », indique-t-il.

En mars 1966, Zeinah retourne au pays après avoir décroché son diplôme en anglais. « Peu de temps après, nous avons su que nos pères avaient finalisé notre mariage. Ils ont planifié notre rencontre à Calcutta », disent-ils.

Ils se marient le 14 juillet 1966. Le couple accueille son premier enfant, Nooreenah, le 15 mai 1967. Quelque temps après, Yousuf achète la maison appartenant à la compagnie de son père, à Rs 45 000. Aujourd’hui encore, le couple y habite.

« L’arrivée de notre fille m’a donné le sens des responsabilités. Elle avait 15 mois quand elle est tombée gravement malade. Elle avait contracté la gastro-entérite. À cette époque, il était difficile de soigner cette maladie. Heureusement, qu’elle s’en est sortie », relate Yousuf Mohamed. Le 25 août 1968, Shakeel vient au monde. Zakir, lui, voit le jour le 21 juillet 1975.

En 1967, Yousuf suit les traces de son père dans la politique. Il est membre du Parlement jusqu’en 1976. En décembre de cette année-là, il devient ministre et reste en poste jusqu’en août 1979.

Père et fils posent dans leur robe d’avocat.
Père et fils posent dans leur robe d’avocat.

« Je ne percevais que Rs 8 000 par mois en tant que ministre. Cela ne suffisait pas pour subvenir aux besoins de ma famille. Un de mes fils m’avait demandé une paire de chaussures neuve et je ne pouvais pas la lui offrir. SSR m’a alors proposé un contrat de dix ans en tant qu’ambassadeur de Maurice en Égypte. Mais c’était trop long. Je ne l’ai fait que pendant deux années », dit-il.

Il refait de la politique et fonde le Parti islamique mauricien. Après les élections générales de 1983, il est élu député et nommé Deputy Speaker. Il continue toutefois à pratiquer sa profession. Il abandonne la politique en 1987.

« Il est difficile de consacrer du temps à sa famille quand on est politicien. Mon épouse s’est occupée de la maison, des enfants et de leurs études. Elle m’a soutenu dans les moments difficiles. Zeinah est une femme forte », fait-il observer. Son épouse, pour sa part, le trouve beau et intelligent.

En mars 2018, Yousuf Mohamed célèbre 57 ans au barreau. Yousuf et Zeinah Mohamed aiment voyager, aller au restaurant et au cinéma. « J’aime suivre les actualités locales et internationales et Zeinah est une adepte des séries. Malgré cela, nous n’avons qu’un seul téléviseur. Je veux passer du temps avec elle et nous avons trouvé un consensus. Des fois, nous suivons les infos et des fois, nous regardons les séries. Sans elle, j’ai du mal à concevoir mon quotidien », livre-t-il.

Le couple Mohamed compte neuf petits-enfants et profite de la vie !