Live News

Yandraduth Googoolye, Gouverneur sortant de la Banque de Maurice : «Je m'en vais avec un petit pincement au cœur»

« Lorsque l'heure vient, il faut tirer sa révérence », a-t-on coutume de dire. C'est toutefois un Yandraduth Googoolye un rien amer qui quitte vendredi la Banque de Maurice. Dans cet entretien, il revient sur la polémique sur le transfert de Rs 18 milliards pour éponger la dette publique, qui, dit-il, respectait la loi. 

Ce vendredi 28 février a été votre dernier jour en tant que Gouverneur de la Banque de Maurice (BoM). Quel est votre sentiment sur ce départ ?
À la BoM, je me suis fait des amis sincères. J’y ai eu des collaborateurs loyaux, un personnel soudé, dynamique et travailleur, qui a toujours œuvré pour accomplir des missions titanesques. J’ai aussi eu la chance de travailler avec d’illustres prédécesseurs.

La BoM a été pour moi une véritable université car la connaissance de la Banque centrale ne s’acquiert qu’au fil de l’expérience et de défis que vous êtes appelé à relever. J’ai eu le privilège de travailler avec plusieurs Premiers Ministres et ministres des Finances. J’ai eu l’occasion de servir humblement mon pays en mettant en chantier des projets qui ont transformé le paysage bancaire.

Par ailleurs, la Banque a obtenu pas mal de distinctions internationales – et non des moindres – au cours de ces dernières années et je suis heureux d’avoir contribué à mettre la BoM sur la plateforme internationale. Petite anecdote, jeudi, à la veille de mon départ, j’ai été informé de ma nomination pour l’African Central Bank Governor of the Year Award & A Commendation for Exemplary Leadership. C’est une distinction qui aurait été conférée en avril prochain à Washington dans le cadre de la Conférence Annuelle du Fonds Monétaire International.

Le fait que l’on vous a poussé à prendre la porte de sortie vous laisse-t-il un goût amer ? 
Lorsque vous avez passé 35 ans au sein d’une institution aussi noble que la Banque de Maurice, je crois que c’est normal de quitter ce que je considère comme une deuxième famille avec un petit pincement au cœur. Mais lorsque l’heure vient, il faut savoir tirer sa révérence. 

Il y a eu beaucoup de critiques sur le fait que vous avez accepté de transférer Rs 18 milliards au Consolidated Fund, argent qui servira à rembourser la dette. Quels sont vos commentaires sur cette polémique ? 
Ma réponse est très simple. Je suis un citoyen respectueux des lois de mon pays. J’ai toujours été un gouverneur respectueux de la Bank of Mauritius Act et du Banking Act, la BoM est une institution qui se conforme à la lettre à la loi. C’est ce qui a été fait, ni plus ni moins, en ce qui concerne la question.

Quel message avez-vous pour la nouvelle équipe à la BoM ?
Le nouveau gouverneur et ses deux adjoints sont des professionnels de haut calibre qui ont une très bonne expertise du monde des finances et de l’univers bancaire. Je les connais personnellement et je suis intimement convaincu qu’ils sauront poursuivre sur la bonne voie et relever d’éventuels défis. Ils seront épaulés par une équipe de professionnels aguerris au sein des différents départements de la Banque. Je leur souhaite tout le meilleur et je sais que le gouverneur et ses deux adjoints seront à la hauteur de leur mission.

Lors de votre mandat, vous avez lancé la plateforme Mauritius Central Automated Switch (MauCAS). Dans quelle mesure ce système a-t-il changé l’environnement du système de paiements ?
J’ai toujours accordé de l’importance au système de paiement. Il est un fait qu’un système efficient de paiements réduit le coût au niveau des échanges de biens et de services. Il est indispensable au bon fonctionnement même du marché monétaire et celui des capitaux. Un système de paiement sans faille est vital pour la promotion de la stabilité financière, pour la conduite de la politique monétaire et pour améliorer l’efficience du système financier et de l’économie dans son ensemble.

Les systèmes de paiement ont toujours été au centre des systèmes bancaire et financier. Au fil du temps, ils ont évolué en un réseau plus large et intégrant plusieurs éléments afin de créer de la plus-value. La mise en place de réseaux et de systèmes pour les paiements, surtout ceux dits ‘au détail’, a agi comme catalyseur à l’accès financier dans les pays en développement.

Je suis heureux d'avoir contribué à mettre la Banque de Maurice sur la plateforme internationale."

Depuis l’indépendance, les transactions à Maurice ont largement été en espèces sonnantes et trébuchantes, avec les chèques bancaires comme seule alternative à l’argent liquide. Les bases d’une infrastructure de paiements moderne ont été jetées vers 1995. Dans un premier temps, un système de transfert interbanque a été mis en place. Puis on est passé à la vitesse supérieure avec la création du Mauritius Automated Clearing and Settlement System, le MACSS, en décembre 2000. En 2009, le système a été amélioré pour être encore plus résilient et pour supporter des transactions en différentes unités monétaires, une première en Afrique subsaharienne à l’époque. Ensuite est venue l’automatisation du Port-Louis Clearing House avec, entre autres, la standardisation des chèques à travers l’utilisation de l’encre magnétique en 2003. En septembre 2011, nous avons complété une autre phase connue comme le cheque truncation.

Dans un monde qui évolue de minute en minute, le contexte économique et la technologie aidant, il est devenu nécessaire de passer à une autre étape. C’est la raison pour laquelle, en tant que gouverneur, j’ai tenu à veiller à ce que le projet MauCAS soit lancé. À travers cette initiative, la BoM a tenu à soutenir le développement de l’Ile Maurice et sa transformation en une économique numérique.

J’ai tenu à ce que MauCAS soit un écosystème de paiement destiné à bénéficier à toutes les parties prenantes de l’industrie du paiement, qu’elles soient de simples utilisateurs, des consommateurs, des commerçants ou des prestataires de services, ou encore des entités étatiques ou gouvernementales. Je suis fier de constater que MauCAS s’est imposé comme une véritable révolution au niveau des paiements à Maurice, grâce au Card Payment System et à l’Instant Payment System.

C’est la première plateforme nationale à opérer 24 heures sur 24, ce dont seulement une poignée de pays de l’Afrique subsaharienne peuvent se targuer.

Quelle a été votre priorité par rapport aux citoyens mauriciens ?
Ma mission, au-delà de la gestion de la Banque Centrale et l'opération dans le respect le plus total de la Bank of Mauritius Act, a été de démontrer que la BoM est au service de la nation. Ceci veut dire que j’ai toujours eu à cœur la promotion du développement économique et l’élaboration de politiques pouvant toucher le citoyen lambda. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours mis en avant la notion de ‘people-centricity’, de dialogue, de partenariat avec tous nos interlocuteurs. J’ai été très heureux de constater que le lancement des Golden Jubilee Bonds en 2018, dans le cadre des 50 ans de l’indépendance du pays, de même que l’ouverture du marché secondaire, a mis à la portée des petits investisseurs des instruments à haut rendement. L’engouement a été sans précédent et a démocratisé le concept de l’investissement.

Bio data 

  • Statut social : marié et père de deux garçons. 
     
  • Parcours académique : Expert-comptable de formation, Yandraduth Googoolye est Fellow de l’Association of Chartered Certified Accountants (UK) et Fellow de l’Association of International Accountants.
     
  • Parcours professionnel : C’est le 12 décembre 2017 que Yandraduth Googoolye a été nommé gouverneur de la BoM. Un poste qu’il assurera du 15 janvier 2018 au 28 février 2020. Avant sa nomination, et depuis juillet 2006, Yandraduth Googoolye était le First Deputy Governor de la BoM. Il a aussi assuré l’intérim au poste de gouverneur du 1er janvier au 13 février 2007 et du 16 février au 20 mai 2010. À savoir que c’est en 1985 que Yandraduth Googoolye a intégré la BoM comme expert-comptable, avant de grimper graduellement les échelons. 
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !