Live News

XLD sur la hausse des prix des carburants : «C'est un vol et un crime contre le pouvoir d'achat des Mauriciens»

Le leader de l'opposition revient à la charge sur la récente hausse des prix des carburants. Selon Xavier-Luc Duval, l'inflation grimpera à 1,5 % à cause de cette majoration. 

Après avoir déposé une «motion of disallowance» à l’Assemblée nationale vendredi pour réclamer l’annulation de la récente hausse du prix des carburants, Xavier-Luc Duval a, lors d'une conférence de presse à la mi-journée ce samedi 19 mai, affirmé que cette augmentation est «un vol et un crime contre le pouvoir d'achat des Mauriciens». 

«C'est le droit de tout Mauricien de posséder une voiture. Les Mauriciens contribuent Rs 12 milliards (par an) lorsqu'ils achètent des carburants, ce qui représente Rs 33 millions par jour. Quel sera l'impact de cette hausse sur les prix d'autres commodités à Maurice ?» s'est demandé le leader de l'opposition.

Le Petroleum Pricing Committee (PPC), qui s’est réuni mardi 15 mai, a décidé de revoir le prix du litre d’essence à Rs 52 alors que le litre de diesel passe à Rs 41,90. Depuis le 21 décembre, le litre d'essence coûtait Rs 47,30 alors que le litre de diesel était à Rs 38,10.  

Xavier-Luc Duval estime qu'il faut «tacler la politique énergétique de ce gouvernement». Il a aussi critiqué le fait que la contribution de la taxe sur le litre de carburant au Build Mauritius Fund soit passée de Re 1 à Rs 4. «J'en ai parlé au ministre Vishnu Lutchmeenaraidoo dans le passé. C'est une politique intenable au niveau du prix des produits pétroliers», a-t-il déploré. 

Autre sujet abordé : le cannabis. Xavier-Luc Duval est revenu sur sa Private Notice Question (PNQ) de mardi axée sur le cannabis. Il a justifié sa décision de consacrer une PNQ à ce dossier : «La PNQ sur le cannabis était très importante. Qu'adviendra-t-il de ces 2 500 personnes condamnées pour consommation de drogue ? Comme le Cardinal Maurice Piat et Monseigneur Ian Ernest l'ont dit, ce sont des gens qui ont besoin de soutien et d'aide. On les condamne à six mois de prison ou plus et une fois libres ils deviennent des criminels. 50 pays ont adopté pour politique de ne pas emprisonner les consommateurs de cannabis. Parmi, la Suède, les Pays-Bas, l'Autriche, le Danemark, les Etats-Unis... Il y a un lien très étroit entre la drogue et la montée de la criminalité dans le pays.»

Xavier-Luc Duval a aussi indiqué que le cannabis est utilisé à des fins thérapeutiques dans 41 pays. «La mouvance internationale a changé de nos jours. Les consommateurs de cannabis ne doivent pas être perçus comme des criminels», explique-t-il.

Related Article
 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !