Live News

Xavier Luc Duval : « On ne peut avoir de parlementaires 'moutons’' »

Le leader de l'Opposition affirme être « avant tout fier » d'avoir pu apporter une motion de blâme contre le gouvernement. Lors de son summing-up des débats sur cette motion vendredi soir, Xavier-Luc Duval a répondu aux interventions des membres du gouvernement qualifiant le débat de civilisé « même s'il y a eu quelques attaques personnelles ».

Répondant au Premier ministre, il a tenu a précisé que « le pays a connu sa plus basse croissance économique en 2019 ». Il a aussi interrogé ce dernier sur les éventuels contacts du Slovaque déporté récemment de Maurice. Il réclame aussi la démission ou révocation du Conseil d'administration de la Banque de Maurice car « ils ont fait honte au pays et ont mis notre pays en danger », la réduction du prix de l'essence, entre autres.

Xavier Luc Duval a aussi déclaré   qu’« on ne pas avoir des parlementaires 'moutons' et que le vrai débat doit se faire au Parlement et non pas de la rue ».

Après son summing-up, il a envoyé une note aux salles de rédaction, voici ce qu’il a écrit :

« J’ai bouclé ce soir mon intervention à la suite de la motion de blâme à l’encontre du gouvernement.

Je suis avant tout fier d’avoir pu introduire ce débat démocratique tant attendu et tant désiré par tous les Mauriciens, à l’Assemblée nationale.

Malgré la mauvaise foi de certains élus de la majorité, les débats ont été bien accueillis et ont été suivis par des centaines de milliers de Mauriciens. Cela n’a pas été une perte de temps comme l’ont voulu le faire croire des membres du gouvernement.

J’ai choisi de reprendre certains propos insultants ce soir. À l’instar de ceux du ministre de la Santé, l’honorable Kailesh Jagutpal, qui continue à mentir au sujet des décès dus au Covid-19, ou encore au Premier ministre, qui a réalisé le taux de croissance le plus bas que le pays n’ait jamais connu en 2019, soit de 3 %.

J’ai rappelé avec force les critiques formulées par le Fonds Monétaire International et j’ai réclamé la révocation du conseil d’administration de la Banque de Maurice, car il n’a pas agi en toute indépendance, mais il a au contraire, fait honte au pays.

J’ai également averti le gouvernement d’une nouvelle hausse artificielle du prix de l’essence qui se prépare en ce moment, pour ensuite baisser le tarif le jour du Budget.

Mes chers amis,

Les propositions faites sont résumées ci-dessous et visent à améliorer le quotidien de tout un chacun dans ce contexte socio-économique difficile. Je demande au gouvernement de :

-           Cesser le gaspillage

-           D’abandonner les projets inutiles

-           Revoir à la hausse la pension de vieillesse par Rs 2 000 au moins immédiatement

-           Réduire les impôts sur l’essence

-           Venir en aide à ceux au bas de l’échelle car ils feront malheureusement face à un taux d’inflation d’au moins 15 %

-           Venir de l’avant avec des mesures ciblées et surtout, ne pas choisir qui aider comme cela a été le cas dans un passé proche

À travers cette motion de blâme et la tenue de ces débats, j’ai effectué mon travail et j’ai porté la voix de la population mauricienne au Parlement. C’est à présent au gouvernement d’être à l’écoute et de mettre sur pied des mesures concrètes – pas artificielles – pour aider le peuple durant les années à venir. Il est devoir des parlementaires de la majorité de plaider pour les bonnes causes. L’histoire retiendra leurs agissements.

 
J'espère de tout cœur que le bien-être national sera au cœur du prochain budget. Que chacun assume sa responsabilité !

Soyez-en rassurés, je vous réitère mon soutien et mon engagement de vous accompagner ».

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !