Live News

Ward 4 : quand l’insécurité guette

Les habitants veillent au grain et se montrent vigilants. Plusieurs cas de vol enregistrés à Ward 4 : la méfiance est de mise.

Les habitants du Ward 4, à Port-Louis, s’unissent pour combattre la criminalité dans leur région. Durant la semaine écoulée, l’agression d’une femme, lors d’un vol, a interpellé le quartier. Celle-ci revenait du travail et les voleurs ont arraché son sac à main. La police a procédé à l’arrestation d’un suspect. Son complice a été identifié et il est recherché. 

Le 14 septembre, deux individus masqués ont fait irruption dans un commerce et ont volé le téléphone cellulaire du gérant. Sur la vidéosurveillance, on peut voir l’un d’eux faire le guet. Le voleur a ensuite donné le téléphone cellulaire à son complice. Le Ward 4 est couvert par une cinquantaine de caméras CCTV et ceux du Safe City Project.

Durant les derniers trois mois, l’équipe de la Crime Intelligence Unit (CIU) de Port-Louis Sud a multiplié les opérations. Et ils ont procédé à l’arrestation de deux personnes qui sont soupçonnées d’être les auteurs d’une série de vols. Ces derniers ont fait des aveux et des objets qui auraient été volés ont été saisis par la police à leurs domiciles. 

Il y a deux mois, peu après le confinement, un voleur a été arrêté et il a dénoncé son complice. Noor, un habitant de la rue Volcy-Pougnet, explique que des jeunes tentent tant bien que mal d’être présents dans le quartier. Et ils font des patrouilles dans l’après-midi. « Nou roule dan bann ti semin nou fer ban tichek, lerla nou signal lors WhatsApp si ena ban zafer pa normal », explique-t-il.  

Lors de l’enquête, les limiers de la Central Intelligence Division (CID) et du Field Intelligence Office ont examiné le modus operandi des suspects. Ils choisissaient leurs proies, en se positionnant dans les ruelles près de la Montagne-des-Signaux. Dans un cas, un suspect avait été aperçu, grâce à des images de vidéosurveillance. Il empruntait la rue Mgr Leen, avant d’arriver à la rue Labourdonnais. Les deux motocyclistes sont les auteurs de vols avec violence, chez une famille de la localité. Une occupante de la maison avait été surprise et le duo était reparti avec un butin d’argent.  

L’équipe de Community Policing composée d’une quinzaine d’habitants du Ward 4 est à l’origine d’arrestations durant la semaine. « Nou pe fer demarss gagn enn deziem group Community Policing pou Ward 4 », lâche Ally, un habitant du quartier. Ces derniers sont en contacts permanents sur Whatsapp avec des limiers de la CID de Port-Louis Sud et des éléments de la CIU.  

Afzal raconte que la région est plutôt calme sauf depuis les récentes semaines. Il explique que les ruelles de la localité sont très calmes et peu fréquentées durant la journée. « Sa se bann prwa fasil pou vagabon. » Mais il souligne que depuis la mise sur pied de la Neighbourhood Watch et du groupe Community Policing, le nombre de vols est en baisse. 

Fréderick, qui a grandi à la rue d’Artois, évoque des vols dans les voitures garées. La police a effectué des arrestations dans plusieurs cas, durant les derniers trois mois. Mais les habitants disent que les voleurs sévissent en s’attaquant au même moment à plusieurs véhicules. 

« Enn rafal zot vini zot defons loto. » Il y a quelques mois, l’équipe de Community Policing avait mené un combat contre des cas d’exhibitionnisme. Des individus sévissaient dans les parages du collège Renganaden-Seeneevassen, mais aussi dans les petites ruelles.

Bizin fer byen atansyon aster, pa kapav tonb dan febless dimoun 

Élodie, une mère de famille, qui habite le quartier depuis trois ans, salue la mise sur pied du Community Policing. Elle a constaté un autre problème dans le quartier. Il y a plusieurs personnes qui font du porte-à-porte pour demander l’aumône. Ces individus ne sont pas inoffensifs. Ils profitent d’un moment d’inattention du propriétaire pour faire irruption dans leur cour. 

« Monn donn enn madam delo, linn profite li pran mang dan la kour linn sove. » Cette mère, qui se retrouve souvent seule avec deux enfants en bas âge à la maison, a développé une certaine méfiance. « Bizin fer byen atansyon aster, pa kapav tonb dan febless dimoun. »

De son côté, la police déplore que les victimes ne soient pas venues de l’avant pour porter plainte. « Pa gayn fer kays mem kan nou reysi idantifie bann voler », lâche la CID de Port-Louis Sud.

Whatsapp - Neighbourhood Watch

Un groupe sur Whatsapp - pour une meilleure communication - a été créé par les habitants du Ward 4. La Neighbourhood Watch est une collaboration entre les habitants du quartier et les représentants des Casernes centrales. Le mardi 14 septembre, grâce à des échanges sur le groupe, la police a pu identifier et arrêter un suspect pour vol avec violence. Ce groupe inclut des habitants de Marie, Reine-de-la-Paix, des environs de la Montagne-des-Signaux, du quartier autour de l’hôpital Dr A. G. Jeetoo et plusieurs représentants de lieu de culte.

Types de délits

Les voleurs escaladent les murs pour les vols. Ils s’en prennent même aux maisons à étage, ce qui est plus sévèrement puni par la loi. Pour de tels cas, ce sont des délits avec des circonstances aggravantes. Il y a aussi des cambriolages et des vols à l’arraché dans cette partie de la capitale. La mobilisation des unités de police et la Neighbourhood Watch sont donc indispensables. 

Bouchées doubles des Casernes centrales pour mener le combat 

Aux Casernes centrales, on salue l’initiative du nouveau commissaire Anil Kumar Dip, depuis son entrée en fonction. Les équipes sur le terrain ont été réorganisées et l’aide du public a été renforcée. Les équipes chargées des patrouilles pour la prévention et les équipes d’investigateurs ont été renforcées avec de nouvelles têtes. L’effectif de la CIU a quasiment doublé durant les récentes semaines.

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !