Live News

Xavier-Luc Duval : « C’est l’un des rapports du FMI les plus durs que je n’ai jamais vus »

La situation économique du pays et le rapport du Fond Monétaire International (FMI) sur Maurice publié le vendredi 7 mai 2021 ont été au cœur de la conférence de presse de l’Alliance de l’Espoir ce samedi 8 mai 2021 à l’hôtel le Suffren à Port Louis.

Selon Xavier-Luc Duval, leader de l’opposition et du PMSD, l’avance que la Banque de Maurice (BoM) a accordée au gouvernement est un crédit. « Donc il faut ajouter 6,5 % à la dette publique qui atteint 98 % du PIB (Produit Intérieur Brut). La BoM dit que ce sont les futurs dividendes, mais elle paie en moyenne Rs 70 millions de dividendes par an, cette avance correspond donc à 200 années », lance Xavier-Luc Duval.

Le leader de l’Opposition indique que le FMI estime qu’il faut une consolidation fiscale ce qui correspond selon lui à une hausse des taxes. « Le FMI demande que les dépenses soient classées par ordre de priorité. Le FMI contredit les prévisions de croissance de Renganaden Padayachy (ministre des Finances) de 18 % et estime que la croissance sera de 5 %. C’est l’un des rapports du FMI les plus durs que je n’ai jamais vus », ajoute-t-il.

Paul Bérenger, leader du MMM, fait le parallèle avec la situation au Brésil. « Maurice ressemble de plus en plus au Brésil et c’est terrible. Il n’y a plus de démocratie et d’Etat de droit au Brésil où la drogue et la corruption font des ravages. Le risque que Maurice finisse comme le Brésil augmente. Chaque Mauricien doit prendre ses responsabilités », lance-t-il.

« La situation économique est grave selon le rapport du FMI. Le FMI dit diplomatiquement que Maurice tombe dans un trou sans fond. Selon le FMI, la BoM ne peut pas interférer dans la MIC (Mauritius Investment Corporation) et la gestion du déficit budgétaire est mauvaise », soutient pour sa part Roshi Bhadain, leader du Reform Party.

Injures au Parlement

Selon les représentants de l’Alliance de l’Espoir, les injures alléguées prononcées au Parlement le mardi 4 mai 2021 démontrent une politique de deux poids deux mesures. « Il y a eu des injures sans précédent, c’est inacceptable […] alors que trois députés (de l’Opposition) ont été sanctionnés pour le reste de la session parlementaire (pour moins que ça) », soutien Nando Bodha, député indépendant.

« Il n’y a jamais eu une insulte aussi forte depuis que je suis au Parlement, surtout de la bouche d’une femme envers une autre femme », lance pour sa part Paul Bérenger.

Xavier-Luc Duval parle lui d’un mauvais exemple donné.

Drogue

Nando Bodha demande que les accès par voie maritime au pays soient mieux contrôlés alors que l’aéroport est fermé. « Toutes les ramifications sont les mêmes dans chaque grande affaire de trafic de drogue. Il y a une cartellisation du trafic de drogue, du blanchiment d’argent et de la politique. L’Union Européenne, les Etats-Unis et le Royaume-Uni suivent de près ces ramifications », affirme le député indépendant.

Roshi Bhadain s’étonne que le Premier Ministre, Pravind Jugnauth, ait fait une intervention à la télévision nationale suite à la saisie de Rs 3,7 milliards de drogue alors que selon le leader du Reform Party, il est discret sur d’autres dossiers. « Il y a un dénominateur commun dans les récentes importantes affaires de drogue. Il faut enquêter sur les richesses inexpliquées. Y a-t-il vraiment une volonté de lutter contre le trafic de drogue où c’est juste de la poudre aux yeux ? », s’exclame-t-il.

Covid-19

Xavier-Luc Duval est inquiet quant à l’approvisionnement en vaccins contre la Covid-19. « Le gouvernement aurait dû précommander des vaccins. Aujourd’hui les pays producteurs donnent la priorité à leurs marchés domestiques. Nous sommes dans le flou notamment au niveau de la réouverture des frontières. Si les gestes barrières ne sont pas respectés, nous allons vers un troisième confinement », déclare le leader de l’Opposition.

« La campagne de vaccination est en panne. Le nombre de nouveaux cas à Camp Diable et à Solferino sont importants. Nous craignions une troisième vague », ajoute Nando Bodha.

Elections municipales

Paul Bérenger condamne le renvoi des élections municipales « sans l’engagement dans la loi qu’elles auront lieu dès que la situation le permettra ». « Rien n’empêche le gouvernement de renvoyer à nouveau les élections dans deux ans », déplore le leader du MMM.

 

  • Shell Fuels

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !