Live News

Wakashio : la Court of investigation démarre ses travaux ce mardi

Le navire contenait, 3 894 tonnes métriques de combustible à faible teneur en soufre, 207 tonnes métriques de diesel, entre autres.

Les travaux pour faire la lumière sur le naufrage du Wakashio commencent ce mardi. La Court of investigation entamera les auditions. Les audiences, ouvertes au public, se tiendront dans la salle numéro 2 de l’ancienne Cour suprême. Les témoignages des principaux protagonistes sont attendus.

La Court of Investigation est présidée par l’ancien Puisne Judge Abdurrafeek Hamuth, assisté de Jean Mario Genevieve, Marine Engineer et Marine Surveyor, et de Johnny Lam Kai Leung, Marine Surveyor. Tout est fin prêt pour le début des travaux. D’ailleurs, le secrétariat est en présence d’une liste de documents et des personnes qui souhaitent déposer et qui seront convoquées. Parmi les personnes attendues, on trouve les principaux protagonistes liés à l’échouement du Wakashio et aux efforts entrepris par la suite.

  • Les représentants des Affaires maritimes dirigés par Alain Donat, director of Shipping. Celui-ci est intervenu pour justifier les actions prises.
  • Les policiers de la National Coast Guard (NCG) qui ont travaillé dans la nuit du 25 juillet 2020 au poste de surveillance de Pointe-du-Diable et ceux qui étaient de services au post radar de la station de Blue Bay. Les policiers ont affirmé que le poste de commandement du Wakashio ne répondait pas à leurs appels lorsque le navire se rapprochait des côtes.
  • Les représentants du ministère de l’Environnement et ceux du National Crisis Committee. Les opérations ont été coordonnées par le comité, mais c’est le directeur de l’Environnement qui a activé le National Oil Contingency Plan le 26 juillet 2020.
  • Les témoignages du capitaine du Wakashio, Sunil Kumar Nandeshwar et de son second, Hitihamillage Subodha Janendra Tilakaratna sont grandement attendus. Au départ, ils avaient affirmé qu’ils avaient perdu le contrôle du navire. Ils ont, aussi, affirmé qu’ils se sont rapprochés des côtes de Maurice pour capter une connexion de télécommunication, alors qu’il y avait une fête à bord du Wakashio.
  • Les témoignages des experts maritimes, environnementaux, de nettoyages des côtes, de la biodiversité marine, entre autres, sont prévus.
  • Ceux affectés : ils sont nombreux à avoir fait part de leurs intentions de témoigner devant la Court of Investigation. Parmi, on trouve des pêcheurs, plaisanciers, écologistes, activistes, dont Bruneau Laurette, entre autres.

Chronologie des évènements

  • Le 25 juillet vers 19 h 30, le Wakashio, un vraquier panaméen de 300 mètres de long, en route vers le Brésil s’échoue sur les récifs à Pointe-d’Esny. Le navire contient, alors, 3 894 tonnes métriques de combustible à faible teneur en soufre, 207 tonnes métriques de diesel et 90 tonnes métriques de lubrifiant.
  • À partir de là, les autorités s’activent et prennent les premières informations. Le director of Shipping du ministère de l’Économie océanique, Alain Donat, devait affirmer qu’il n’y avait pas de risque d’accident plus grave, car le navire était coincé sur les récifs. Le ministre de l’Environnement, Kavy Ramano et le ministre de l’Économie océanique, Sudheer Maudhoo ont, aussi, donné l’assurance que tout était sous contrôle.
  • Dès le 1er jour, le National Oil Spill Contingency Plan, comme préconisé par l’Environment Protection Act (EPA), avait été activé par le ministère de l’Environnement.
  • La cause officielle de l’accident est que le capitaine aurait perdu le contrôle du navire.
  • À partir du 26 juillet 2020, environ 190 mètres de barrages antipollution sont déployés dans certaines zones du lagon en attendant que la météo permette une intervention.
  • Selon l’accord signé entre la Okiyo Maritime Corporation/Nagashiki Shipping Co. Ltd, les propriétaires du bateau et le Protection and Indemnity Insurances Club, le Salvage Team de SMIT Salvage PTE LTD et Nippon Salvage Co Ltd, comprenant onze membres sont arrivés à Maurice le 30 juillet 2020, afin d’entamer les procédures de renflouage du navire.
  • Le 5 août 2020, Alain Donat est venu affirmer que le navire s’est affaissé, mais ne peut pas couler. De plus, l’eau de mer pénétrait dans la salle des moteurs et les cales.
  • Le 6 août, un des réservoirs du Wakashio se fissure et une marée noire s’ensuit. Une cale contenant 1 183 mètres cubes d’huile lourde avait commencé à fuir. Plus de 30 kilomètres de côtes sont touchés dont : Pointe-d’Esny, Mahébourg, Rivière-des-Créoles, Ferney, Grand-Port et Bois-des-Amourettes.
  • Les citoyens se mobilisent, alors, pour confectionner des barrages artisanaux.
  • Le 15 août, le navire se brise en deux.
  • 18 août, le capitaine du Wakashio Sunil Kumar Nandeshwar, et son second Hitihamillage Subodha Janendra Tilakaratna sont arrêtés et répondent d’une accusation provisoire de mise en danger de la navigation.
  • L’activiste Bruneau Laurette entame une private prosecution contre les ministres Kavy Ramano et Sudheer Maudhoo. L’affaire est entendue devant le tribunal de Mahébourg le 21 août, avant que le bureau du directeur des poursuites publiques ne la raye.
  • Le 24 août, la partie avant du Wakashio est coulée à 3 180 mètres de profondeur…
  • Le même jour, les firmes Polyeco et Le Floch Dépollution entament les nettoyages spécialisés. Les firmes ont été recrutées par l’assureur du Wakashio, la Japan P&I Club.
  • En septembre 2020, le gouvernement institue la Court of Investigation.
  • Le nettoyage s’est achevé le 11 janvier 2021 et les travaux de la Court of Investigation démarrent le 19 janvier 2021.

 

 

Notre service WhatsApp. Vous êtes témoins d`un événement d`actualité ou d`une scène insolite? Envoyez-nous vos photos ou vidéos sur le 5 259 82 00 !